Site icon Nelly Darbois, kinésithérapeute à St Alban Leysse et rédactrice

Prothèse de hanche (PTH) : mouvements interdits

Infographie sur les mouvements interdits après une prothèse de hanche, la reprise du sport
Publicités

Faire involontairement des mouvements interdits après la pose d’une prothèse de hanche (PTH) est une des craintes les plus fréquentes des personnes opérées de la hanche.

Dès le lendemain de votre opération, en général, un kiné vous rend visite. Il vous informe des mouvements à éviter, pour prévenir le risque de luxation de la hanche. Rassurez-vous cependant : les luxations sont de plus en plus rares. Il n’y a pas lieu de prendre de très grandes précautions.

Dans cet article, je fais le point sur les mouvements interdits, déconseillés voire dit dangereux après une prothèse de hanche. Qu’on vous l’ai posé à cause d’une coxarthrose (arthrose de hanche) ou d’une fracture du fémur.

👉 Sur la base de mon expérience de kinésithérapeute, je réponds à toutes les questions les plus fréquentes des personnes, avant ou après l’opération. Cet article s’appuie également sur les connaissances et publications scientifiques internationales les plus récentes (toutes les références en fin d’article).

♻️ Dernière mise à jour : juin 2022

Sommaire

Version vidéo de l’article

Pourquoi des mouvements sont interdits après une prothèse de hanche ?

La hanche est une articulation plutôt très mobile. On dit qu’elle bouge dans les 3 plans : en flexion et en extension, sur le côté et vers l’intérieur, et en rotation. Cette articulation est donc plus à risque de luxation. Soyez rassuré cependant : cela reste très rare, et de plus en plus rare.

La luxation est très rare. Elle survient dans seulement 1 % des cas, voire moins selon les études. (Weegen 2016) Et dans 24 % des cas, elle survient suite à une chute, et non suite à l’execution d’un « mauvais » mouvement. (Reimert 2020)

Les mouvements interdits après une prothèse de hanche (PTH)

Les mouvements « interdits » (ou plutôt, déconseillés) ne sont pas les mêmes selon comment a été posée par votre chirurgien votre prothèse de hanche. Dans l’immense majorité des cas, votre prothèse a été posée par voie postérieure. Si on ne vous a rien dit à ce sujet, vous pouvez supposer que c’est bien une voie postérieure.

Si vous souhaitez le vérifier, regardez votre compte-rendu opératoire. Il indique la voie d’abord. Le compte-rendu est souvent adressé à votre médecin traitant et à votre kiné. Vous en avez aussi probablement une copie dans votre dossier de sortie.

Un autre moyen de le savoir est de regarder où est localisée votre cicatrice :

Les photos ci-dessous vous parlerons peut-être plus !

Cicatrice d’une prothèse de hanche posée par voie antérieure. Plus devant la cuisse. Source de l’image
Cicatrice d’une prothèse de hanche posée par voie postérieure. Plus sur le côté de la cuisse. Source de l’image

Le type de mouvements à limiter dépend de la façon dont a été posée votre prothèse : par voie postérieure (le plus souvent) ou antérieure.

PTH par voie antérieure (plus rare)

La luxation est très rare : elle survient dans moins de 1 % des cas ! Lorsqu’elle survient, c’est dans la majorité des cas au cours des 3 premières semaines qui suivent l’opération. (Tamaki 2016)

Ces mouvements, dits « luxants », sont théoriquement à limiter :

Mouvements à limiter en théorie dans les 3 à 6 semaines qui suivent la pose d’une prothèse de hanche par voie antérieure. En théorie, car le risque de luxation es très faible. (Source images : clinique la coline, Genève, Suisse)

PTH par voie postérieure (plus fréquent)

Il est raisonnable de penser qu’il vaut mieux éviter ces mouvements :

Ces mouvements surviennent surtout :

Mouvements à limiter en théorie après la pose d’une prothèse de hanche par voie postérieure. (Source images : clinique la coline, Genève, Suisse)

Néanmoins, il n’y a pas lieu de s’inquiéter avant de réaliser chacun de ces mouvements ! Si vous prenez le temps de faire les choses doucement, sans précipitation, tout devrait bien se passer.

D’ailleurs, le risque de luxation est très faible, quoi que vous fassiez :

On constate d’ailleurs qu’il n’y a pas plus de complications et de luxations dans les groupes de personnes formées à la prévention des mouvements à risque, que dans celles non sensibilisées au sujet ! (Cochrane 2016 ; Crompton 2020) Il n’y a donc pas lieu de se prendre trop la tête avec tous les conseils spécifiques qu’on pourrait vous donner sur les bonnes postures à prendre.

On constate même que les personnes non sensibilisées à ce risque de luxation :

Voici ce que dit la Cochrane (organisation internationale d’équipes de recherche en santé) à ce sujet :

nous ne savons pas si l’offre de conseils de sécurité avec ou sans un équipement supplémentaire et des restrictions fonctionnelles sont efficaces pour prévenir les luxations et améliorer les résultats après une ATH. De plus, il n’existe pas suffisamment de preuves pour soutenir ou réfuter l’adoption d’un programme de rééducation communautaire postopératoire impliquant une réintégration fonctionnelle et une formation par rapport aux stratégies de rééducation classiques basées sur les résultats fonctionnels.

Cochrane, 2016

Les luxations sont très rares. Reprenez de manière progressive vos activités quotidiennes. Vous n’avez pas à faire particulièrement attention à certains mouvements, respectez simplement la douleur.

Comment savoir si je me suis luxé la hanche ?

Vous avez plus de risque de vous luxer votre prothèse si (Guo 2017 ; Faldini 2018) :

Néanmoins, la luxation reste très rare, même si vous cumulez plusieurs de ces facteurs de risque. La luxation survient chez 0 à 2% des patient(e)s selon les études (Weegen 2016), et probablement encore moins souvent avec les procédés et matériaux actuels.

Une luxation ne passe pas inaperçue :

Un médecin confirme le diagnostic avec une radio.

On ne passe pas à côté d’une hanche luxée. C’est très douloureux, vous ne pouvez pas poser le pied par terre, et la jambe est bloquée dans une position inhabituelle.

Doit-on à vie éviter certains sports ou activités ?

Avec une prothèse de hanche, vos mouvements du membre inférieur seront un peu plus limités qu’auparavant. Indépendamment du risque de luxation.

Cela ne gêne cependant pas dans la vie quotidienne, et dans beaucoup d’activités physiques et sportives comme :

Trois facteurs vont déterminer si vous pouvez pratiquer des activités sportives plus sollicitantes pour la hanche :

De nombreuses personnes se demandent si l’on peut recourir avec une prothèse de hanche. Certaines personnes reprennent la course à pied, et même le triathlon de longue distance.

Une étude a par exemple suivi 48 personnes de 28 à 59 ans qui pratiquaient l’Ironman en compétition, et qui ont du avoir une prothèse de hanche. Dans les 5 ans qui ont suivi la pose de la prothèse de hanche :

Chez ceux qui ont repris la compétition, les performances n’étaient pas inférieures après l’opération par rapport à avant. 7 personnes avaient repris l’Ironman, 21 le half-Ironman. (Girard 2017)

Aujourd’hui, il n’y a pas de preuve empirique qui montrent que les prothèse de hanche actuelles s’usent plus vite en fonction de la fréquence et de l’intensité du sport pratiqué. (Meek 2020)

Il vous faut peser les avantages et les risques dans votre cas personnel à reprendre ou débuter un sport.

Si vous pratiquiez déjà un sport avant la pose d’une prothèse, rien ne vous empêche a priori de reprendre cette activité sportive. À condition de le faire de manière progressive et en adaptant si besoin la fréquence et l’intensité selon les éventuelles gênes ou douleurs ressenties.

Quel est le traitement d’une luxation sur prothèse de hanche ?

Le traitement d’une luxation prothétique de la hanche est un acte qui est réalisé par un chirurgien, sous anesthésie générale. Cependant, vous n’avez pas besoin d’être ré-opéré, la cicatrice n’a pas besoin d’être ré-ouverte. L’équipe chirurgicale réduit simplement la luxation.

Cela signifie qu’elle remet dans le bon axe la hanche.

Le traitement peut être différent en cas de récidive.

Une prothèse luxée doit être remise en place sous anesthésie générale. Sans avoir besoin de ré-ouvrir.

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

🔗 Ces articles pourraient également vous intéresser :

📘 Sources 📘

Depuis 2015, plus de 1000 publications consacrées à la PTH paraissent dans les revues médicales internationales, contre une trentaine dans les années 1950.

Entre 1918 et 2021, plus de 18 000 publications dans des revues médicales internationales sont consacrées à la prothèse de hanche. Il s’agit d’une opération sur laquelle on a beaucoup de recul.

Pour mettre à jour mes connaissances sur le sujet, je consulte régulièrement :

Voici les publications sur lesquelles je me suis appuyée pour étayer cet article.

Prévenir la luxation

Smith TO, Jepson P, Beswick A, Sands G, Drummond A, Davis ET, Sackley CM. Assistive devices, hip precautions, environmental modifications and training to prevent dislocation and improve function after hip arthroplasty. Cochrane Database Syst Rev. 2016 Jul 4;7(7):CD010815. doi: 10.1002/14651858.CD010815.pub2. PMID: 27374001; PMCID: PMC6458012.

Crompton J, Osagie-Clouard L, Patel A. Do hip precautions after posterior-approach total hip arthroplasty affect dislocation rates? A systematic review of 7 studies with 6,900 patients. Acta Orthop. 2020 Dec;91(6):687-692. doi: 10.1080/17453674.2020.1795598. Epub 2020 Jul 28. PMID: 32718213; PMCID: PMC8023879.

Facteurs de risque de luxation

Guo L, Yang Y, An B, Yang Y, Shi L, Han X, Gao S. Risk factors for dislocation after revision total hip arthroplasty: A systematic review and meta-analysis. Int J Surg. 2017 Feb;38:123-129. doi: 10.1016/j.ijsu.2016.12.122. Epub 2016 Dec 31. PMID: 28043927.

Faldini C, Stefanini N, Fenga D, et al. How to prevent dislocation after revision total hip arthroplasty: a systematic review of the risk factors and a focus on treatment options. J Orthop Traumatol. 2018;19(1):17. Published 2018 Sep 10. doi:10.1186/s10195-018-0510-2

Reimert J, Lockwood KJ, Hau R, Taylor NF. Are hip movement precautions effective in preventing prosthesis dislocation post hip arthroplasty using a posterior surgical approach? A systematic review and meta-analysis. Disabil Rehabil. 2020 Nov 15:1-7. doi: 10.1080/09638288.2020.1845404. Epub ahead of print. PMID: 33190554.

Fréquence de la luxation

Tamaki T, Oinuma K, Miura Y, Higashi H, Kaneyama R, Shiratsuchi H. Epidemiology of Dislocation Following Direct Anterior Total Hip Arthroplasty: A Minimum 5-Year Follow-Up Study. J Arthroplasty. 2016 Dec;31(12):2886-2888. doi: 10.1016/j.arth.2016.05.042. Epub 2016 May 31. PMID: 27378635.

van der Weegen W, Kornuijt A, Das D. Do lifestyle restrictions and precautions prevent dislocation after total hip arthroplasty? A systematic review and meta-analysis of the literature. Clin Rehabil. 2016 Apr;30(4):329-39. doi: 10.1177/0269215515579421. Epub 2015 Mar 31. PMID: 25834275.

Sport et prothèse de hanche

Morse KW, Premkumar A, Zhu A, Morgenstern R, Su EP. Return to Sport After Hip Resurfacing Arthroplasty. Orthop J Sports Med. 2021 May 6;9(5):23259671211003521. doi: 10.1177/23259671211003521. PMID: 33997077; PMCID: PMC8113959.

Meek RMD, Treacy R, Manktelow A, Timperley JA, Haddad FS. Sport after total hip arthroplasty: undoubted progress but still some unknowns. Bone Joint J. 2020 Jun;102-B(6):661-663. doi: 10.1302/0301-620X.102B6.BJJ-2020-0208. PMID: 32475237; PMCID: PMC7241060.

Girard J, Lons A, Pommepuy T, Isida R, Benad K, Putman S. High-impact sport after hip resurfacing: The Ironman triathlon. Orthop Traumatol Surg Res. 2017 Sep;103(5):675-678. doi: 10.1016/j.otsr.2017.04.004. Epub 2017 May 25. PMID: 28552834.

Quitter la version mobile