Déambulateur et maladie de Parkinson

Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou d’un syndrome parkinsonien peuvent avoir des difficultés à marcher, et des troubles de l’équilibre occasionnant des chutes. Afin de faciliter la marcher et de limiter les chutes, un déambulateur peut être utilisé. Quand recourir à un déambulateur plutôt qu’à une ou deux cannes ? Quel type de déambulateur existe-t-il ? Quelles précautions avoir ? Voici les réponses à ces questions.

Sommaire

  1. Quand utiliser un déambulateur dans la maladie de Parkinson ?
    1. Cannes ou déambulateur ?
    2. Risque-t-on de ne plus pouvoir s’en passer ?
    3. Fréquence d’utilisation d’un déambulateur dans la maladie de Parkinson
  2. Quel déambulateur choisir ?
    1. 2, 3, 4 roues ou sans roues/roulettes ?
    2. Léger ou lourd ?
    3. Avec ou sans assise ?
    4. Pliant ou non ?
    5. Electrique ?
    6. Tout terrain ?
    7. Déambulateurs « spécial Parkinson » ?
    8. Récapitulatif en tableau
  3. Quelles précautions adopter pour utiliser son déambulateur ?
  4. Les déambulateurs sont-ils remboursés ?
  5. Où acheter son déambulateur ?
    1. En pharmacie ou sur internet ?
    2. Neuf ou d’occasion ?

Quand utiliser un déambulateur dans la maladie de Parkinson ?

Plusieurs situations peuvent conduire à se demander si utiliser une aide technique à la marche serait pertinent, chez une personne qui a la maladie de Parkinson :

  • peur de tomber des personnes ou de leur entourage ;
  • chutes ponctuelles ou de plus en plus fréquentes, au domicile ou à l’extérieur ;
  • diminution du périmètre et de la vitesse de marche, moindre pratique d’activité physique, isolement ;
  • difficultés à sortir de chez soi, à aller dans son jardin ;
  • besoin de se tenir aux meubles et aux murs pour se déplacer chez soi ;
  • recommandation de son professionnel de santé (médecin, kinésithérapeute, etc.) ou de son entourage.

Cannes ou déambulateur ?

Il existe différentes aides techniques pour la marche. Les voici, rangées de celle qui stabilise le moins à celle qui stabilise le plus :

  • bâtons de marche, bâtons de randonnée ;
  • canne simple, dite canne en T ;
  • cannes béquilles (dites cannes anglaises) ou canne axillaire (pour les personnes ne pouvant pas bien utiliser leur poignet, à cause d’une fracture ou d’une paralysie) ;
  • cadre de marche, déambulateur 2 roues, déambulateur 4 roues (rollator), déambulateur 2 roues, déambulateur 3 roues, déambulateur avec appui antébrachial.

Les kinésithérapeutes ou éventuellement votre médecin traitant peuvent évaluer quelle aide technique est la plus appropriée dans votre cas en fonction des difficultés que vous rencontrez, de votre environnement (logement exigüe avec escaliers VS appartement aux normes handicapés) et de vos envies.

En cas de maladie de Parkinson, l’utilisation de simples bâtons de randonnée peuvent parfois suffire pour se stabiliser, surtout en extérieur. Lorsque les troubles de l’équilibre deviennent plus importants, l’utilisation de deux cannes béquilles est parfois nécessaire.

Cependant, utiliser 2 cannes béquilles pour se déplacer en cas de Parkinson n’est souvent pas pratique. Il faut bien coordonner ses mouvements, penser à poser ses cannes sans les faire tomber lorsqu’on s’arrête, et surtout, cela ne permet pas de facilement transporter des objets en même temps. De plus, les cannes béquilles sont moins stables qu’un déambulateur. Elles sont par contre plus pratiques dans un logement exigüe, où pour monter et descendre des escaliers.

C’est souvent le déambulateur qui est le plus approprié dans la maladie de Parkinson, lorsqu’on se rend contre que les cannes ne suffisent plus, où que l’on se met à beaucoup se tenir aux meubles et aux murs chez soi pour se déplacer.

Les bâtons de marche peuvent être utilisés surtout pour la marche en extérieur en cas de maladie de Parkinson entrainant peu de troubles de l'équilibre
Bâton de marche en cas de déséquilibre léger à la marche, pour les marches plutôt en extérieur.

Risque-t-on de ne plus pouvoir s’en passer ?

C’est une crainte très fréquente. Lorsqu’on propose une aide technique comme un rollator ou un déambulateur 2 roues à quelqu’un qui n’en n’utilisait pas jusqu’alors, la réaction est souvent la suivante : « Si je commence à m’en servir, je ne pourrais plus jamais m’en passer, je vais devenir dépendant-e. » Parfois, c’est même l’entourage qui appréhende, et qui pense qu’utiliser une aide technique condamne l’autonomie de son proche.

