Opiacés (morphine) et polyarthrite rhumatoïde

Résumé d’une revue Cochrane de 2011 sur la pris d’opiacés dans le cadre de la polyarthrite rhumatoïde.

Traitement par opiacés de la douleur liée à la Polyarthrite rhumatoïde

Ce résumé d’une revue Cochrane présente l’état de nos connaissances découlant des recherches portant sur l’effet des opiacés dans le traitement de la douleur liée à la Polyarthrite rhumatoïde.

La revue constate que chez les personnes souffrant de Polyarthrite rhumatoïde traitée par des opiacés faibles sur une durée allant jusqu’à six semaines :

– Les opiacés faibles peuvent réduire la douleur par comparaison à un placebo.

– Le traitement par opiacés faibles peut entraîner davantage d’effets secondaires que le placebo.

Aucune étude portant sur les effets des opiacés faibles administrés pendant plus de six semaines n’a été réalisée chez des personnes souffrant de Polyarthrite rhumatoïde. Le nombre d’études sur les opiacés forts n’était pas suffisant pour pouvoir tirer des conclusions sur leurs effets sur la Polyarthrite rhumatoïde.

Que sont les opiacés ?

Les opiacés sont de puissantes substances antidouleurs dont l’intensité varie entre relativement légère, comme la codéine, et forte, comme la morphine. Parmi les opiacés faibles se trouvent, entre autres, la codéine (par exemple, Panadeine Forte®) et le tramadol (par exemple, Tramal). Les opiacés forts comprennent, entre autres, l’oxycodone (par exemple, Percocet, Endone), la morphine et le fentanyl (par exemple, Duragesic). Ils peuvent être administrés sous forme de pilules, d’injections ou de timbres placés sur la peau. Les effets secondaires courants des opiacés incluent des nausées, une constipation et des vertiges.

Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes souffrant de Polyarthrite rhumatoïde qui prennent des opiacés

Impression globale de changement rapportée par les patients

  • 18 personnes supplémentaires sur 100 ont noté une « bonne » ou une « très bonne » amélioration des symptômes de leur Polyarthrite rhumatoïde après un traitement par opiacés administré pendant une à six semaines (amélioration absolue de 18 %).
  • 57 personnes sur 100 ont mentionné une « bonne » ou une « très bonne » amélioration des symptômes.
  • 40 personnes sur 100 ayant pris un placebo ont constaté une « bonne » ou une « très bonne » amélioration des symptômes.

Effets secondaires

– 30 personnes supplémentaires sur 100 ont ressenti au moins un effet secondaire au cours du traitement par opiacés pris pendant une à six semaines (différence absolue de 30 %).

  • 51 personnes sur 100 ont ressenti au moins un effet secondaire.

– 21 personnes sur 100 ayant pris un placebo ont présenté au moins un effet secondaire.

Référence : Whittle SL, Richards BL, Husni E, Buchbinder R. Opioid therapy for treating rheumatoid arthritis pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 11. Art. No.: CD003113

Lien

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :