Rééducation du périnée chez la femme : efficacité ? Kiné ?

Vous vous posez des questions sur l’intérêt de la rééducation du périnée ? Voilà un article qui fait le point sur la rééducation périnéale des pathologies ou situations pour lesquelles plusieurs synthèses d’études ont été menées chez des femmes, afin de mettre en évidence un éventuel effet positif de la rééducation sur certains paramètres, particulièrement l’incontinence urinaire.

Voici aussi les réponses aux questions les plus fréquentes des personnes sur la rééducation du périnée chez la femme, notamment avant et après un accouchement, ainsi qu’à d’autres moments de la vie.

FAQ

Peut-on avoir une rééducation de kiné à domicile pour la rééducation périnéale après accouchement ?

Oui si vous avez des difficultés à vous déplacer. Il suffit que la mention « kinésithérapie à domicile » soit mentionné sur la prescription de séances de kiné.

Kiné ou sage-femme pour la rééducation périnéale ?

C’est un choix tout à fait personnel : ces 2 professionnels sont formés à la rééducation périnéale. Et les séances peuvent être prises en charge par la sécu et les mutuelles.

Faut-il obligatoirement utiliser une sonde pour la rééducation périnéale ?

Pas du tout. La sonde n’augmente pas l’efficacité des séances.

Y a-t-il des kinés spécialisés dans la rééducation périnéale ?

Oui. Tous les kinés sont formés lors de la formation initiale à la rééducation du périnée. Certain-es suivent ensuite des formations continues ou se forment par eux-même pour se spécialiser un peu plus dans cette prise en charge.

Comment trouver un kinésithérapeute spécialisé dans la rééducation périnéale de la femme ?

Tapez « kiné rééducation du périnée » ou « kiné rééducation périnéale » dans Google Maps ou dans un moteur de recherche généraliste. Vous pouvez aussi consulter l’annuaire de l’association française des professionnels de la rééducation en pelvi-périnéologie.

Sommaire de l’article plus détaillé

  1. Rééducation du périnée : késako ?
  2. Rééducation du périnée avant et après accouchement
    1. Pour prévenir l’incontinence urinaire
    2. Pour traiter les fuites urinaires
    3. Et l’incontinence fécale ?
    4. Et après une césarienne ?
    5. Fuite urinaire après rééducation du périnée
    6. Rééducation du périnée : obligatoire ?
  3. Rééducation du périnée chez la femme en général
  4. Sonde de rééducation périnéale et électro-stimulation
    1. Et la rééducation périnéale manuelle ?
    2. La sonde périnéale est-elle remboursée ?
  5. Rééducation du périnée par visualisation (feedback et biofeedback)
  6. Exercices de rééducation du périnée
  7. La rééducation du périnée à domicile

Qu’entend-on par rééducation du périnée ?

La rééducation du périnée renvoi à tous les comportements que l’on peut adopter, les gestes que l’on peut réaliser, et les méthodes et dispositifs que l’on peut utiliser, qui cherchent à avoir un effet sur le périnée, et les tissus et muscles qui l’entourent.

Le but ? Le plus souvent, il s’agit de prévenir ou traiter les fuites urinaires (incontinence urinaire). D’autres effets peuvent aussi être visés : éviter ou traiter l’incontinence fécale, diminuer les douleurs situées dans cette zone, voire même éviter le risque de déchirure du périnée ou d’épisiotomie durant l’accouchement.

Le plancher pelvien est un ensemble de muscles, de ligaments et d’autres tissus. Le périnée est le muscle le plus connu qui en fait parti. C’est pour cela que l’on parle souvent indifféremment de :

  • rééducation du plancher pelvien ;
  • rééducation du périnée ;
  • rééducation périnéale ;
  • rééducation pelvienne ;
  • rééducation sphinctérienne ;
  • kinésithérapie périnéale ;
  • kinésithérapie pelvi-périnéale ;
  • rééducation de l’incontinence urinaire ;
  • rééducation uro-gynécologique.

Tous ces termes renvoient au même ensemble de techniques et d’effets escomptés, même s’il y a effectivement de quoi être perdu avec toutes ces dénominations !

Nuage de différents mots pour qualifier la rééducation du périnée
La rééducation du périnée et ses multiples appellations : rééducation périnéale, rééducation du plancher pelvien, rééducation uro-gynécologique, rééducation pelvienne, rééducation de l’incontinence urinaire, etc.

La rééducation du périnée peut concerner les femmes comme les hommes, les enfants comme les adultes et les personnes âgées. C’est souvent la rééducation du périnée chez la femme après un accouchement qui est la plus connue.

Pourquoi parait-il logique de renforcer le périnée pour prévenir ou traiter les fuites urinaires ? Tout simplement parce qu’il contrôle les sphincters qui permettent à l’urine de s’écouler. Un périnée bien musclé et surtout qu’il est possible de contrôler en le contractant permettrait donc d’éviter les fuites urinaires, en fermant les sphincters.

La rééducation du périnée consiste le plus souvent en la réalisation d’exercices avec ou sans matériel pour prévenir ou diminuer la fréquence des fuites urinaires.

Rééducation du périnée chez la femme avant et après accouchement

Il faut déjà distinguer deux situations différentes :

  • le cas où la femme n’a pas d’incontinence urinaire déclarée, que ce soit avant ou après un accouchement (ce qui est le plus souvent le cas) ;
  • le cas où la femme a de l’incontinence urinaire (situation moins fréquente mais pour laquelle il y a plus d’études).

Nous allons voir dans un premier temps la situation où la femme n’a pas d’incontinence urinaire. La rééducation du plancher pelvien a alors pour but de prévenir l’apparition d’incontinence, et d’éventuels autres problèmes tels que des douleurs pelviennes.

Rééducation durant et après l’accouchement pour prévenir les fuites urinaires

Plus d’un tiers des femmes ont des fuites urinaires incontrôlées au cours du deuxième et troisième trimestre de grossesse. Ces fuites urinaires sont aussi présentes chez environ 1/3 des femmes après l’accouchement.

Parce que les fuites urinaires sont relativement fréquentes avant et après un accouchement, une prise en charge préventive de ces troubles est souvent proposée aux femmes. Son efficacité a été testée dans des études cliniques sur plus de 9 000 femmes, dans 20 pays différents. Quels sont les résultats de ces études ?

Chez les femmes enceintes sans fuites urinaires qui suivent une rééducation préventive du périnée, les fuites urinaires sont moins fréquentes :

  • en fin de grossesse ;
  • 3 et 6 mois après l’accouchement ;
  • on ne sait pas si elles sont toujours moins fréquentes un an après la naissance du bébé, par rapport aux femmes n’ayant pas eu de rééducation prévention.

En quoi consistent les séances proposées aux femmes dans ces études ? Il s’agit d‘exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien. Le principe central de ces exercices est de contracter le périnée, en « serrant les fesses », comme si l’on se retenait de faire pipi. Tous les types de variantes de rééducation (avec ou sans sonde de rééducation périnéale, avec ou sans électrostimulation, avec ou sans biofeedback, avec ou sans contractions des abdominaux/ du muscle transverse, etc.) ont été considérés sans chercher à savoir si certains se démarquaient.

Il n’y a pas d’études sur le rapport coût/bénéfice de cette rééducation dans ce cadre.

(Woodley el al., 2017)

La rééducation du périnée avant et après l’accouchement prévient le risque d’avoir des fuites urinaires dans les 6 mois suivant l’accouchement.

Rééducation durant et après l’accouchement pour traiter les fuites urinaires

On a vu que la rééducation du périnée permettait de prévenir l’apparition de fuites urinaires pendant et après la grossesse, au moins durant quelques mois. Mais est-ce qu’elle permet aussi de diminuer voire supprimer les fuites urinaires, chez les femmes qui en ont avant ou après la grossesse ?

Cela n’est pas certain. Les études ne permettent pas de conclure à ce sujet.

Cependant, aucun effet secondaire n’a été relevé.

(Woodley el al., 2017)

On n’est pas certain que la rééducation du périnée diminue la fréquence des fuites urinaires après l’accouchement chez les femmes qui en ont déjà.

Rééducation durant et après l’accouchement pour prévenir et traiter l’incontinence fécale

Il y a moins d’études sur ce sujet. Les études existantes ne permettent pas de dire si la rééducation du périnée, avant ou après l’accouchement, est efficace pour prévenir ou traiter l’incontinence fécale chez la femme enceinte puis chez la jeune maman.

(Woodley el al., 2017)

On n’est pas sûr que la rééducation du périnée diminue la fréquence de l’incontinence fécale après un accouchement.

Rééducation du périnée chez la femme après césarienne

Peu importe que la femme ait eu ou non une césarienne : la rééducation du périnée lui sera le plus souvent proposée. En effet, la prise de poids durant la grossesse a pu fragiliser le périnée et les tissus l’environnant, puisque le poids du bébé appuyait dessus.

De plus, les modifications hormonales de la grossesse ont pu également fragiliser le périnée. Même avec un accouchement par césarienne, la rééducation du périnée peut donc être pertinente.

La rééducation du périnée doit également être proposée aux femmes ayant eu une césarienne.

Rééducation en cas de fuite urinaire après rééducation du périnée

Malgré avoir suivi assidument des séances de rééducation du périnée (seules à l’aide d’applications ou chez des professionnel.les de santé), certaines femmes peuvent tout de même avoir des fuites urinaires après l’accouchement.

Pour ces femmes là, des séances de rééducation périnéale menées à distance de l’accouchement peuvent être pertinentes. Il peut être intéressant de varier le type d’exercice pratiqué. Par exemple, si la personne avait réalisé des exercices avec une sonde de rééducation périnéale et de l’électrostimulation, il peut être pertinent de proposer des exercices basés sur la contractions du muscle transverse (un des muscles abdominaux) et la co-contraction associée du périnée.

La rééducation du périnée est-elle obligatoire ?

Parce que le temps manque souvent après un accouchement, de nombreuses femmes se demandent si la rééducation du périnée est vraiment obligatoire après une grossesse. Bien évidemment, la réponse à cette question est non : chacune est libre d’entreprendre ou non des séances de rééducation ou des exercices en autonomie, tout comme de ne rien faire.

Il faut simplement avoir en tête que le fait de ne pas réaliser de rééducation du périnée augmente le risque d’avoir des fuites urinaires dans les 6 mois suivant l’accouchement.

La rééducation du périnée n’est pas obligatoire ! Elle augmente simplement les chances de ne pas avoir de fuites urinaires dans les 6 mois après un accouchement.

Rééducation du périnée chez la femme en général

Les femmes qui ont eu un enfant comme celles qui n’en ont pas eu peuvent avoir des fuites urinaires. Celles-ci peuvent survenir lors de la pratique d’un sport, lors de la toux ou d’un éclat de rire, la nuit, ou encore sans rien faire de particulier. Est-ce que la rééducation est efficace pour diminuer voire supprimer ces fuites ? La réponse à cette question est OUI. Mais voici plus de détails. (Dumoulin et al., 2018)

  • Les femmes qui ont de l’incontinence urinaire à l’effort ont 8 fois plus de chance de déclarer être guéries lorsqu’elles ont eu de la rééducation périnéale
  • Les femmes qui ont de l’incontinence urinaire (peu importe le type) ont 5 fois plus de chance de déclarer être guéries lorsqu’elles ont eu de la rééducation périnéale
  • Les femmes qui ont de l’incontinence urinaire ont en moyenne après rééducation un épisode de moins de fuites par 24 heures, par rapport à celles n’ayant pas eu de rééducation
  • La qualité de vie des femmes ayant suivi la rééducation est améliorée
  • Les femmes ayant suivi la rééducation périnéale sont plus satisfaites du traitement. Celles qui ont suivi un traitement autre ou pas de traitement cherchent plus à le poursuivre.
  • Les effets secondaires de la rééducation périnéale sont rares et mineurs (douleurs pelviennes transitoires)
  • Le rapport coût/bénéfice de la rééducation du périnée pour traiter l’incontinence urinaire chez la femme semble prometteur (une seule étude)

Y a-t-il un type de rééducation du périnée plus efficace qu’un autre ? La réponse à cette question est non. Pour l’instant, aucun type de rééducation particulier ne se démarque dans les études menées. La seule chose dont on est à peu près sûr, c’est que les femmes ayant une supervision régulière pendant la période de rééducation du périnée, déclarent avoir une meilleure amélioration de leur incontinence que celles ayant peu ou pas de supervision par un.e professionnel.le de santé. La fréquence pertinente de supervision semble être d’une fois par semaine. (Hay-Smith et al., 2011)

La rééducation du périnée permet de supprimer les fuites urinaires chez les femmes qui en ont, ou de diminuer leur fréquence, et aucune méthode de rééducation particulière ne semble plus efficace qu’une autre.

La sonde de rééducation périnéale et l’électrostimulation : indispensables ?

Seule ou chez un.e professionnel.le de santé (sage-femme ou kinésithérapeute), il est possible de suivre une rééducation du périnée à l’aide d’une sonde de rééducation périnéale et d’électrostimulation. La sonde est insérée dans le vagin et des exercices actifs de contraction du périnée sont réalisés. Des électrodes permettent également de solliciter la contraction du périnée.

Utiliser ce matériel permet-il de moins avoir de fuites urinaires, ou de mieux diminuer leur fréquence ? Plusieurs études se sont penchées sur ce sujet. Il ne semble pas que le fait d’utiliser une sonde de rééducation périnéale et l’électrostimulation soit plus efficace que de simples exercices de renforcement et de sollicitation du périnée sans matériel.

(Stewart, 2017)

La sonde de rééducation périnéale et l’électrostimulation ne sont pas plus efficaces pour la rééducation du périnée que la réalisation d’exercices sans matériel.

Matériel pour réaliser à domicile ou en cabinet de kinésithérapie la rééducation du périnée : sonde de rééducation périnéale et boitier permettant l'électrostimulation
Matériel pour pratiquer la rééducation du périnée via une sonde périnéale (à droite). Ce boitier permet l’électrostimulation. L’utilisation d’un tel dispositif n’est pas plus efficace que la rééducation du périnée sans matériel.

La rééducation périnéale manuelle

Il existe de plus en plus de dispositifs pour pratiquer la rééducation du périnée à l’aide de matériel : sondes périnéales, électrodes, appareils ou sondes d’électro-stimulation, etc. Ce matériel peut être acheté et utilisé par des kinésithérapeutes ou sage-femmes. De plus en plus de dispositifs s’adressent directement aux patient.es et proposent de réaliser à domicile sa rééducation du périnée simplement à l’aide d’une application pour smartphone, sur laquelle peut être connectée par exemple une sonde périnéale.

Y a-t-il un réel intérêt à utiliser cette sonde périnéale ? Non : la rééducation manuelle ou même la réalisation de simples exercices de renforcement musculaire du plancher pelvien est tout autant efficace.

La rééducation périnéale manuelle est tout autant efficace que la rééducation avec une sonde périnéale, du renforcement musculaire ou de l’électrostimulation

(Stewart, 2017)

Dispositifs à insérer dans le vagin pour la rééducation périnéale, en alternative à l'utilisation de sonde périnéale et de l'électrostimulation
La rééducation du périnée peut être aussi réalisée manuellement ou à l’aide de dispositifs à insérer dans le vagin

Remboursement de la sonde périnéale

Plusieurs dispositifs de rééducation périnéale sont remboursés par la sécurité sociale en France, ainsi que par les complémentaires santé (mutuelles). C’est le cas seulement s’ils sont prescrits par des professionnel.les de santé.

Les sondes ou électrodes cutanées périnéales pour l’électrostimulation peuvent être prescrites par :

  • les kinésithérapeutes ;
  • les sage-femmes ;
  • les médecins.

Les sondes périnéales sont remboursées à hauteur de 25 euros et se commandent le plus souvent en pharmacie.

Des appareils d’électrostimulation peuvent aussi se louer ou s’acheter en pharmacie. Leur prix est de plusieurs centaines d’euros. Le plus souvent, comme la rééducation du périnée ne dure que quelques semaines, les personnes utilisent des appareils d’électrostimulation possédés par les kinésithérapeutes ou sage-femmes, sans les acheter ou louer. Dans le cas, il faut acheter seulement la sonde périnéale.

Il existe aussi des sondes de biofeedback connectées coûtant jusqu’à 200 euros et non remboursées.

Rappelons cependant que la rééducation périnéale sans sonde est tout autant efficace, que celle-ci soit connectée ou non.

Les sondes périnéales sont remboursées à hauteur de 25 euros si elles sont prescrites par des sage-femmes, kinésithérapeutes ou médecins. Elles ne sont pas indispensables pour une rééducation du périnée efficace.

Deux modèles de sonde périnéale connectées : Fizimed Emy et Urgo Mia
Deux exemples de sondes périnéales connectées non remboursées ( Emy de Fizimed et Urgo Mia des laboratoires Urgo) par la sécurité sociale qui coûtent plus de 150 euros, alors que les sondes remboursées coûtent 25 euros. N’oublions pas que la rééducation du périnée sans sonde périnéale est tout autant efficace qu’avec une sonde !

Rééducation du périnée par visualisation (biofeedback)

Comme nous l’avons vu, la rééducation du périnée est efficace chez la femme pour diminuer voire supprimer les fuites urinaires. En revanche, aucune méthode de rééducation particulière ne semble se démarquer.

Les rééducations avec visualisation (feedback ou biofeedback) ne sont donc a priori pas plus efficaces que les rééducations du périnée sans visualisation. Cela est valable que le feedback émane d’une personne, d’une application d’un smartphone ou d’un logiciel sur l’ordinateur.

En fait, ce qui semble être plus efficace sur la rééducation du périnée, c’est le contact régulier avec un.e professionnel.le de santé – qu’il ou elle dispense ou non un feedback. La fréquence de contact estimée être pertinente est une rencontre une fois par semaine avec un.e professionnel.le de santé.

(Herderschee et al., 2011)

La rééducation du périnée avec biofeedback n’est pas plus efficace que les autres formes de rééducation. Ce qui compte, c’est la supervision hebdomadaire d’un.e professionnel.le de santé.

Sonde de rééducation périnéale et biofeedback Perifit
Un énième dispositif pour rééduquer son périnée à l’aide d’une sonde périnéale connectée, d’une application et de son smartphone : Perifit. La rééducation se fait par visualisation des contractions du périnée sous forme de jeu, c’est pour cela que l’on parle de biofeedback. A nouveau : la rééducation par biofeedback ou sonde périnéale n’est pas plus efficace que la rééducation via des exercices de renforcement musculaire sans matériel particulier.

Rééducation périnéale : les exercices

De nombreux exercices de rééducation du périnée existent. Ces exercices sont les mêmes qu’il s’agisse d’une rééducation post-accouchement ou d’une rééducation périnéale pour des problèmes de fuites urinaires.

Est-il utile d’en connaître et pratiquer un grand nombre ? Non, le seul éventuel intérêt de changer régulièrement d’exercice est de rester motivé.

Tous les exercices de rééducation du périnée reposent sur le même principe : associer une contraction du périnée et du muscle transverse, quelque soit la position adoptée. Comment contracter le périnée ? En serrant l’anus et le vagin, et en essayant de maintenir la contraction le plus longtemps possible, ou en relâchant puis contractant le plus de fois possible. Une fois que l’on arrive à réaliser cela, on peut coupler la contraction du périnée à la contraction du muscle transverse. Pour contracter le transverse, il suffit de rentrer le plus possible le ventre : en n’oubliant pas de contacter le périnée.

Ces exercices de contraction du périnée et du transverse peuvent être réalisés dans toutes les positions :

  • couché sur le dos, les jambes repliées (c’est souvent la position la plus facile) ou tendues ;
  • en position assise, devant la télé, l’ordinateur, en conduisant ou même dans le bus ;
  • debout, en faisant la vaisselle ou en portant un bébé qu’on aide à s’endormir ;
  • en marchant ;
  • en descendant les escaliers ;
  • etc.
Exercice pour la rééducation périnéale, allongée sur le dos
Exercice de base pour la rééducation du périnée : allongée sur le dos, jambes repliées, chercher à rentrer le ventre tout en contractant l’entre-jambes et l’anus

La rééducation périnéale lorsqu’elle est réalisée avec un.e professionnel.le de santé consiste à trouver les exercices qui correspondent à chaque personne en fonction de ses difficultés éventuelles ou de ses facilités, ainsi que de sa motivation.

Il est tout à fait possible de rééduquer son périnée seule à la maison, sans intervention d’une tierce personne. Pour cela, de simples exercices peuvent être pratiqués sans matériel. La rééducation par sonde périnéale, ou en utilisant une appli, n’est pas plus efficace que le simple fait de faire des exercices sans matériel. En revanche, le fait d’être au contact une fois par semaine d’un.e professionel.le de santé qui peut superviser la rééducation augmente les chances que la rééducation du périnée soit efficace.

La rééducation du périnée à domicile

Après un accouchement, il est souvent difficile de dégager du temps pour se rendre chez un.e sage-femme ou kinésithérapeute. Il est envisageable de faire sa rééducation du périnée seule, soi-même, à la maison. Pas besoin d’investir dans dispositifs coûteux, tels que les sondes périnéales et les applis de biofeedback. On l’a vu, leur utilisation n’améliore pas l’efficacité de la rééducation du périnée sur la base de simples exercices de contraction du périnée et du transverse.

En France, la Connaissance et maîtrise du périnée (CMP) est une méthode qui a été développée pour encourager l’auto-rééducation périnéale. Elle s’adresse directement aux personnes qui veulent s’auto-rééduquer, mais aussi aux professionnel.les de santé. Cette méthode n’a pas fait l’objet d’études cliniques ; il est tout à fait possible de réaliser sa rééducation périnéale en toute autonomie, sans suivre une méthode formalisée.

Il semble important de garder cependant en tête ces quelques points avant d’entamer une rééducation du périnée, que ce soit seule ou auprès d’un.e kiné ou d’un.e sage-femme :

  • la rééducation du périnée prévient le risque de survenue de fuites urinaires dans les 6 mois qui suivent l’accouchement, mais on n’est pas sûr qu’elle est un effet à long terme ;
  • les femmes qui ont de l’incontinence urinaire ont 5 fois plus de chance de déclarer être guéries lorsqu’elles font de la rééducation périnéale ;
  • utiliser une sonde périnéale, de l’électrostimulation ou du biofeedback, tout comme avoir une rééducation périnéale manuelle n’est pas plus efficace que de réaliser de simples exercices sans matériel spécifique ;
  • le fait d’être suivi une fois par semaine par un.e professionnel.le de santé améliore l’efficacité de la rééducation périnéale.
Dispositif Perygym pour la rééducation du périnée
Un des multiples dispositifs, le Perygym, cette fois externe, qui est proposé en France pour rééduquer le périnée à la maison. Ce dispositif spécifique n’a pas été testé : il n’y a aucune raison de penser que son utilisation rend la rééducation périnéale plus efficace, et les avis sonnent bien trop beaux pour être vrais. Quand des dispositifs ont étés testés, leur utilisation n’est pas plus efficace que la rééducation du périnée sans matériel spécifique.

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

📘 Références scientifiques 📘

Les références ont été sélectionnées à partir de la requête suivante sur la Cochrane Library (dernière mise à jour : janvier 2020) : (incontinence or pelvic floor) and (physiotherapy or home or rehabilitation or physical therapy or training or exercise)

Sur l’effet préventif et thérapeutique des exercices du plancher pelvien pendant et après la grossesse : Woodley SJ, Boyle R, Cody JD, Mørkved S, Hay-Smith EC. Pelvic floor muscle training for prevention and treatment of urinary and faecal incontinence in antenatal and postnatal women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2017, Issue 12.

Sur l’efficacité de l’entrainement des muscles du plancher pelvien pour l’incontinence urinaire chez les femmes, comparativement à rien ou à d’autres traitements : Dumoulin C, Cacciari L, Hay-Smith EC. Pelvic floor muscle training versus no treatment, or inactive control treatments, for urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2018, Issue 10.

Sur les meilleures méthodes de renforcement du périnée contre l’incontinence urinaire chez la femme : Hay-Smith EJC, Herderschee R, Dumoulin C, Herbison GP. Comparisons of approaches to pelvic floor muscle training for urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 12

Sur l’efficacité du feedback et biofeedback en plus du renforcement musculaire du périnée pour l’incontinence urinaire de la femme : Herderschee R, Hay-Smith EJC., Herbison GP, Roovers JP, Heineman MJ. Feedback or biofeedback to augment pelvic floor muscle training for urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 7.

Sur l’effet de l’électrostimulation sur l’incontinence urinaire de la femme, comparativement à rien ou à d’autres traitements, ainsi que sur son rapport coût/bénéfice : Stewart F, Berghmans B, Bø K, Glazener CMA. Electrical stimulation with non-implanted devices for stress urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2017, Issue 12.

Sur l’efficacité d’associer du renforcement du périnée à d’autres traitements actifs dans la prise en charge de l’incontinence urinaire chez la femme : Ayeleke R, Hay-Smith EC, Omar M. Pelvic floor muscle training added to another active treatment versus the same active treatment alone for urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 11.

Sur l’efficacité de l’utilisation de cônes vaginaux lestés pour traiter l’incontinence post-partum : Herbison G, Dean N. Weighted vaginal cones for urinary incontinence. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 7.

Sur l’efficacité de l’utilisation de divers dispositifs mécaniques pour l’incontinence urinaire de la femme : Lipp A, Shaw C, Glavind K. Mechanical devices for urinary incontinence in women. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 12.

Sur l’effet des changements de mode de vie (tels que perdre du poids) sur l’incontinence urinaire de la femme : Imamura M, Williams K, Wells M, McGrother C. Lifestyle interventions for the treatment of urinary incontinence in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2015, Issue 12.

Sur les traitements de l’incontinence urinaire de l’adulte après un accident vasculaire cérébral (AVC) : Thomas LH, Coupe J, Cross LD, Tan AL, Watkins C. Interventions for treating urinary incontinence after stroke in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2019, Issue 2. Art.

Références professionnelles

Revue Pharma N°160, février 2019, dossier Rééducation du périnée – Un marché à conquérir

Images

Titman SC, Radley SC, Gray TG. Self-management in women with stress incontinence: strategies, outcomes and integration into clinical care. Res Rep Urol. 2019;11:111–121. Published 2019 Apr 17. doi:10.2147/RRU.S177826

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

2 commentaires sur « Rééducation du périnée chez la femme : efficacité ? Kiné ? »

  1. Merci beaucoup pour cet article extrêmement clair complet et rassurant, que j’ai fait lire à ma kiné
    je dois commencer la rééducation du périnée et j’étais perdue avec toutes ses appli et matériel, j’y vois plus clair et je vais pouvoir commencer sereinement ma rééducation, sans investir dans quoi que ce soit!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :