Effets indésirables des biothérapies

Traduction du résumé d’une revue Cochrane de 2011 faisant le point sur les effets indésirables induits par les traitements par biothérapie, dans le cadre de différentes pathologies dont la polyarthrite rhumatoïde.

Effets indésirables des biothérapies : une synthèse Cochrane des méta-analyses sur le sujet.

 Résumé en langue simplifiée

 Effets indésirables de 9 biothérapies couramment utilisées.

Ce résumé d’une revue Cochrane présente ce que l’on sait des recherches sur les effets indésirables des biothérapies utilisées dans différentes conditions : les arthrites inflammatoires et les autres affections inflammatoires, les cancers et les problèmes neurologiques. Nous n’avons pas inclus les études sur l’HIV et le SIDA. Les 9 biothérapies que nous avons étudié sont : abatacept (Orencia®), adalimumab (Humira®), anakinra (Kineret®), certolizumab pegol (Cimzia®), etanercept (Enbrel®), golimumab (Simponi®), infliximab (Remicade®), rituximab (Rituxan or Mabthera®) et tocilizumab (Actmera®).

Cette revue montre que les patients traités par ces biothérapies, à court terme :

–    sont probablement plus susceptibles d’avoir une infection grave ou la tuberculose que les patients prenant un placebo ;

–  sont probablement plus susceptibles d’avoir des effets indésirables qui leur font quitter l’étude que les patients prenant un placebo ;

  n’ont probablement pas plus de risque d’avoir des effets indésirables graves* (autres que des infections graves), des cancers ou des arrêts cardiaques que les patients prenant un placebo.

 (* Un effet indésirable grave est un effet qui entraîne un évènement pouvant provoquer le décès ou l’hospitalisation et ainsi qu’un handicap et des séquelles à long-terme).

 Nous n’avons pas d’informations plus précises sur les autres effets indésirables possibles et complications, y compris concernant les effets indésirables rares ou les effets sur le long-terme.

 Que sont les biothérapies ?

Les biothérapies sont un groupe de médicaments qui diminuent l’efficacité du système immunitaire et réduisent l’inflammation, mais que le fait que le système immunitaire soit diminué peut rendre plus difficile la lutte contre les infections.

 Les estimations les plus fiables de ce qui arrive à cout terme (sur une période de 1 à 63 mois) aux personnes prenant des biothérapies

 Effets indésirables graves

Chez les personnes traitées par biothérapies, 127 sur 1000 ont des effets indésirables graves contre 118 sur 1 000 qui prennent un placebo (risque relatif de 1%).

 Tout effet indésirable confondu

Chez les personnes traitées par biothérapies, 770 sur 1000 ont des effets indésirables contre 724 sur 1 000 qui prennent un placebo (risque relatif de 5%).

 Abandon de l’étude à cause des effets indésirables

Chez les personnes traitées par biothérapies, 137 sur 1000 quittent l’étude à cause d’effets indésirables contre 98 sur 1 000 qui prennent un placebo (risque relatif de 4%).

 Infections graves

Chez les personnes traitées par biothérapies, 35 sur 1000 ont fait l’expérience d’une infection grave contre 26 sur 1 000 qui prennent un placebo (risque relatif de 1%).

 Tuberculose

Chez les personnes traitées par biothérapies, 20 sur 10 000 ont eu la tuberculose contre 4 sur 10 000 qui prennent un placebo (risque relatif de 0.16 %). Il y a eu cependant peu de cas de tuberculose, donc notre confiance envers ce résultat est faible.

 Lymphome (cancer du sang)

Sur le court temps de durée de ces études, il y a eu un faible nombre de personnes supplémentaires voire aucune qui ont eu un cancer alors qu’ils prenaient des biothérapies par rapport à ceux prenant un placebo. Cependant, il y eut peu de cas de cancer, donc notre confiance envers ce résultat est faible.

 Arrêt cardiaque

Il y a eu un faible nombre de personnes supplémentaires voire aucune qui ont eu un arrêt cardiaque alors qu’ils prenaient des biothérapies par rapport à ceux prenant un placebo. Cependant, il y eut peu de cas de cancer, donc notre confiance envers ce résultat est faible.

Référence : Cochrane Database Syst Rev. 2011 Feb 16;(2):CD008794. doi: 10.1002/14651858.CD008794.pub2. Adverse effects of biologics: a network meta-analysis and Cochrane overview. Singh JA1, Wells GA, Christensen R, Tanjong Ghogomu E, Maxwell L, Macdonald JK, Filippini G, Skoetz N, Francis D, Lopes LC, Guyatt GH, Schmitt J, La Mantia L, Weberschock T, Roos JF, Siebert H, Hershan S, Lunn MP, Tugwell P, Buchbinder R.

Lien

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :