Vitamine D et polyarthrite rhumatoïde

Voici une autre étude sur la vitamine D. Ses résultats sont contradictoires avec celle traduite précédemment mais elle explique pourquoi. Il faut donc plutôt s’en tenir à cette étude qui se base sur plus de 200 000 personnes et qui recense toutes les études de bonne qualité méthodologique parues sur le sujet jusqu’en 2012.

Lien entre l’apport en vitamine D et le risque de polyarthrite rhumatoïde : une méta-analyse.

Le but de cette étude était de résumer les résultats des publications étudiant le lien entre l’apport en vitamine D et le développement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) ainsi qu’entre les niveaux de vitamine D dans le sérum et l’activité de la PR.  La preuve du lien entre l’apport en vitamine D et le développement de la PR et entre le niveau de vitamine D dans le sérum et l’activité de la maladie a été étudié en résumant les résultats des publications sur le sujet à l’aide d’une méta-analyse.

Trois études de cohortes incluant 215 757 participants dont 874 cas de polyarthrite rhumatoïde ont été prises en compte dans cette méta-analyse ainsi que huit études sur le lien entre le niveau de vitamine D dans le sérum et l’activité de la polyarthrite rhumatoïde comprenant 2 885 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et 1 084 patients faisant office de contrôle.

La méta-analyse montrait une association entre l’apport total en vitamine D et l’incidence de la polyarthrite rhumatoïde (risque relatif (RR) du groupe en prenant le plus par rapport au groupe en prenant le moins  = 0.758, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0.577-0.937, p=0.047), sans qu’il y ait d’hétérogénéité entre les études (l(2)=0 %, p=0.595). Les individus du groupe dont l’apport en vitamine D était le plus important avaient un risque plus faible de 24.2 % de développer une PR que ceux du groupe dont l’apport était le plus faible. Des sous-groupes de la méta-analyse ont aussi montré un lien significatif entre l’apport supplémentaire de vitamine D et l’incidence de la PR (RR 0.764, IC à 95 % de 0.628-0.930, p=0.007), sans qu’il y ait hétérogénéité entre les études. Toutes les études sauf une ont trouvé que les niveaux de vitamine D sont associés inversement avec le niveau d’activité de la polyarthrite rhumatoïde [cf schéma ci-dessous].

Une étude ne trouve pas de corrélation entre le niveau de vitamine D et l’activité de la maladie chez 85 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, mais ces patients avaient une déficience élevée de vitamine D, ce qui peut influencer les résultats de cette étude.

Cette méta-analyse de 215 757 participants suggère que les faibles apports en vitamine D sont associés avec un risque élevé de développer une polyarthrite rhumatoïde. De plus, les données actuellement disponibles indiquent que le niveau de vitamine D est associé avec l’activité de la polyarthrite rhumatoïde.

Référence : Clin Rheumatol. 2012 Dec;31(12):1733-9. doi: 10.1007/s10067-012-2080-7. Epub 2012 Sep 2. Association between vitamin D intake and the risk of rheumatoid arthritis: a meta-analysis. Song GG1, Bae SC, Lee YH.

Lien

p

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :