Site icon Nelly Darbois, kinésithérapeute à St Alban Leysse et rédactrice

Kiné respiratoire de l’adulte : la pneumopathie ou pneumonie

Trachée, bronches et alvéoles pulmonaires
Publicités

Les pneumopathies (ou pneumonie) sont des atteintes des voies respiratoires inférieures, plus fréquentes chez la personne âgée. Parfois, de la kinésithérapie respiratoire est prescrite chez l’adulte atteint de pneumopathie.

Quel est le traitement de cette pathologie et la kinésithérapie respiratoire est-elle appropriée chez l’adulte ?

♻️ Dernière mise à jour : décembre 2022.
👩‍⚖️ Déclaration de liens d’intérêts : liens Amazon affiliés. Ma déclaration de liens d’intérêt complète est ici.

Sommaire

  1. Définition de la pneumonie
  2. Prévenir la pneumonie
  3. Symptômes de la pneumopathie
  4. Traitement de la pneumopathie
  5. Kinésithérapie respiratoire de l’adulte atteint de pneumopathie

Qu’est-ce que la pneumopathie ?

La pneumonie est une forme de pneumopathie interstitielle. Elle peut toucher les enfants et les adultes. 500 000 personnes en sont atteintes chaque année en France. Il s’agit de la contamination d’une partie des deux poumons par une bactérie, qui est souvent un pneumocoque. Elles est différente de la bronchite.

La pneumonie est plus fréquente chez la personne âgée (adulte de plus de 65 ans) ou chez l’enfant de moins de 2 ans. Cet article traite de la pneumonie chez l’adulte et la personne âgée.

Comment prévenir la pneumonie ?

Il existe plusieurs facteurs de risque identifiés de la pneumonie. Par exemple, les personnes souffrant d’asthme ou de broncho-pneumopathie obstructive (BPCO) sont plus à risque. Il est possible de jouer sur au moins de ces facteurs pour prévenir la pneumonie : le tabac.

Les personnes qui fument sont plus à risque d’avoir une pneumopathie. Arrêter de fumer ou limiter sa consommation est un moyen de prévenir la pneumopathie.

Quels sont les symptômes de la pneumopathie ?

Les symptômes de la pneumopathie surviennent rapidement. L’adulte ou la personne âgée qui en souffre à le plus souvent :

Parfois les symptômes sont moins caractéristiques et ne sont pas tous présents.

Le diagnostic de la pneumonie est le plus souvent posé par le médecin traitant sans examen complémentaire autre que l’auscultation et l’interrogatoire clinique.

Quel est le traitement de la pneumopathie ?

La prescription et la prise d’un antibiotique est nécessaire pour guérir la pneumonie en limitant le risque de complications. La pneumopathie guérit alors en deux semaine.

L’antibiotique permet d’éliminer la bactérie responsable de la pneumopathie et soulage également des symptômes. D’autres traitements peuvent être prescrits au cas par cas pour soulager les symptômes de la maladie, comme la prise de médicaments contre la fièvre ou la kinésithérapie respiratoire pour faciliter le désencombrement.

Comme pour toute maladie occasionnant de la fièvre, il est recommandé de boire fréquemment de l’eau.

Kiné respiratoire de l’adulte atteint de pneumopathie

Des séances de kinésithérapie sont parfois prescrites en cas de pneumonie chez l’adulte, particulièrement chez la personne âgée ou chez les personnes hospitalisées. La kinésithérapie respiratoire de l’adulte consiste certes à l’aide au désencombrement des poumons mais aussi au rappel des consignes permettant de soulager les symptômes de la pneumopathie.

La kinésithérapie est-elle efficace dans le cadre de la pneumonie ?

Plusieurs études ont été menées pour voir si les personnes suivant des séances de kinésithérapie (en plus du traitement par antibiotique) en cas de pneumopathie interstielle allaient mieux que des personnes ne suivant pas de séances de kinésithérapie. Les séances de kinésithérapie respiratoire ont un effet positif sur :

Les personnes incluent dans ces études avaient entre 36 et 71 ans. Il n’y avait pas d’effets secondaires liés au suivi des séances de kinésithérapie.

Une des études évalue l’effet de séances de kinésithérapie respiratoire à domicile sur l’adulte et la personne âgée atteints de pneumopathie.

Ces études ne portent pas spécifiquement sur la pneumonie mais sur différents types de pneumopathies, notamment plus chroniques. Il n’existe pas à ce jour d’études évaluant de manière comparative l’effet de la kinésithérapie respiratoire chez l’adulte ou la personne âgée atteinte spécifiquement de pneumonie.

En pratique, des séances de kinésithérapie sont plus souvent prescrites si la personne a par ailleurs d’autres maladies chroniques comme un syndrome parkinsonien ou une maladie de Parkinson.

En quoi consiste une séance de kiné respiratoire de l’adulte ?

Une séance de kinésithérapie respiratoire chez l’adulte, notamment atteint de pneumonie, se déroule en plusieurs étapes.

D’abord, le ou la kinésithérapeute évalue l’état ventilatoire mais surtout l’état général de l’adulte ou de la personne âgée atteint : la personne arrive-t-elle à se lever, à se mobiliser, à mener certaines activités de la vie quotidienne ? Dans quelle position dort-elle ? Reste-t-elle en position allongée la journée ? Tousse-t-elle beaucoup ? A-t-elle envie de cracher, a-t-elle des sécrétions qui remontent ou une gène à respirer dans certaines positions ? Qu’elle est sa saturation (taux d’oxygène dans le sang) et sa fréquence respiratoire ?

Ce bilan de l’état de la personne avant chaque séance permettra de définir les modalités de la séance de kinésithérapie pertinente. En fonction de l’état de la personne, les séances de kinésithérapie respiratoire consisteront en :

Les kinésithérapeutes peuvent en profiter pour faire le point sur le risque de chute de la personne, surtout si elle est âgée de plus de 65 ans, et proposer une prise en charge adaptée pour la prévention des chutes.

Fréquence et durée des séances de kinésithérapie respiratoire en cas de pneumonie chez l’adulte

Les séances de kinésithérapie peuvent être quotidiennes (ou plus espacées) jusqu’à disparition des symptômes associés à la pneumopathie. Elles s’étalent donc en général sur 2 semaines au maximum. Parfois, les séances s’étalent de 5 semaines à 6 mois : c’est le cas dans les études évaluant l’effet de la kinésithérapie respiratoire sur la pneumopathie interstitielle. Dans ce cas là, les séances ont lieu 2 à 3 fois par semaine.

La durée des séances est variable selon le bilan de la personne et sa fatigue.

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

Voir aussi :

📘 Sources 📘

Dowman  L, Hill  CJ, Holland  AE. La réhabilitation respiratoire dans la pneumopathie interstitielle. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 10. Art. No.: CD006322. DOI: 10.1002/14651858.CD006322.pub3.

Ameli. La pneumonie. 2019

Publié par Nelly Darbois

J’aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale. J’habite en Savoie 🌞❄️ où je travaille comme kiné et communicante pour des revues scientifiques et des sites web. Tous mes articles.

Quitter la version mobile