Ultrasons kiné : effets secondaires, danger ?

ultrasons kiné effets secondaires danger

Kiné, médecin ou patient(e), vous cherchez des informations précises sur les ultrasons utilisés par les kinésithérapeutes ? Notamment, quels sont les effets secondaires possibles, est-ce qu’il y a un danger à les utiliser d’une certaine façon ? Y a-t-il des précautions à prendre, une intensité à ne pas dépasser ? Quels sont les appareils les moins risqués ?

Moi-même kiné, je fais le point sur ce que l’on sait en 2023 à ce sujet. Pour rédiger cet article, je m’appuie tout autant sur :

  • mon expérience de kiné en salariat et libéral ;
  • des recherches bibliographiques approfondies dans la littérature scientifique internationale (toutes les références et la méthodologie de recherche en fin d’article).

Vous pouvez bien sûr toujours laisser vos questions en commentaire 🙂.

♻️ Dernière mise à jour : décembre 2022.
Liens d’intérêt : les liens vers Amazon.fr sont affiliés. Cela veut dire que si vous cliquez dessus et que vous achetez le produit, je peux toucher une commission de 1 à 12% et le produit vous coûte le même prix. Ma déclaration complète est en mentions légales.

📬 Vous souhaitez être tenu au courant par mail quand je publie de nouveaux articles (1 à 4 par mois) ?

Sommaire

Comment fonctionnent les ultrasons en kiné ?

Les ultrasons sont utilisés dans beaucoup de secteurs différents, depuis qu’on a découvert leur existence au 18ème siècle. Par exemple, dans de nombreuses industries, en cuisine, en nettoyage, en médecine.

Car un ultrason, c’est avant tout une onde mécanique qui se propage au travers de gaz (comme l’air) ou de fluides (comme le sang) voire même de solides (comme la peau).

En médecine, on les utilise pour diagnostiquer et traiter certaines maladies. Et on les utilise plus spécifiquement en séance de kinésithérapie aussi, depuis les années 1960.

Les effets potentiels des ultrasons en kinésithérapie sont étudiés depuis… 1966 ! C’est en tout cas l’année de parution d’une publication « Ultrasound in physiotherapy ». On retrouve ensuite un nombre de plus en plus important de publications académiques sur le sujet, particulièrement depuis les années 2000.

Voici comment fonctionne en théorie l’ultrasonothérapie pratiquée par les kinés :

  1. le kiné allume la machine ;
  2. il met un gel conducteur sur la partie du corps qui va être traitée ;
  3. il applique les ultrasons sur une partie du corps, en bougeant la sonde ;
  4. l’ultrason émet un signal ultrasonore qui a un effet à la fois mécanique et thermique ;
  5. l’ultrason pénètre plus ou moins en profondeur les différents tissus (selon la fréquence et l’intensité à laquelle on l’a réglé). Cela provoque en théorie un effet défibrosant, antalgique et anti-inflammatoire ;
  6. au bout de quelques minutes, le soin est terminé.
Ultrasons appliqués au niveau de la cheville après entorse. Photo : Papadopoulos 2020

Notez que cela peut tout à fait être réalisé par vous-même. Il existe d’ailleurs des appareils conçus pour un usage par les particuliers.

L’intérêt spécifiques des kinés n’est pas d’appliquer la technique, mais plutôt de vous orienter vers les plus pertinentes pour vous.

A-t-on beaucoup de recul sur les effets secondaires des ultrasons en kiné ?

Clairement, oui ! En tout cas, c’est une des techniques employées par les kinés sur lesquelles on a le plus de données :

  • elle est pratiquée depuis les années 1960 ;
  • il existe des centaines de publications académiques à son sujet ;
  • il est assez facile d’évaluer l’efficacité et les effets indésirables de cette technique par rapport à d’autres en kiné, car on peut facilement faire un placebo d’ultrason (appliquer la sonde… sans allumer l’appareil ! Et cela a d’ailleurs été fait dans des études cliniques).

Vous allez voir qu’on a donc pas mal de recul sur les effets secondaires à court termes des ultrasons. Pas mal en tout cas par rapport à beaucoup d’autres méthodes ou dispositifs utilisés en kinésithérapie !

Quels sont les effets secondaires des ultrasons en kiné ?

Des études cliniques réalisées sur des patient(e)s permettent de lister quand des événements secondaires apparaissent, à quelle fréquence, et parfois aussi combien de temps ils mettent à partir.

Voici ce que nous disent les études qui ont recensé les éventuels effets secondaires des ultrasons, lorsqu’elles évaluaient leur efficacité :

Effet secondaireFréquenceÉtude
Réactions cutanées
Troubes intestinaux
11/73. 1 seul a dû arrêter le traitement à cause des réactions de sa peauOakland 1993
Brûlures?? Risque théoriqueMiller 2012
AucunAucunKim 2019
Pas de détail sur quel effet14/232 ont un effet secondaire dont 3 un effet secondaire grave, mais nombre similaire dans le groupe placebo ! Et les effets n’ont pas été attribués au traitement.Licciardone 2013
AucunAucun pendant ou après le traitementUlus 2012
AucunAucun pendant ou après le traitementBartkowiak 2019
AucunAucunZhang 2016
Les effets secondaires possibles des séances de kinésithérapie avec ultrason

Ces effets secondaires sont ceux reportés quand on utilise en kinésithérapie les ultrasons.

⚠️ Lorsque les ultrasons sont utilisés pour d’autres indications (par exemple, pour traiter des calculs dans la vessie, ou des tumeurs) d’autres effets secondaires peuvent être décrits. Mais ce ne sont pas les mêmes types d’ultrason qui sont utilisés (ou plutôt, pas à la même fréquence ni puissance ni durée). Il faut donc bien faire la part des choses.

Un petit bémol : la plupart des études ne rapportent pas les effets secondaires qui surviennent pendant ou après les séances. Voici ce que nous dit une revue Cochrane à ce sujet :

Une seule étude (sur les ultrasons en cas de lombalgie) a mesuré les événements indésirables après le traitement et a rapporté un total de 7/118 (5,9 %) événements indésirables dans le groupe ultrasons et 4/107 (3,7 %) événements dans le groupe placebo (Licciardone 2013). Trois de ces événements (deux dans le groupe ultrason, un dans le groupe placebo) ont été considérés comme des événements indésirables graves ; cependant, aucun des événements indésirables signalés n’a été déterminé comme étant lié à l’intervention.

Cochrane, 2020

Selon moi, il est plus raisonnable de penser qu’il n’existe pas d’autres effets secondaires graves liés à l’utilisation des ultrasons, compte-tenu du nombre de fois où ils sont utilisés par jour depuis des décennies sans qu’on ait d’études de cas étayant d’autres types d’effets indésirables.

Il est rare que des effets secondaires surviennent. Lorsque c’est le cas, ce sont des réactions cutanées le plus souvent, voire des troubles digestifs.

Y a-t-il un danger à utiliser les ultrasons ?

A priori, les plus gros dangers auxquels vous vous exposez sont d’avoir des réactions cutanées ou des troules digestifs pendant la séance. Et cela arrive très rarement.

Si vous souhaitez mon expérience professionnelle, en plus du reste : j’ai peu pratiqué les ultrasons en tant que kiné, mais vu beaucoup de collègues pratiquer ces 10 dernières années. Je n’ai jamais constaté d’effet indésirable autre que d’éventuelles réactions cutanées du type rougeur, mais cela est l’exception plutôt que la règle. Certaines personnes n’aiment pas aussi la sensation (notamment à cause du gel) et souhaitent arrêter, mais cela n’est pas vraiment un « effet secondaire » !

Pour résumer :il y a probablement moins de danger à utiliser des ultrasons qu’à traverser un passage piéton en marchant (mais peut-être que traverser un passage piéton est plus utile 😉).

Quelles sont les contre-indications des ultrasons en kinésithérapie ?

Il existe une assez longue liste de contre-indications à l’utilisation des ultrasons. Cette liste figure dans toutes les notices accompagnant les appareils.

Ce sont parfois des contre-indications de précaution : on n’est pas certain que l’utilisation des ultrasons soit délétère dans ce cas, mais on préfère tout de même ne pas recommander l’utilisation. Une illustration typique de la contre-indication par précaution ? L’application chez les femmes enceintes (au niveau de l’abdomen ou du bas du dos, en regard du fœtus).

Vous trouverez par exemple certaines sources qui contre-indiquent les ultrasons en cas de prothèse de genou ou de hanche, alors que cela ne fait pas consensus.

Voici les principales contre-indications aux ultrasons en kinésithérapie :

  • vous avez une lésion ou un problème de santé « grave » au niveau de la zone où vous souhaitez appliquer l’ultrason : une tumeur maligne, une infection, une plaie ouverte, une lésion cutanée type eczéma, un problème vasculaire ;
  • vous avez un pacemaker ou un défibrillateur : il ne faut pas appliquer l’ultrason à cet endroit ;
  • vous avez une thrombose veineuse profonde (cela passe rarement inaperçu).
contre-indications au revitive thérapie ultrason
La (longue) liste de contre-indication à l’utilisation du Revitive Thérapie Ultrason (sur le site du fabricant)

Les ultrasons en kiné sont contre-indiqués principalement en cas de lésion, d’appareillage ou problème de santé au niveau de la zone à traiter, ou de thrombose veineuse profonde.

Certains appareils d’ultrasons sont-ils moins risqués que d’autres ?

Globalement, vous allez trouver 2 grands types d’appareils à ultrason :

  • les dispositifs portables, plutôt à destination des particuliers (mais parfois aussi utilisés par des kinés). Généralement, leur fréquence et leur puissance est moins élevée. Ce qui ne veut pas forcément dire qu’ils sont moins efficaces ;
  • les dispositifs fixes, à destination des professionnels.

Voici 2 exemples de ces 2 grands types d’appareils.

Revitive Thérapie Ultrason
⭐⭐⭐⭐ 297 avis
Fréquence = ?
Puissance = ?
Portable
162
Intellect Mobile 2 Chattanooga
Pas d’avis sur site « indépendant »
Fréquence 1 ou 3 Mhz
Puissance 8,6 W max
Fixe
1539

Sachez que dans tous les cas, pour être commercialisés en France (même par internet), ils obéissent aux mêmes règles de conformité et de sécurité pour obtenir le fameux marquage CE (Communauté européenne).

L’appareil à ultrasons et les têtes d’ultrason Intellect sont recensés sur la liste de l’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) des dispositifs médicaux de classe IIb. Ce sont les dispositifs de risque potentiel élevé ou important. Notez tout de même qu’on trouve dans cette classe des dispositifs tels que les préservatifs masculins ou les produits de désinfection des lentilles.

L’appareil de la marque Revitive est aussi présent sur cette liste. Il est classé comme dispositif médical de classe IIa : la même classe que les tensiomètres et les thermomètres. Cesont des dispositifs à risque potentiel modéré ou mesuré.

Les appareils à ultrasons ne sont pas tous rangés dans la même catégorie de risque par l’ANSM. Dans tous les cas, comme on l’a vu précédemment, les effets secondaires sont rares, quelque soit leur classe de risque.

Quelle est la balance bénéfice/risque d’utiliser des ultrasons en kiné ?

Vous l’avez vu, les effets secondaires des ultrasons en kiné sont très rares, et plutôt peu graves. Le risque à les utiliser est donc presque nul. Soyez simplement attentif durant la séance et après : si vous avez une manifestation cutanée ou autre, parlez-en à votre kiné.

Mais les ultrasons sont-ils pour autant efficaces ? Car à quoi bon se tourner vers un dispositif, même sans risque, si on doute fortement de son efficacité ?

Et c’est là le cœur du problème. J’ai prévu de réaliser un article spécifique sur la question de l’efficacité des ultrasons en kinésithérapie. En attendant, je vous laisse avec ces mots d’équipes de recherche qui ont bien creusé le sujet :

Le niveau de bénéfice clinique pour le patient des traitements par ultrasons en kinésithérapie reste incertain.

Miller 2012

Les ultrasons ne font pas ou peu de différence en matière de douleur et de bien‐être par rapport au placebo.

Cochrane 2020

Nos résultats sont en accord avec ceux de chercheurs précédents qui ont trouvé que les ultrasons étaient inefficaces pour traiter cette affection (aponévrosite plantaire).

Katzap 2018

Vous avez peut-être vu défiler sur votre écran de télé, dans votre magazine ou site internet préféré des pubs affirmant que les appareils tels que le Revitive Thérapie Ultrason « accélère la guérison de blessures musculaires », tout en « soulageant la douleur ». Pourtant, aucune étude clinique ne soutient cela.

Non seulement nous n’avons pas de preuve empirique de que les ultrasons « accélèrent la guérison des blessures ». Mais même d’un point de vue théorique, il semble déraisonnable d’attendre une efficacité significative pour accélérer la guérison ou soulager beaucoup les douleurs d’un appareil qu’il suffirait d’appliquer quelques minutes par jour (voire moins).

Blessures et douleurs sont des phénomènes complexes, multifactoriels. Ce ne sont pas seulement des tissus lésés qu’il suffit de « réparer » ou « soigner ».

Mais je reviendrai sur tout ça dans un prochain article. En attendant, soyez au moins rassuré : vous prenez peu de risque si vous faites le choix d’utiliser des ultrasons 😌.

***

Voilà pour ce que je voulais vous dire sur les effets indésirables possibles lors de l’utilisation d’un appareil à ultrason, qu’il soit portable ou fixe, chez un kiné ou chez vous.

Vous vous posez peut-être des questions (légitimes) sur l’efficacité et les indications de l’ultrasonothérapie. Ainsi que sur les prix des différents appareils. J’ai déjà planifié la rédaction d’articles à ce sujet dans les semaines à venir. Vous pouvez vous abonner au site pour être averti quand de nouveaux articles paraîtront :

En attendant, je reste disponible pour répondre à vos questions en commentaire. Si vous le souhaitez, vous pouvez également partager votre retour d’expérience : cela pourra intéresser d’autres lecteurs et lectrices 🙂 !

Mes autres articles sur le matériel utilisés par les kinés :

📚 SOURCES

J’ai recherché via Pubmed (le plus gros moteur de recherche mondial d’études médicales) des articles qui avaient dans leur titre ou résumé les mots clés « effets secondaires » et « thérapie par ultrason » (en anglais). Comme il n’y avait pas beaucoup de résultats, je suis allée aussi regarder les revues de littérature réalisées par la Cochrane Collaboration (une association internationale et indépendant d’équipes de recherche qui publient des synthèses des études cliniques, avec une très bonne méthodologie).

Voici les articles sur lesquels je me suis appuyée.

Oakland C, Rapier C. A comparison of the efficacy of the topical NSAID felbinac and ultrasound in the treatment of acute ankle injuries. British Journal of Clinical Research 1993;4:89‐96

Kim ED, Won YH, Park SH, Seo JH, Kim DS, Ko MH, Kim GW. Efficacy and Safety of a Stimulator Using Low-Intensity Pulsed Ultrasound Combined with Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation in Patients with Painful Knee Osteoarthritis. Pain Res Manag. 2019 Jun 16;2019:7964897. doi: 10.1155/2019/7964897. PMID: 31316682; PMCID: PMC6604342.

Miller DL, Smith NB, Bailey MR, Czarnota GJ, Hynynen K, Makin IR; Bioeffects Committee of the American Institute of Ultrasound in Medicine. Overview of therapeutic ultrasound applications and safety considerations. J Ultrasound Med. 2012 Apr;31(4):623-34. doi: 10.7863/jum.2012.31.4.623. PMID: 22441920; PMCID: PMC3810427.

Papadopoulos ES, Mani R. The Role of Ultrasound Therapy in the Management of Musculoskeletal Soft Tissue Pain. Int J Low Extrem Wounds. 2020 Dec;19(4):350-358. doi: 10.1177/1534734620948343. Epub 2020 Aug 28. PMID: 32856521.

Ebadi S, Henschke N, Forogh B, Nakhostin Ansari N, van Tulder MW, Babaei-Ghazani A, Fallah E. Therapeutic ultrasound for chronic low back pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2020, Issue 7. Art. No.: CD009169.

Licciardone JC, Minotti DE, Gatchel RJ, Kearns CM, Singh KP. Osteopathic manual treatment and ultrasound therapy for chronic low back pain: a randomized controlled trial. Ann Fam Med. 2013 Mar-Apr;11(2):122-9. doi: 10.1370/afm.1468. PMID: 23508598; PMCID: PMC3601389.

Ulus Y, Tander B, Akyol Y, Durmus D, Buyukakıncak O, Gul U, Canturk F, Bilgici A, Kuru O. Therapeutic ultrasound versus sham ultrasound for the management of patients with knee osteoarthritis: a randomized double-blind controlled clinical study. Int J Rheum Dis. 2012 Apr;15(2):197-206. doi: 10.1111/j.1756-185X.2012.01709.x. Epub 2012 Feb 13. PMID: 22462424.

Bartkowiak Z, Eliks M, Zgorzalewicz-Stachowiak M, Romanowski L. The Effects of Nerve and Tendon Gliding Exercises Combined with Low-level Laser or Ultrasound Therapy in Carpal Tunnel Syndrome. Indian J Orthop. 2019 Mar-Apr;53(2):347-352. doi: 10.4103/ortho.IJOrtho_45_17. PMID: 30967707; PMCID: PMC6415562.

Zhang C, Xie Y, Luo X, Ji Q, Lu C, He C, Wang P. Effects of therapeutic ultrasound on pain, physical functions and safety outcomes in patients with knee osteoarthritis: a systematic review and meta-analysis. Clin Rehabil. 2016 Oct;30(10):960-971. doi: 10.1177/0269215515609415. Epub 2015 Oct 8. PMID: 26451008.

Katzap, Y., Haidukov, M., Berland, O. M., Ben Itzhak, R., & Kalichman, L. (2018). Additive Effect of Therapeutic Ultrasound in the Treatment of Plantar Fasciitis: A Randomized Controlled Trial. Journal of Orthopaedic & Sports Physical Therapy, 1–29. doi:10.2519/jospt.2018.8110

Et pour les connaissances plus générales sur les ultrasons, un petit tour du côté de Wikipédia, l’article sur l’ultrasonothérapie.

D’un point de vue plus bureaucratique : ANSM. Dispositifs médicaux déclarés.

photo de nelly darbois, kinésithérapeute et rédactrice web santé
Rédigé par Nelly Darbois

J’aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale.

J’habite en Savoie 🌞❄️ où je travaille comme kiné et communicante pour des revues scientifiques et des sites web.
Tous mes articles.

Publié par Nelly Darbois

J'aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale. J'habite en Savoie 🌄❄️ où je travaille comme kiné et créatrice de contenu pour des revues scientifiques et des sites web.

Laisser un commentaire