La réaction est compréhensible. Effectivement, certaines personnes qui marchent avec un déambulateur n’arrivent pas à remarcher sans rien par le suite. Il ne faut pas oublier cependant qu’elles ont pris un déambulateur justement parce qu’elles n’arrivaient plus à marcher suffisamment longtemps, ou suffisamment en sécurité. Si le bilan réalisé par votre kinésithérapeute montre que vous avez des difficultés pour marcher, et si vous êtes désireux ou désireuse de marcher plus ou mieux, alors l’adoption d’un déambulateur est à tester.

Si la satisfaction n’est pas au rendez-vous, vous pourrez bien sûr vous passer du déambulateur. Vous retrouverez vos capacités antérieures. D’autant plus que même si on adopte une canne ou un déambulateur, on ne l’utilise pas en général pour 100 % des déplacements. L’habitude de marcher sans est conservée.

Fréquence d’utilisation d’un déambulateur dans la maladie de Parkinson

Une étude s’est intéressée à la fréquence d’utilisation d’un déambulateur (tout type confondu) par des personnes atteintes de la maladie de Parkinson, et suivies par des neurologues à l’hôpital. Au début de l’étude, 30 % des personnes utilisaient un déambulateur en intérieur, et 52 % en extérieur. Trois ans après, elles étaient 40 % à l’intérieur et 66 % à l’extérieur.

Souvent, les personnes utilisaient une canne en intérieur et un déambulateur à l’extérieur. Les déambulateurs à roulettes (vs ceux sans roues, dits cadres de marche) étaient les plus utilisés à l’extérieur comme à l’intérieur.

Quel déambulateur choisir ?

Une étude s’est intéressée à déterminer quel type d’aide technique à la marche était la plus plus adaptée en général chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Les aides techniques étudiées étaient les suivantes :

  • cannes en T ;
  • cannes béquilles ;
  • cadres de marche ;
  • déambulateurs 4 roues ;
  • déambulateurs 2 roues ;
  • déambulateurs U-step.

Qu’ont constaté les chercheurs ?

  1. Tous les dispositifs d’aide à la marche réduisent la vitesse de marche, sauf le déambulateur 4 roues et le U-step.
  2. Le déambulateur 4 roues est celui qui permet de mieux conserver la façon de marcher sans aide technique.
  3. Le risque de chute était plus important avec le déambulateur U-step, suivi du déambulateur 2 roues et du cadre de marche.
  4. L’utilisation d’une lumière laser présente sur les déambulateurs U-step (censés aider contre le freezing, où blocage parkinsonien) n’améliorait pas les paramètres de marche mesurés.
  5. Le déambulateur 4 roues est l’aide technique qui améliorait le plus de paramètres de marche.

Bien évidemment, les résultats de cette étude ne signifient pas que TOUTES les personnes atteintes de la maladie de Parkinson devraient marcher avec un déambulateur 4 roues, ou que cette aide technique est la plus adaptée. Elle signifie en revanche que chez une personne qui chute ou qui marche de moins en moins par peur de tomber, essayer un déambulateur 4 roues peut être pertinent. Les kinésithérapeutes peuvent vous orienter pour trouver l’aide technique plus adaptée.

Une autre étude montre que les déambulateurs sans roues (cadre de marche) majore les blocages à la marche typiques des personnes ayant Parkinson, alors que les déambulateurs 4 roues ne les majorent pas. Les cadres de marche (déambulateurs sans roues) sont donc plutôt à éviter, sauf cas particulier décrit ci-dessous, après bilan d’un-e kinésithérapeute.

Pour trouver l’aide technique la plus adaptée, votre kinésithérapeute peut vous faire réaliser un bilan et étudier avec vous ce qui vous convient le mieux. Voici ci-dessous quelques informations généralistes.

2, 3, 4 roues ou sans roues ?

Le déambulateur 4 roues est le meilleur compromis entre vitesse de marche et sécurité, chez les personnes atteintes de Parkinson. En revanche, il est souvent plus encombrant. Selon le type de logement, il peut ne pas convenir. Il peut aussi ne pas convenir pour des personnes ayant des troubles de l’équilibre vraiment trop importants. Le déambulateur dans ce cas part trop vite vers l’avant et risque de les entrainer. Dans ce cas, il faudra le lester (en mettant un objet lourd dessus qui ne risque pas de tomber) ou essayer une autre aide technique, comme un déambulateur 2 roues.

Le déambulateur 3 roues n’est pas significativement différent d’un 4 roues. Il est un peu plus maniable, mais moins stable. Il est donc réservé aux personnes ayant un équilibre correct.

Le déambulateur 2 roues peut convenir aux personnes qui seraient trop entraînées en avant par un déambulateur 4 ou 2 roues. Ses 2 pieds accrochent cependant au sol, notamment sur du carrelage ancien en intérieur ou des dalles en extérieur. Il nécessite un peu plus de force dans les bras, et est moins maniable. Il peut convenir plus à des personnes qui ont besoin de beaucoup s’appuyer dessus, notamment en cas de douleurs aux genoux ou aux hanches, ou de faiblesse des membres inférieurs liées à une fracture. Le déambulateur 2 roues peut être adapté en mettant par exemple des balles de tennis percées sous ses 2 pieds, afin qu’il glisse mieux, mais tout de même moins qu’un 4 roues, qui entrainerait trop les personnes vers l’avant.

Déambulateur 2 roues parfois pertinent en cas de maladie de Parkinson
Déambulateur 2 roues standard pouvant être utilisé en cas de maladie de Parkinson. Le fait qu’il n’y ait pas de roue à l’arrière limite la vitesse de marche et empêche la personne d’être trop emportée vers l’avant.

Le cadre de marche (déambulateur sans roues) peut être intéressant par sa légèreté, chez des personnes qui ont besoin de beaucoup s’appuyer sur quelque chose pour marcher (par exemple en cas de faiblesse ou de douleur d’un membre inférieur, suite à une chute ou à une autre problématique). Il doit cependant être soulevé à chaque pas, ce qui peut entrainer la chute de la personne vers l’arrière. Il n’est pas souvent recommandé dans la maladie de Parkinson.

Léger ou lourd ?

Pour une personne qui a très peu de troubles de l’équilibre, un déambulateur léger conviendra. Cela ne conviendra pas pour une personne avec des troubles de l’équilibre trop importants.

Souvent les personnes ont peur d’avoir un déambulateur trop lourd. Si le déambulateur a 4 roues, il sera cependant très maniable, même s’il est lourd, et même avec peu de force dans les bras. Il sera aussi plus stable.

En revanche un déambulateur lourd se transporte moins facilement (dans une voiture, dans les escaliers, pour monter sur un trottoir, etc.). L’aide d’une tierce personne est nécessaire dans ces situations.

Modèle lourd mais stable de déambulateur 4 roues
Exemple de déambulateur relativement lourd, donc moins facile à transporter mais beaucoup plus stable. A privilégier pour les personnes ayant besoin de beaucoup s’appuyer dessus ou qui ont des troubles de l’équilibre importants (par exemple en cas de syndrome post-chute), liés ou non à la maladie de Parkinson.

Avec ou sans assise ?

La plupart des déambulateurs avec roues proposent une assise. C’est un vrai plus, pour faire des pauses lorsqu’on est fatigué à tout moment en se relevant facilement (les poignées servant d’accoudoirs) ou pour transporter des petits objets. Veiller à mettre le déambulateur contre un mur pour s’asseoir dessus, pour éviter de partir vers l’arrière.

Seuls les cadres de marche (déambulateur sans roues) n’ont systématiquement pas d’assise.

Pliant ou non ?

Si le déambulateur servira en dehors la maison (par exemple pour aller faire des courses en voiture), mieux vaut opter pour un pliant. En vérifiant que plié, il rentre bien (et relativement facilement) dans la voiture.

Pour un usage exclusivement à domicile, un non pliant convient. Préférez avoir 2 déambulateurs dans une maison à étage (1 par étage) qu’un seul, très difficilement transportable par les escaliers, qu’il soit ou non pliable.

Electrique ?

Les déambulateurs électriques sont plus de l’ordre du gadget (très onéreux – compter autour de 2000 à 3000 euros pour leur acquisition) que de l’aide technique utile. Ils nécessitent un apprentissage et un entretien important. Les déambulateurs électriques peuvent aussi être source de chute, mal utilisés.

Leur utilisation n’est donc plutôt pas à recommander dans la maladie de Parkinson.

Tout terrain ?

Cadre de marche et déambulateurs 2 roues sont à prescrire pour aller sur des terrains avec des aspérités, voire de l’herbe ou de la boue. Les déambulateurs 3 et 4 roues (rollators) peuvent en revanche aller sur ce type de terrain. Préférer dans ce cas un déambulateur suffisamment lourd pour qu’il ne se renverse pas en cas de trou ou bosse.

Déambulateur spécial Parkinson ?

Certains fabricants ou revendeurs de matériel paramédical peuvent vous suggérer l’acquisition d’un déambulateur spécialement conçu pour les personnes atteintes de Parkinson. Ce sont généralement des déambulateurs 4 roues (rollators) équipés d’un laser. Le laser est censé aider la personne à avoir une marche plus fluide, notamment en cas de blocage.

Cependant, une étude montre que ce type d’aide technique non seulement n’améliore pas la vitesse de marche (comparé à un déambulateur 4 roues ou à l’absence d’aides techniques) mais en plus n’améliore pas significativement l’équilibre.

Déambulateur 4 roues commercialisé comme étant spécialement conçu pour les personnes atteintes de Parkinson
Sur internet, plus rarement en magasin, on trouve des déambulateurs « spécial parkinson ». Il s’agit en fait de déambulateurs 4 roues tout à fait classique, vendu plusieurs centaines d’euros de plus que les modèles standards. Le seul élément qu’ils ont en plus est un système laser censé aider les personnes en cas de freezing à reprendre la marche. Les études conduites sur ce type de dispositif ne montrent cependant pas d’effet facilitant à la marche. Mieux vaut donc se contenter d’un déambulateur 4 roues classique, bien moins onéreux.

Quelles précautions adopter pour utiliser son déambulateur ?

Le principal risque avec un déambulateur en cas de maladie de Parkinson est de basculer vers l’arrière. En effet, les personnes ont tendance à déplacer leur centre de gravité vers l’arrière involontairement. Cela se manifeste par exemple par un appui plus important sur les talons, ou un déséquilibre vers l’arrière en se levant ou en marchant, comme lors d’un syndrome post-chute. Ces personnes vont avoir tendance à tracter avec leur main pour ne pas tomber.

Or, avec un déambulateur, il faut s’appuyer dessus, et non se tracter. Après quelques séances de rééducation, si l’attitude en rétropulsion (vers l’arrière) ne dure pas depuis trop longtemps, une marche sécuritaire avec un déambulateur est possible. Si non, alors il faudra lester le déambulateur (rajouter du poids dessus) pour éviter qu’il ne se soulève du sol si la personne le tracte.

Les déambulateurs sont-ils remboursés ?

Les déambulateurs en France sont pris en charge partiellement par la sécurité sociale, car ils figurent sur la LPP (Liste des produits et prestations remboursables). Un complément est possible par certaines assurances privées (mutuelles).

Tous les déambulateurs sont remboursés, qu’ils aient ou non des roulettes. La condition pour qu’ils soient remboursés est simplement qu’ils soient réglables en hauteur. Tous les déambulateurs (cadres de marche, déambulateurs 2 roues, 3 roues, 4 roues, avec appui-antébrachial, etc.) sont remboursés de la même façon, quel que soit leur prix.

Le montant de ce remboursement est le suivant : 53 euros 81.

Il est aussi possible de les louer à la semaine, le remboursement est alors de 1 à 3 euros par semaine, selon la durée de la location.

Enfin, la livraison du déambulateur à votre domicile peut être remboursée à hauteur de 12 euros 96.

Pour être remboursé, l’achat doit être fait avec l‘ordonnance d’un-e kinésithérapeute ou d’un médecin.

Où acheter son déambulateur ?

En pharmacie ou sur internet ?

Quelque soit l’endroit où vous achetez votre déambulateur, un remboursement (y compris des frais de port) est possible.

Si vous l’achetez en pharmacie ou chez un revendeur de dispositifs médicaux, le personnel s’occupe en général de votre demande de remboursement, voire réalise le tiers-payant (c’est-à-dire que vous n’avancez pas les frais).

Quelque soit le site internet où vous achetez votre déambulateur, un remboursement est également possible. Il faut pour cela disposer :

  • d’une ordonnance pour l’achat d’un déambulateur, réalisée par votre médecin ou kinésithérapeute ;
  • de la facture d’achat de votre déambulateur ;
  • d’un formulaire Cerfa 11389*05 (feuille de soin) à remplir.

Il faut ensuite renvoyer le tout rempli à la caisse de sécurité sociale dont vous dépendez.

Attention cependant, sur internet, des déambulateurs identiques neufs peuvent être vendus du simple au double. Voici deux exemples ci-dessous :

Déambulateur 4 roues premier prix
69€
Déambulateur 4 roues identique mais au double de prix
124€

Neuf ou d’occasion ?

Sur Leboncoin, il y a régulièrement des déambulateurs de tout type en vente. Il est aussi parfois possible de trouver sur des lieux de dépôts-vente ou sur des sites de chantier valoriste des cadres de marche, déambulateurs 2 et 4 roues, mais cela n’est pas systématique.

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

📕 Sources 📕

Kader et al., 2018. Mobility device use in people with Parkinson’s disease: A 3-year follow-up study.

Kegelmeyer et al., 2013. Assistive devices alter gait patterns in Parkinson disease: advantages of the four-wheeled walker.

Cubo et al., 2003. Wheeled and standard walkers in Parkinson’s disease patients with gait freezing.

Bryant et al., 2011. Gait changes with walking devices in persons with Parkinson’s disease.

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

%d blogueurs aiment cette page :