Site icon Nelly Darbois, kinésithérapie à domicile Saint-Alban Leysse et téléconsultations

Chirurgies de l’épaule dans le cadre de la polyarthrite rhumatoïde

Publicités

Voici la traduction du résumé d’une étude Cochrane qui fait le point sur ce que l’on sait à l’heure actuelle (2010) de l’intérêt des interventions chirurgicales de l’épaule atteinte de polyarthrite rhumatoïde.

Interventions chirurgicales de l’épaule arthritique.

 Contexte. Chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, l’épaule peut être atteinte, ce qui peut conduire à une sévère destruction de l’articulation gléno-humérale. Lorsque le traitement conservateur ne donne pas de résultats suffisants, des interventions chirurgicales peuvent être considérées comme la seule option thérapeutique.

Objectifs. Évaluer les bénéfices et les effets indésirables de toutes les formes de traitement chirurgical de l’épaule chez le patient atteint de polyarthrite rhumatoïde.

Méthodes de recherche. Les articles retenus ont été identifiés dans les bases de données suivantes : le registre central Cochrane des essais contrôlés, la MEDLINE, EMBASE, SCISEARCH et sur la période de Janvier 1995 à Mai 2008.

Critères de sélection. Des essais contrôlés randomisés et des essais cliniques contrôlés reportant les effets de l’intervention chirurgicale de l’épaule ont été inclus. Ont été incluses en-sus quelques séries de cas afin d’avoir plus d’informations sur les complications.

Collection des données et analyse. Deux auteurs indépendants ont sélectionné les études pouvant être incluses, ont noté leur qualité méthodologique et en ont extrait les données.

Principaux résultats. Un essai contrôlé randomisé (ECR), un essai clinique contrôlé (ECC) et 21 séries de cas ont été inclus. L’ECR a comparé l’intérêt d’une prothèse humérale à tige cimentée versus une prothèse à tige non cimentée  et n’a pas trouvé de différence significative entre les 2 groupes après 2 ans (l’étude étant de faible qualité). L’ECC a comparé une chirurgie de la coiffe des rotateurs avec transposition du sous-scapulaire « augmentée » à une chirurgie avec transposition du sous-scapulaire seule et a reporté une différence significative en faveur de la chirurgie avec transposition « augmentée », 2 ans après l’intervention, sur le plan de la fonction avec une différence de moyenne (DM) de 4.00 sur une échelle de 0 à 30 (IC 95% 1.11 à 6.89) et de la douleur (DM de 4.00 sur une échelle de 0 à 20 (IC 95% 0.84 à 7.16) (faible qualité de preuve).

À partir de 11 séries de cas (avec un suivi de 4.5 à 12 ans) les complications furent reportées dans 11 % (IC 95% de 9.9 à 12.1 %) des cas d’arthroplastie totale de l’épaule, tandis que 10 séries de cas (avec un suivi de 2.7 à 11.3 ans) ont reporté des complications dans 9.9% (IC 95% : 8.4% à 11.4%) des cas d’arthroplastie partielle d’épaule (très faible niveau de preuve).

Conclusions des auteurs. Les effets de l’intervention chirurgicale dans la prise en charge de l’épaule chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde sont largement inconnus étant donné le manque d’essais contrôlés randomisés sur le sujet. 

Référence : Cochrane Database Syst Rev. 2010 Jan 20;(1):CD006188. doi: 10.1002/14651858.CD006188.pub2. Surgical interventions for the rheumatoid shoulder. Christie A1, Dagfinrud H, Engen Matre K, Flaatten HI, Ringen Osnes H, Hagen KB.

Quitter la version mobile