AINS associés au méthotrexate dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde

Peut-on prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), de l’aspirine, du paracétamol en plus du méthotrexate lorsqu’on a une polyarthrite rhumatoïde ? Il s’agit d’une question fréquente, tant des personnes qui prennent ces médicaments que de celles qui les prescrivent (médecins) ou qui accompagnent (kinésithérapeutes, infirmiers et infirmières, entourage).

Une revue Cochrane de 2011 décrit les connaissances issues de nos recherches portant sur les problèmes de tolérance des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou AINS, y compris l’aspirine et/ou le paracétamol (acétaminophène), associés à la prise de méthotrexate chez les personnes souffrant d’arthrite inflammatoire.

Cette revue démontre que chez les patients souffrant d’arthrite inflammatoire :

– Les AINS, y compris l’aspirine, associés à la prise de méthotrexate, n’augmentent pas obligatoirement les problèmes pulmonaires chez les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde.

– Des doses élevées d’aspirine, associées à la prise de méthotrexate, peuvent accroître les problèmes hépatiques chez les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde.

– Des doses élevées d’aspirine, associées à la prise de méthotrexate, peuvent accroître les problèmes rénaux chez les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde.

– Les AINS, associés à la prise de méthotrexate, peuvent entraîner une brève et légère augmentation des problèmes sanguins (baisse du nombre de plaquettes) chez les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde, à condition que les AINS soient pris le même jour que le méthotrexate.

– Les AINS, y compris l’aspirine, associés à la prise de méthotrexate, n’augmentent pas obligatoirement les possibilités d’arrêt du méthotrexate en raison d’effets secondaires chez les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde.

– Aucune étude sur le paracétamol, associé à la prise de méthotrexate, n’a été trouvée.

– Aucune étude présentant des conditions autres que l’arthrite rhumatoïde n’a été trouvée.

Les informations dont nous disposons sur les effets secondaires et les complications, notamment les effets secondaires rares mais graves, sont généralement imprécises. Des problèmes hépatiques correspondent à d’éventuels effets secondaires associés à une dose élevée de paracétamol. Les AINS, y compris l’aspirine, peuvent causer des problèmes gastriques, rénaux ou cardiaques et le méthotrexate peut causer des problèmes gastriques, hépatiques, anémiques ou infectieux.

Référence : Colebatch AN, Marks JL, Edwards CJ. Safety of non-steroidal anti-inflammatory drugs, including aspirin and paracetamol (acetaminophen) in people receiving methotrexate for inflammatory arthritis (rheumatoid arthritis, ankylosing spondylitis, psoriatic arthritis, other spondyloarthritis). Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 11. Art. No.: CD008872. Lien

Un travail de synthèse plus récent revient sur l’intérêt des AINS et des corticoïdes dans la polyarthrite rhumatoïde (en association ou à la place du méthotheraxte). Il est en accès libre sur Plos One. Voilà les conclusions de l’équipe de recherche :

  • Le naproxène 1 000 a amélioré la fonction physique, réduit la douleur et le nombre d’articulations douloureuses par rapport au placebo.
  • L’étoricoxib 90 a réduit le nombre d’articulations douloureuses par rapport au placebo.
  • Le naproxène 750 a réduit le nombre d’articulations enflées, sauf l’étoricoxib 90.
  • Le naproxène 1 000, l’étoricoxib 90 et le diclofénac 150 ont été meilleurs que le placebo en ce qui concerne l’évaluation des patients. Le médecin évaluateur a montré que les AINS étaient meilleurs que le placebo.
  • Le naproxène 1 000 était le médicament le plus efficace et le célécoxib 200 présentait moins d’effets indésirables.

Référence : Paglia MDG, Silva MT, Lopes LC, Barberato-Filho S, Mazzei LG, Abe FC, de Cássia Bergamaschi C. Use of corticoids and non-steroidal anti-inflammatories in the treatment of rheumatoid arthritis: Systematic review and network meta-analysis. PLoS One. 2021 Apr 7;16(4):e0248866. doi: 10.1371/journal.pone.0248866. PMID: 33826610; PMCID: PMC8026036.

👩‍⚖️ Déclaration de liens d’intérêt avec le sujet : aucun

♻️ Dernière mise à jour : juin 2022

📚 Autres articles susceptibles de vous intéresser :

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :