Le Tai Chi dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Traduction du résumé d’une étude Cochrane parue en 2004 passant en revue les différentes études sérieuses existant sur l’impact du Tai Chi sur la maladie. 

Le tai chi dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Contexte. La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie inflammatoire auto-immune, chronique et systémique qui entraîne des destructions dans le système musculo-squelettique. Le principal but des traitements est de diminuer la douleur, réduire l’inflammation, limiter les lésions des articulations, prévenir la gène fonctionnelle, et conserver ou améliorer le sentiment de bien être et d’habilité fonctionnelle des personnes. Le Tai Chi, aussi connu sous le nom de Tai Chi Chuan, est un ancien art martial Chinois qui a été reconnu pendant des siècles comme étant efficace dans le traitement de l’arthrite.

Objectifs. Etudier l’efficacité et l’innocuité du Tai Chi dans le traitement des patients atteints de PR.

Méthode de recherche. Nous avons cherché dans le registre des essais contrôlés Cochrane (CCTR), dans les bases de données MEDLINE, PEDRO et CINAHL jusqu’en septembre 2002 en utilisant la stratégie de recherche pour essais contrôlés randomisés préconisée par la Cochrane. Nous avons aussi fait des recherches dans la base de donnée biomédicale chinoise jusqu’en décembre 2003 et dans celle de l’Académie de Médecine Traditionnelle Chinoise de Beijing jusqu’en décembre 2003.

Critères de sélection. Les essais contrôlés randomisés et les essais cliniques contrôlés étudiant le bénéfice et les méfaits de programme d’exercice respectant les instructions du Tai Chi ou incorporant ses principes philosophiques ont été sélectionnés. Nous avons inclus les études contenant des groupes contrôles qui ne recevaient pas de thérapie, une thérapie placebo ou un autre type de thérapie.

Collection des données et analyse. Deux auteurs ont déterminé les études pouvant être incluses dans cette revue, ont noté leur qualité méthodologique et extrait les données à l’aide de formulaires standardisés.

Principaux résultats. Quatre études incluant 206 participants ont été incluses dans cette revue. Les programmes d’exercice de Tai Chi n’ont pas d’importants effets cliniques ou d’effets statistiquement significatif sur les principales mesures d’activité de la maladie, qui incluent les activité de la vie quotidienne, la douleur et le gonflement des articulations et l’appréciation globale du patient. Concernant la mobilité gestuelle, les participants des groupes de Tai Chi ont présenté une amélioration importante cliniquement et statistiquement significative de la flexion plantaire de cheville. Aucun effet négatif n’a été trouvé. Une étude a trouvé que contrairement aux patients participants à des programmes d’exercices traditionnels (ROM), les patients participant à des programmes incluant du Tai Chi sous forme de danse ont été statistiquement plus nombreux à participer et plus nombreux à apprécier le programme, immédiatement et 4 mois après la fin du programme.

Conclusion des auteurs. Les résultats suggèrent que le Tai Chi n’aggrave pas les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. De plus, le Tai Chi procure des bénéfices statistiquement significatifs sur la mobilité des articulations distales, particulièrement sur la mobilité de la cheville, chez les patients atteints de PR. Les études incluses n’ont pas inclus l’étude de l’impact du Tai Chi sur la douleur des patients.

Référence :  Han A, Robinson V, Judd M, Taixiang W, Wells G, Tugwell P. Tai Chi for Treating Rheumatoid Arthritis. In The Cochrane Library, Issue 3, 2004 (in press).

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :