Traitement par onde de choc en kinésithérapie : avis

Depuis quelques années, j’observe de plus en plus de cabinets de kinésithérapie s’équiper d’appareil coûteux permettant d’utiliser l’onde de choc. Des personnes me sollicitent parfois pour savoir ce que je pense de l’efficacité de ce traitement par onde de choc, pour connaître mon avis 🤔.

💡 En effet, la thérapie par onde de choc est souvent suggérée par des médecins du sport, généralistes, chirurgien-nes, ostéopathes ou encore kinésithérapeutes. Particulièrement pour les personnes sportives, qui ont des tendinopathies (tendinites), des blessures ou des douleurs liées au sport.

De plus en plus d’internautes (kinés, patient-es, médecins, chirurgien-nes, sportifs et sportives) cherchent aussi des informations sur l’efficacité des machines à ondes de choc. Mais également sur les prix des séances, sur les effets secondaires, sur le caractère douloureux ou non, etc.

J’ai donc mis à jours mes connaissances à ce sujet. J’ai notamment cherché et lu toutes les publications internationales récentes à leur sujet. Cela m’a permis de répondre aux questions suivantes :

🚀 FAQ express

🦸 Les onde de choc sont efficaces ?

Selon les études et les pathologies, l’efficacité est au mieux similaire à celles d’autres traitements (renforcement, étirements, reprise des activités) avec une diminution de la douleur de 1 à 3 points sur 10. Parfois, pas d’efficacité supérieure au placebo.

🤕 Est-ce que c’est douloureux ?

Cela dépend de l’intensité utilisée. Normalement, les séances sont quasi-indolores ou peu douloureuses.

💰 Quel est le prix d’une séance d’onde de choc ?

Si vous avez une prescription pour des séances de kiné et que votre kiné ne fait pas de dépassement d’honoraires, cela ne vous coutera rien (prise en charge sécu et mutuelle). Demandez à votre kiné avant la séance le reste à charge éventuel.

😒 Quels sont les effets secondaires ?

Ils sont le plus souvent mineurs : douleur, rougueur, hématome, petits saignements. Beaucoup plus rarement, et plutôt chez les plus de 65 ans : rupture tendineuse.

🤔 Quelle différence entre onde de choc radiale et focale ?

Aucune, car il n’y a pas de consensus sur ce sujet dans la littérature. En pratique, peu importe le type d’onde (radiale ou focale) que vous recevez.

👉 Sommaire de l’article plus détaillé

  1. Qu’est-ce que la thérapie par ondes de choc radiales ou focales ?
    1. Définition
    2. Différence entre onde de choc radiale et focale
    3. Déroulement d’une séance de kiné type
    4. Est-ce douloureux ?
  2. Est-ce que la thérapie par onde de choc est efficace en kinésithérapie ?
    1. Les différentes pathologies pour lesquelles elle est utilisée
    2. Comment savoir si les ondes de choc sont efficaces ?
    3. Quelle efficacité en attendre ?
  3. Quels sont les effets secondaires possibles des ondes de choc ?
  4. Quel est le prix de la thérapie par onde de choc ?
    1. Prix d’une séance
    2. Dépassement d’honoraire ?
    3. Prix à l’achat
  5. Comment trouver un kinésithérapeute équipé d’un appareil à onde de choc ?

Qu’est-ce que la thérapie par ondes de choc radiales ou focales

Initialement, les ondes de choc étaient utilisées en urologie, notamment pour détruire les calculs rénaux. La thérapie par onde de choc est utilisée pour les problèmes musculo-squelettiques depuis environ 20 ans, initialement en Allemagne et Bulgarie.

Définition de la thérapie par onde de choc

La thérapie par onde de choc est un traitement qui a les caractéristiques suivantes.

  • Il est non invasif. Cela signifie qu’il s’applique sur la peau, sans avoir besoin de pénétrer à l’intérieur du corps.
  • Une onde de choc est appliquée sur la peau. Il s’agit d’une énergie physique, mécanique.
  • Cette énergie physique entraîne des réactions biologiques au niveau des cellules.

⚙️ Des études ont été réalisées sur des animaux morts et vivants 🐁 pour tenter de mieux comprendre comment pouvaient agir les ondes de choc. Il semble qu’elles déclenchent une ostéogénèse, c’est-à-dire une croissance des cellules de l’os, chez l’animal. (Auersperg 2020) Elles semblent aussi accélérer la production de cellules pro-inflammatoires, elles-mêmes générant la production de cellules immunitaires. (Rosso 2015)

⚠️ Cependant, il ne s’agit que d’hypothèses du mécanisme d’action des ondes de choc, établies qui plus est uniquement sur des animaux.

Différence entre onde de choc radiale et focale

Parfois, une différence est faite entre :

  • les ondes de choc radiales, considérées comme à basse énergie ;
  • les ondes de choc focales, considérées comme à haute énergie.

⚠️ Cependant, les recommandations actuelles tirées de la littérature scientifique montrent que cette distinction est incorrecte et qu’elle doit être abandonnée (Schmitz 2015). Cela est du au fait qu’il n’y a pas de consensus dans la littérature entre ce qui est considéré comme « basse énergie » et « haute énergie », chaque auteur et praticien-ne ou presque fixant son propre seuil.

Peu importe donc que vous receviez des ondes de choc qualifiées de radiale ou focale.

Déroulement d’une séance de kiné type

Il est rare que la thérapie par onde de choc soit la seule chose qu’un patient reçoive ou exécute au cours d’une séance de kiné. Elle peut avoir lieu en début, milieu ou fin de séance, cela a peu d’importance.

A proprement parlé, le temps dédié aux ondes de choc est organisé de la manière suivante :

  1. Le ou la kinésithérapeute installe la personne dans une position confortable, qui permet également un accès facile à la zone du corps à traiter.
  2. Le kinésithérapeute choisit une tête pour l’appareil adaptée à la zone à traiter. Il définit les paramètres de réglage qu’il souhaite. Les études cliniques réalisées montrent que cela n’a pas d’influence sur les résultats, bien que soit généralement recommandé un traitement 1 fois par semaine, avec 2000 impulsions par session, à la plus haute intensité supportable par le patient (Schmitz 2015).
  3. L’onde de choc est appliquée par le professionnel sur la zone à traiter, durant quelques minutes, en appliquant également un gel. Il est conseillé de ne pas appliquer d’anesthésiant local qui diminuerait l’efficacité potentielle du traitement (Schmitz 2015).
  4. Dès que l’application est terminée, le patient peut continuer sa séance et ses activités sans aucune précaution particulière à prendre.

Est-ce que le traitement par onde de choc est douloureux : avis kiné

La plupart du temps, les séances par onde de choc ne sont pas douloureuses. Certaines zones du corps où la peau est fine peuvent être cependant plus sensibles. La sensation s’apparente plutôt à des picotements, ou à de la chaleur. On parle donc plutôt de sensation parfois désagréable, plutôt que de douleur.

La douleur est un effet indésirable reporté par une minorité de patient-es, dans certaines études cliniques.

La douleur est dans ce cas reportée au cours de la séance, et éventuellement dans les heures qui suivent, mais pas plus longtemps en temps habituel.

Efficacité du traitement par onde de choc en kinésithérapie

On aimerait bien avoir une réponse simple, claire et rapide à cette question : « est-ce que la thérapie par onde de choc est efficace ?« . Oui ou non ? Le problème, c’est que cette question est trop imprécise pour y répondre aussi simplement, même si l’on tombe souvent sur des sites ou articles évoquant un traitement « très efficace ».

Voyons alors comment y répondre. Nous allons déjà voir pour quels problèmes l’onde de choc est le plus souvent utilisée par les kinés. Car il est possible qu’elle soit efficace sur certaines pathologies et pas sur d’autres.

Les différentes pathologies pour lesquelles les kinés utilisent l’onde de choc

Voici les principales pathologies pour lesquelles les kinésithérapeutes pratiquent souvent la thérapie par onde de choc :

🦵 Et les parties du corps :

  • talon (tendon d’achille) ;
  • pied ;
  • cheville ;
  • épaule.
Onde de choc pour une tendinite du talon d'achille
Thérapie par onde de choc appliquée sur le talon (Image : Zhang 2020)

Cela signifie-t-il pour autant que la technique est efficace sur ces problèmes ? Il faut déjà s’entendre sur ce qu’on entend par efficace.

Comment savoir si les ondes de choc sont efficaces ? Avis kiné

Comment savoir si la thérapie par onde de choc est vraiment efficace ? Il ne suffit pas de la tester sur une personne : même si cette personne va mieux au bout de quelques jours ou semaines, on ne pourra pas savoir si cela est dû aux ondes de choc ou à autre chose (le simple temps qui passe, le fait de s’être mis au repos, ou que quelqu’un teste un traitement, etc.).

C’est pour cela qu’il faut tester son efficacité sur un grand nombre de personnes, en comparant leur évolution avec d’autres personnes qui ont eu un autre traitement ou aucun traitement. C’est le principe de ce qu’on appelle un essai comparatif (on dit aussi « essai contrôlé »).

Voici les autres prises en charge auxquelles est le plus souvent comparée la thérapie par onde de choc :

  • rien faire de particulier ;
  • du renforcement musculaire (souvent en excentrique) 💪 ;
  • de la thérapie par onde de choc « placebo » (par exemple, on fait semblant d’allumer la machine mais on ne l’allume pas, ou on l’utilise à une intensité quasi nulle) ;
  • des étirements ;
  • des anti-inflammatoires 💊 (pris par voie orale, ou appliqués sur la peau) ;
  • du massage ;
  • des injections de corticostéroïdes, d’anesthésiants, de plasma enrichi en plaquette, d’acide hyaluronique ou d’autres substances ;
  • de la cryothérapie 🧊 ;
  • de la thérapie laser ;
  • une immobilisation par une attelle ;
  • une prise en charge en kinésithérapie, sans préciser exactement ses modalités

Il faut aussi préciser ce que l’on entend par aller mieux 🤔. Est-ce ne plus avoir du tout de douleur ? Est-ce avoir un peu moins mal ? Est-ce arriver à refaire du sport ? Est-ce que les examens radiologiques ou autres ne montrent plus aucun problème ? Et est-ce que cette amélioration a lieu 2 semaines après le début du traitement ? 2 mois ? 6 mois ?

C’est seulement en ayant une idée assez précise des réponses à ces questions que l’on pourra juger de l’intérêt potentiel des ondes de choc.

Là encore, voici sur quels critères l’efficacité des ondes de choc est le plus souvent évaluée :

  • douleur ;
  • raideur matinale ;
  • mobilité, amplitudes articulaires ;
  • spasticité ;
  • gène pour réaliser certaines activités du quotidien ou sportives.

En général, l’évaluation a lieu au bout de :

  • 2 semaines après le début du traitement ;
  • 2 mois après le début du traitement ;
  • 6 mois après la fin du traitement ;
  • 12 mois après la fin du traitement ;
  • 2 ans après la fin du traitement.

Enfin, il ne faut pas oublier un troisième élément important : est-ce qu’il y a des effets non voulus et négatifs qui apparaissent (appelés aussi effets indésirables ou effets secondaires). Si on pense qu’une thérapie a un effet, elle peut forcément en avoir dans un sens positif comme négatif. Cela n’est pas valable que pour les médicaments.

Idéalement, il faudrait donc que chaque étude sur les ondes de choc relève les éventuelles effets secondaires qui surviennent chez les patient-es traités par rapport à ceux et celles des autres groupes.

Quelle efficacité attendre des ondes de choc ?

L’image ci-dessous résume toutes les pathologies pour lesquelles la thérapie par onde de choc a été testée sur plusieurs dizaines de personnes, en la comparant à une autre thérapie (ou à l’absence de thérapie).

Infographie sur les études sur la thérapie par onde de choc

Que pouvons-nous dire de manière synthétique du résultat de toutes ces études ?

  • Lorsque la thérapie par onde de choc est plus efficace que d’autres techniques ou que de ne rien faire, le taille de l’effet n’est pas très grande 🤏. Par exemple, les gens qui ont des ondes de choc ont une diminution de leur douleur notée sur 10 de 1 à 3 points de moins que les gens qui n’en n’ont pas eu.
  • Il y a de nombreuses études qui concluent que les thérapies par onde de choc ne sont pas plus efficaces que les autres traitements réalisés habituellement en kinésithérapie, y compris les moins coûteux 💶 (étirement, renforcement, reprise progressive des activités).
  • Les résultats des 2 synthèses d’étude les plus rigoureuses méthodologiquement (celles de la Collaboration Cochrane) concluent toutes que la thérapie par onde de choc n’améliore probablement pas la douleur et la fonction par rapport au placebo 🤷🏽.
  • La thérapie par onde de choc a aussi été testée pour des pathologies pour lesquelles les kinésithérapeutes semblent peu proposer les ondes de choc (spasticité, dysfonction érectile, douleurs pelviennes).

Le risque de biais des études est souvent élevé ou incertain. Cela signifie que les études sur-estiment probablement l’effet des ondes de choc. Par exemple, les personnes qui évaluent l’efficacité des prises en charge ne sont pas en aveugle. Cela signifie qu’elles savent de quel traitement ont disposés les patient-es. Les thérapeutes ne sont souvent pas en aveugle non plus, même lorsqu’il s’agit d’administrer de fausses ondes de choc.

Enfin, il faut prendre en compte ce qu’on appelle le biais de publication. Les chercheurs et les revues scientifiques ont tendance à plus publier des études qui montrent l’efficacité supérieure d’un traitement, que des études qui disent qu’il n’y a pas de différence entre deux traitements.

  • Souvent, la thérapie par onde de choc n’est pas plus efficace contre les douleurs ou pour reprendre plus vite le sport ou les activités du quotidien qu’une prise en charge en kinésithérapie sans matériel coûteux
  • Parfois, elle semble plus efficace. Mais son efficacité supérieure est très relative, il s’agit par exemple d’avoir mal d’1/10 à 3/10 de moins que des personnes qui ont d’autres traitements ou pas de traitement
  • Les études qui montrent un effet des ondes de choc montrent peut-être un effet qui n’existe pas réellement, car il existe plusieurs biais

Effets secondaires possibles des ondes de choc

La plupart des personnes effectuant des séances d’onde de choc n’ont aucun effet secondaire. Chez certaines personnes, des effets indésirables mineurs et de courte durée peuvent survenir :

  • douleur ;
  • rougeur de la peau ;
  • contusions/hématomes ;
  • saignements.

Il est difficile de donner une fréquence précise de survenue de ces troubles car de nombreux essais cliniques ne recensent pas les effets secondaires des ondes de choc.

Plus rarement, on a pu observer un effet secondaire plus grave :

  • rupture tendineuse (surtout chez les plus de 65 ans).

Enfin, il existe des effets indésirables possibles mais théoriques, non signalés dans la littérature :

  • perte d’approvisionnement en sang ;
  • mort d’un tissu osseux.

Prix de la thérapie par onde de choc

Prix d’une séance de thérapie par onde de choc

Le prix d’une séance de thérapie par onde de choc va varier selon :

  • qui effectue la séance (kiné, médecin, ostéopathe, etc.) ;
  • si le professionnel qui effectue la séance est conventionné avec l’assurance maladie, et s’il est conventionné secteur 1 (sans dépassement d’honoraires) ou secteur 2 (avec dépassements possibles) ;
  • si vous avez une prescription pour des séances de kinésithérapie ;
  • quelle est l’indication retenue (traitement d’un problème orthopédique, urinaire, érectile, etc.).

En pratique, la façon la moins coûteuse de recevoir des séances d’onde de choc est :

  • d’avoir une prescription de séances de kinésithérapie pour une pathologie, peu importe laquelle ;
  • de trouver un kiné qui est équipé d’une machine à onde de choc et qui ne réalise pas de dépassements d’honoraires.

La séance peut parfois être intégralement prise en charge par l’assurance maladie et les mutuelles. Parfois, il restera un reste à charge de quelques euros ou de quelques dizaines d’euros par séance : demandez au professionnel qui effectue les séances quel est le reste à charge dans votre cas.

Dépassement d’honoraire, kiné et onde de choc

Les kinésithérapeutes conventionnés avec l’Assurance maladie ne sont normalement pas autorisés à pratiquer des dépassements d’honoraires, sauf pour des exigences particulières du patient (heure et lieu de rendez-vous, déplacements non justifiés les dimanches et jours fériés).

En pratique cependant, les kinésithérapeutes qui investissent dans du matériel coûteux effectuent parfois des dépassements d’honoraires. Ils sont tenus d’afficher leurs tarifs et de vous informer avant la première séance. C’est le cas de certain-es kinés équipés d’appareil à onde de choc. Les dépassements d’honoraires (appelés aussi dépassements pour exigence) ne peuvent pas être pris en charge par votre mutuelle. Ils sont généralement de quelques euros par séance.

Des dépassements d’honoraires, non remboursés par votre mutuelle, sont parfois demandés par les kinésithérapeutes pratiquant les ondes de choc.

Prix des machines à onde de choc

Si l’on trouve dorénavant facilement des appareils d’électrothérapie bon marché, ce n’est pas le cas des appareils à onde de choc. Il faut compter plusieurs centaines voire milliers d’euros, ce qui rend l’investissement délicat par un particulier. Qui plus est lorsqu’on le met en lien avec la faible efficacité de l’onde de choc !

Les machines à onde de choc les moins chères sont vendues à quelques centaines d’euros sur Amazon. L’appareil à onde de choc shockwave, que possèdent certains kinés, est également vendu sur Amazon à 1 918 euros. Les autres marques d’appareil souvent possédées par les kinés sont Storz medical, Chattanooga, Nitro, Zimmer Enpuls : il faut compter entre 4 000 et 15 000 euros pour ces appareils, vendus neufs par des distributeurs médicaux ou paramédicaux.

De tels écarts de prix questionnent : qu’est-ce qui justifie un tel écart de prix ? Compte-tenu de l’efficacité faible ou nulle des ondes de choc, un tel investissement est-il pertinent ? D’autre part, les études montrent qu’il n’existe pas un type d’appareil à onde de choc plus pertinent qu’un autre (électromagnétique, électrohydraulique, piézolélectrique) (Schmitz 2015).

Il est aussi possible de trouver des appareils à onde de choc d’occasion. Regardez par exemple sur Leboncoin (rubrique matériel médical), ou sur des sites de petites annonces destinées au kiné, comme Physiorama.

Le prix d’un appareil à onde de choc est compris entre 350 et 15 000 euros. Un tel investissement compte-tenu du peu d’efficacité spécifique attendue est disproportionné selon moi.

Schéma sur le mode d'action des ondes de choc radiales ou focales
Les modes de fonctionnement de l’appareil à onde de choc différent selon la machine. Peu importe, les études ne montrent pas de différence d’efficacité. (Source de l’image : Auersperg 2020)

Trouver un kinésithérapeute avec appareil à onde de choc

Vous l’aurez compris : la thérapie par onde de choc n’améliore pas drastiquement vos douleurs ou la rapidité de votre récupération. Il n’y a aucune étude qui montre que des sportifs ou sportives récupèrent plus vite s’ils sont eu des ondes de choc. Et ce quelque soit la pathologie prise en charge en kinésithérapie.

Même en ayant cette information à disposition, certaines personnes peuvent tout de même souhaiter essayer la thérapie par onde de choc. Voici alors les possibilités qui s’offrent à vous :

  • trouver un cabinet de kinésithérapie équipé d’un appareil à onde de choc. Pour cela, contactez en priorité les cabinets orientés « kinésithérapie du sport ». Pour les trouver, utilisez par exemple un moteur de recherche et tapez les mots clés « kiné du sport + votre localité » ou « onde de choc + votre localité » ;
  • trouver un établissement de santé ou un autre professionnel équipé dans votre localité. Ce peut être un médecin du sport, un chirurgien esthétique, ou même un ostéopathe. L’intérêt de se tourner plutôt vers des kinésithérapeutes est que ces professionnels de santé pourront vous orienter potentiellement vers d’autres méthodes de rééducation efficaces ;
  • investir vous-même dans un appareil à onde de choc. On trouve des appareils à onde de choc sur Amazon à 349 euros. Sinon, vous pouvez vous en procurer chez des vendeurs spécialisés dans le matériel de kinésithérapie ou physiothérapie. Les prix dépassent alors facilement les 1 000 voire 10 000 euros. Vous pouvez trouver aussi un appareil à onde de choc d’occasion, sur des forums destinés aux kinésithérapeutes ou simplement sur Leboncoin.
Machine à onde de choc
320,24
  • onde de choc avis kiné amazon

Il est important je pense de garder cela en tête : vous faites quelques séances de thérapie par onde de choc, et votre état de santé s’améliore ? Vous avez l’impression qu’enfin, vous avez trouvé le traitement efficace ? Tant mieux pour vous. Mais cela ne prouve pas que cette amélioration est due à la thérapie par onde de choc.

Pourquoi ? Car de nombreux autres événements ont pu interférer et expliquer cette amélioration. Par exemple, peut-être est-ce la somme de l’effet de toutes les petites choses et traitements que vous avez mis en place. Ou peut-être l’amélioration apparaît car c’est simplement le temps qui passe qui guérit peu à peu votre problème. Il est aussi possible que le fait d’avoir investi du temps et de l’argent en vous tournant vers cette thérapie ait eu un effet positif, indépendamment de l’effet de la machine. C’est pour cela qu’il nous faudrait des études cliniques de bonne qualité pour prouver l’efficacité de l’onde de choc.

Malheureusement, malgré 25 années d’études expérimentales, rien ne laisse penser qu’il y a une efficacité propre et significative des ondes de choc extracorporelles par rapport aux autres traitements plus simples et moins coûteux.

L’essentiel à retenir

  • La thérapie par onde de choc n’est pas un traitement réellement efficace contre les blessures sportives, les tendinites/tendinopathies et la plupart des pathologies prises en charge en kinésithérapie
  • Il y a des effets secondaires possibles lorsqu’on utilise les ondes de choc, minimes, qui disparaissent dans l’immense majorité des cas très rapidement
  • Les séances par onde de choc peuvent être facturées par les kinésithérapeutes avec un dépassement d’honoraires non remboursé par la sécurité sociale ni les mutuelles

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

  1. CBD et douleurs articulaires
  2. Traitement kiné de l’hallux valgus
  3. Tens avis
  4. Aponévrosite plantaire traitement kiné
  5. Syndrome rotulien temps de guérison

👩‍⚖️ Déclaration de liens d’intérêt : certains des liens présents dans cet article sont affiliés.

📕 Sources scientifiques 📕

Pour savoir quelles questions se posaient le plus les soignant-es et les patient-es sur les ondes de choc, je me suis basée sur :

  • mon expérience quotidienne de kinésithérapeute depuis bientôt 10 ans ;
  • l’outil de Planification des mots clés de Google, qui permet de savoir à quelle fréquence sont tapés des mots clés dans le moteur de recherche. En regardant les mots associés à l’expression « onde de choc », on peut avoir une idée des questions que se posent les internautes à leur sujet.

J’ai interrogé la Medline (plus grosse base de données des études dans le domaine médical) via Pubmed. Le mot clé utilisé était « schock wave« , qui devait figurer dans le titre des articles. Comme cela donnait un nombre trop important de résultats (plus de 4 000) j’ai restreint ma recherche aux seules synthèses de la littérature, en utilisant le filtre « review ». Il y avait alors 315 résultats.

J’ai ensuite sélectionné les articles les plus pertinents pour répondre aux questions identifiées des internautes. J’ai pour cela lu le titre puis si nécessaire le résumé de chaque article. Voici les articles retenus, sur lesquels je me suis basée pour la rédaction de cet article.

Le site de l’Assurance maladie française, Ameli, rédige en français des articles de bonne qualité à destination des patient-es sur la plupart des pathologies. Les ondes de choc ne font pas partie des thérapies citées par Ameli. Ce pour toutes les pathologies pour lesquelles elles sont pourtant utilisées en kinésithérapie (canal carpien, épaule douloureuse, aponévrosite plantaire, épicondylite, etc.).

Efficacité de la thérapie par onde de choc sur les tendinopathies (tendinites)

Fan Y, Feng Z, Cao J, Fu W. Efficacy of Extracorporeal Shock Wave Therapy for Achilles Tendinopathy: A Meta-analysis. Orthop J Sports Med. 2020 Feb 27;8(2):2325967120903430. doi: 10.1177/2325967120903430. PMID: 33283015; PMCID: PMC7686643.

Stania M, Juras G, Chmielewska D, Polak A, Kucio C, Król P. Extracorporeal Shock Wave Therapy for Achilles Tendinopathy. Biomed Res Int. 2019 Dec 26;2019:3086910. doi: 10.1155/2019/3086910. PMID: 31950037; PMCID: PMC6948318.

Gerdesmeyer L, Mittermayr R, Fuerst M, Al Muderis M, Thiele R, Saxena A, Gollwitzer H. Current evidence of extracorporeal shock wave therapy in chronic Achilles tendinopathy. Int J Surg. 2015 Dec;24(Pt B):154-9. doi: 10.1016/j.ijsu.2015.07.718. Epub 2015 Aug 29. PMID: 26327530.

Liao CD, Xie GM, Tsauo JY, Chen HC, Liou TH. Efficacy of extracorporeal shock wave therapy for knee tendinopathies and other soft tissue disorders: a meta-analysis of randomized controlled trials. BMC Musculoskelet Disord. 2018 Aug 2;19(1):278. doi: 10.1186/s12891-018-2204-6. PMID: 30068324; PMCID: PMC6090995.

Surace  SJ, Deitch  J, Johnston  RV, Buchbinder  R. Shock wave therapy for rotator cuff disease with or without calcification. Cochrane Database of Systematic Reviews 2020, Issue 3. Art. No.: CD008962. DOI: 10.1002/14651858.CD008962.pub2. Accessed 11 April 2021.

Buchbinder  R, Green  S, Youd  JM, Assendelft  WJJ, Barnsley  L, Smidt  N. Shock wave therapy for lateral elbow pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2005, Issue 4. Art. No.: CD003524. DOI: 10.1002/14651858.CD003524.pub2. Accessed 11 April 2021.

Yan C, Xiong Y, Chen L, Endo Y, Hu L, Liu M, Liu J, Xue H, Abududilibaier A, Mi B, Liu G. A comparative study of the efficacy of ultrasonics and extracorporeal shock wave in the treatment of tennis elbow: a meta-analysis of randomized controlled trials. J Orthop Surg Res. 2019 Aug 6;14(1):248. doi: 10.1186/s13018-019-1290-y. PMID: 31387611; PMCID: PMC6683364.

Li W, Dong C, Wei H, Xiong Z, Zhang L, Zhou J, Wang Y, Song J, Tan M. Extracorporeal shock wave therapy versus local corticosteroid injection for the treatment of carpal tunnel syndrome: a meta-analysis. J Orthop Surg Res. 2020 Nov 23;15(1):556. doi: 10.1186/s13018-020-02082-x. PMID: 33228746; PMCID: PMC7685634.

Mani-Babu S, Morrissey D, Waugh C, Screen H, Barton C. The effectiveness of extracorporeal shock wave therapy in lower limb tendinopathy: a systematic review. Am J Sports Med. 2015 Mar;43(3):752-61. doi: 10.1177/0363546514531911. Epub 2014 May 9. PMID: 24817008.

Efficacité de la thérapie par ondes de choc sur des problèmes neurologiques

Mihai EE, Dumitru L, Mihai IV, Berteanu M. Long-Term Efficacy of Extracorporeal Shock Wave Therapy on Lower Limb Post-Stroke Spasticity: A Systematic Review and Meta-Analysis of Randomized Controlled Trials. J Clin Med. 2020 Dec 29;10(1):86. doi: 10.3390/jcm10010086. PMID: 33383655; PMCID: PMC7795167.

Martínez IM, Sempere-Rubio N, Navarro O, Faubel R. Effectiveness of Shock Wave Therapy as a Treatment for Spasticity: A Systematic Review. Brain Sci. 2020 Dec 24;11(1):15. doi: 10.3390/brainsci11010015. PMID: 33374359; PMCID: PMC7823267.

Guo P, Gao F, Zhao T, Sun W, Wang B, Li Z. Positive Effects of Extracorporeal Shock Wave Therapy on Spasticity in Poststroke Patients: A Meta-Analysis. J Stroke Cerebrovasc Dis. 2017 Nov;26(11):2470-2476. doi: 10.1016/j.jstrokecerebrovasdis.2017.08.019. Epub 2017 Sep 13. PMID: 28918085.

Zhang D, Meng Y, Hai H, Yu XT, Ma YW. Radial Extracorporeal Shock Wave Therapy in an Individual With Primary Trigeminal Neuralgia: A Case Report and Literature Review. Am J Phys Med Rehabil. 2018 May;97(5):e42-e45. doi: 10.1097/PHM.0000000000000831. PMID: 28961605.

Dymarek R, Ptaszkowski K, Słupska L, Halski T, Taradaj J, Rosińczuk J. Effects of extracorporeal shock wave on upper and lower limb spasticity in post-stroke patients: A narrative review. Top Stroke Rehabil. 2016 Aug;23(4):293-303. doi: 10.1080/10749357.2016.1141492. Epub 2016 Feb 17. PMID: 27077981.

Lee JY, Kim SN, Lee IS, Jung H, Lee KS, Koh SE. Effects of Extracorporeal Shock Wave Therapy on Spasticity in Patients after Brain Injury: A Meta-analysis. J Phys Ther Sci. 2014 Oct;26(10):1641-7. doi: 10.1589/jpts.26.1641. Epub 2014 Oct 28. PMID: 25364134; PMCID: PMC4210419.

Efficacité des ondes de choc sur les autres pathologies musculo-squelettiques

Fiani B, Davati C, Griepp DW, Lee J, Pennington E, Moawad CM. Enhanced Spinal Therapy: Extracorporeal Shock Wave Therapy for the Spine. Cureus. 2020 Oct 27;12(10):e11200. doi: 10.7759/cureus.11200. PMID: 33269131; PMCID: PMC7704023.

Li X, Zhang L, Gu S, Sun J, Qin Z, Yue J, Zhong Y, Ding N, Gao R. Comparative effectiveness of extracorporeal shock wave, ultrasound, low-level laser therapy, noninvasive interactive neurostimulation, and pulsed radiofrequency treatment for treating plantar fasciitis: A systematic review and network meta-analysis. Medicine (Baltimore). 2018 Oct;97(43):e12819. doi: 10.1097/MD.0000000000012819. PMID: 30412072; PMCID: PMC6221608.

Sun K, Zhou H, Jiang W. Extracorporeal shock wave therapy versus other therapeutic methods for chronic plantar fasciitis. Foot Ankle Surg. 2020 Jan;26(1):33-38. doi: 10.1016/j.fas.2018.11.002. Epub 2018 Nov 13. PMID: 30502222.

Zhang L, Weng C, Zhao Z, Fu X. Extracorporeal shock wave therapy for chronic wounds: A systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Wound Repair Regen. 2017 Aug;25(4):697-706. doi: 10.1111/wrr.12566. Epub 2017 Oct 18. PMID: 28759136.

Schmitz C, Császár NB, Milz S, Schieker M, Maffulli N, Rompe JD, Furia JP. Efficacy and safety of extracorporeal shock wave therapy for orthopedic conditions: a systematic review on studies listed in the PEDro database. Br Med Bull. 2015;116(1):115-38. doi: 10.1093/bmb/ldv047. Epub 2015 Nov 18. PMID: 26585999; PMCID: PMC4674007.

Effet de la thérapie par onde de choc sur la sphère génitale

Kałka D, Biernikiewicz M, Gebala J, Sobieszczańska M, Jakima S, Pilecki W, Rusiecki L. Diagnosis of hypogonadism in patients treated with low energy shock wave therapy for erectile dysfunction: a narrative review. Transl Androl Urol. 2020 Dec;9(6):2786-2796. doi: 10.21037/tau-20-796. PMID: 33457250; PMCID: PMC7807342.

Zou ZJ, Liang JY, Liu ZH, Gao R, Lu YP. Low-intensity extracorporeal shock wave therapy for erectile dysfunction after radical prostatectomy: a review of preclinical studies. Int J Impot Res. 2018 Feb;30(1):1-7. doi: 10.1038/s41443-017-0002-6. Epub 2017 Nov 27. PMID: 29180799.

Kałka D, Gebala J, Smoliński R, Rusiecki L, Pilecki W, Zdrojowy R. Low-energy Shock Wave Therapy-A Novel Treatment Option for Erectile Dysfunction in Men With Cardiovascular Disease. Urology. 2017 Nov;109:19-26. doi: 10.1016/j.urology.2017.05.030. Epub 2017 May 29. PMID: 28571949.

Zou ZJ, Tang LY, Liu ZH, Liang JY, Zhang RC, Wang YJ, Tang YQ, Gao R, Lu YP. Short-term efficacy and safety of low-intensity extracorporeal shock wave therapy in erectile dysfunction: a systematic review and meta-analysis. Int Braz J Urol. 2017 Sep-Oct;43(5):805-821. doi: 10.1590/S1677-5538.IBJU.2016.0245. PMID: 28379665; PMCID: PMC5678511.

Angulo JC, Arance I, de Las Heras MM, Meilán E, Esquinas C, Andrés EM. Efficacy of low-intensity shock wave therapy for erectile dysfunction: A systematic review and meta-analysis. Actas Urol Esp. 2017 Oct;41(8):479-490. English, Spanish. doi: 10.1016/j.acuro.2016.07.005. Epub 2016 Aug 10. PMID: 27521134.

Lu Z, Lin G, Reed-Maldonado A, Wang C, Lee YC, Lue TF. Low-intensity Extracorporeal Shock Wave Treatment Improves Erectile Function: A Systematic Review and Meta-analysis. Eur Urol. 2017 Feb;71(2):223-233. doi: 10.1016/j.eururo.2016.05.050. Epub 2016 Jun 16. PMID: 27321373.

Gao L, Qian S, Tang Z, Li J, Yuan J. A meta-analysis of extracorporeal shock wave therapy for Peyronie’s disease. Int J Impot Res. 2016 Sep;28(5):161-6. doi: 10.1038/ijir.2016.24. Epub 2016 Jun 2. PMID: 27250868.

Fojecki GL, Tiessen S, Osther PJ. Extracorporeal shock wave therapy (ESWT) in urology: a systematic review of outcome in Peyronie’s disease, erectile dysfunction and chronic pelvic pain. World J Urol. 2017 Jan;35(1):1-9. doi: 10.1007/s00345-016-1834-2. Epub 2016 Apr 23. PMID: 27108421.

Tung CW, Cheon WC, Tong A. Novel treatment of chronic perineal pain in a woman by extracorporeal shock wave therapy: a case report and published work review. J Obstet Gynaecol Res. 2015 Jan;41(1):145-8. doi: 10.1111/jog.12487. Epub 2014 Aug 28. PMID: 25164767.

Effet de la thérapie par onde de choc sur les pathologies de la peau

Cooper B, Bachoo P. Extracorporeal shock wave therapy for the healing and management of venous leg ulcers. Cochrane Database Syst Rev. 2018 Jun 11;6(6):CD011842. doi: 10.1002/14651858.CD011842.pub2. PMID: 29889978; PMCID: PMC6513251.

Aguilera-Sáez J, Muñoz P, Serracanta J, Monte A, Barret JP. Extracorporeal shock wave therapy role in the treatment of burn patients. A systematic literature review. Burns. 2019 Aug 3:S0305-4179(19)30211-6. doi: 10.1016/j.burns.2019.07.023. Epub ahead of print. PMID: 31387804.

Knobloch K, Kraemer R. Extracorporeal shock wave therapy (ESWT) for the treatment of cellulite–A current metaanalysis. Int J Surg. 2015 Dec;24(Pt B):210-7. doi: 10.1016/j.ijsu.2015.07.644. Epub 2015 Jul 22. PMID: 26209782.

Mécanismes explicatifs possibles d’action des ondes de choc

Auersperg V, Trieb K. Extracorporeal shock wave therapy: an update. EFORT Open Rev. 2020 Oct 26;5(10):584-592. doi: 10.1302/2058-5241.5.190067. PMID: 33204500; PMCID: PMC7608508.

Visco V, Vulpiani MC, Torrisi MR, Ferretti A, Pavan A, Vetrano M. Experimental studies on the biological effects of extracorporeal shock wave therapy on tendon models. A review of the literature. Muscles Ligaments Tendons J. 2014 Nov 17;4(3):357-61. PMID: 25489555; PMCID: PMC4241428.

Rosso F, Bonasia DE, Marmotti A, Cottino U, Rossi R. Mechanical Stimulation (Pulsed Electromagnetic Fields « PEMF » and Extracorporeal Shock Wave Therapy « ESWT ») and Tendon Regeneration: A Possible Alternative. Front Aging Neurosci. 2015 Nov 9;7:211. doi: 10.3389/fnagi.2015.00211. PMID: 26617513; PMCID: PMC4637423.

d’Agostino MC, Craig K, Tibalt E, Respizzi S. Shock wave as biological therapeutic tool: From mechanical stimulation to recovery and healing, through mechanotransduction. Int J Surg. 2015 Dec;24(Pt B):147-53. doi: 10.1016/j.ijsu.2015.11.030. Epub 2015 Nov 28. PMID: 26612525.

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

4 commentaires sur « Traitement par onde de choc en kinésithérapie : avis »

  1. Les ondes de chocs extrêmement douloureux, l’horreur ! 10 JOURS APRÈS ma dernière scéance j’ai toujours mal !j’arrête j’en ai fais 8 , marre de ces scéances de tortures!

    1. Effectivement je comprends votre souhait d’arrêter dans ce contexte. Normalement, l’intensité peut être réglée de telle manière que cela soit moins douloureux. Mais compte-tenu de l’absence de preuve d’efficacité significative, je ne pense de toute façon pas qu’il y ait un intérêt aux ondes de choc.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :