Fatigue et PR : intérêt de l’activité physique et de la thérapie psycho-sociale

Résumé en langue simplifiée d’une revue Cochrane de 2013 recensant toutes les études parues au sujet de la prise en charge non pharmacologique de la fatigue dans le cadre de la PR.

Interventions non pharmacologiques pour la prise en charge de la fatigue signalée par les patients dans la polyarthrite rhumatoïde

Ce résumé d’une revue Cochrane présente les connaissances tirées des recherches portant sur les effets des traitements non pharmacologiques contre la fatigue des patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde.

À l’issue de la recherche de toutes les études pertinentes, 24 ont été identifiées pour l’inclusion dans la revue avec un effectif total de 2 882 patients. Les résultats sont résumés ainsi.

– L‘activité physique offre un petit bénéfice pour la prise en charge de la fatigue chez les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde.

– La thérapie psychosociale offre un petit bénéfice pour la prise en charge de la fatigue chez les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde.

– Aucune autre intervention n’a révélé de différence dans la prise en charge de la fatigue chez les personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde. Cela tient peut-être au hasard.

Les informations disponibles concernant les effets secondaires et les complications des interventions n’étaient pas très instructives bien qu’il soit improbable qu’un effet secondaire puisse entraîner un problème grave.

(…)

Qu’arrive-t-il aux personnes souffrant de polyarthrite rhumatoïde qui utilisent des interventions non pharmacologiques ?

– À la fin de l’intervention, les personnes recevant une intervention témoin avaient un score moyen de 63 sur une échelle de 0 à 100, un score inférieur indiquant une fatigue moindre.

– Les personnes qui ont utilisé une activité physique ont noté leur fatigue à 54 sur une échelle de 0 à 100 à la fin de l’intervention, soit une note plus basse de 9 points que les personnes qui ont reçu l’intervention témoin.

– Les personnes qui ont participé à une intervention psychosociale ont noté leur fatigue à 57 sur une échelle de 0 à 100 à la fin de l’intervention, soit une note plus basse de 6 points que les personnes qui ont reçu l’intervention témoin.

Référence : Cramp F, Hewlett S, Almeida C, Kirwan JR, Choy EHS, Chalder T, Pollock J, Christensen R
Non-pharmacological interventions for fatigue in rheumatoid arthritis. 
Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD008322. DOI:

Lien

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :