Prothèse du genou : combien de temps dure la douleur ?

prothèse de genou, combien de temps durent les douleurs, et comment les soulager

Vous avez été opéré d’une prothèse du genou, vous avez des douleurs, vous vous interrogez sur leur durée ? Vous avez peur que ces douleurs soient un signe d’alerte, qu’il y a un problème ? Ou vous cherchez simplement des moyens de les soulager ?

Je suis kiné et je m’occupe chaque semaine de personnes qui ont ces interrogations. Le passage à l’hôpital après l’opération est souvent rapide, les professionnels de santé sont pressés, et on ne pense pas à poser toutes nos questions…

Je vais justement répondre aux questions que vous vous posez sûrement ! Je vous apporterai mon expérience professionnelle, mais aussi les connaissances qu’on a grâce aux nombreuses études menées à l’international sur des personnes qui, comme vous, on est opérées d’une prothèse de genou.

Les conseils délivrés ici sont valable que vous ayez une prothèse totale (PTG) ou unicompartimentale (PUC) (on parle aussi d’arthroplastie du genou, c’est la même chose). Toutes les références des études sur lesquelles je m’appuie sont en fin d’article.

Bonne lecture !

♻️ Dernière mise à jour : janvier 2023.
👩‍⚖️ Déclaration de liens d’intérêts financiers : pas de liens affiliés. Ma déclaration de liens d’intérêt complète est en mentions légales.

Sommaire

Pourquoi a-t-on des douleurs après une prothèse du genou ?

Pourquoi un genou opéré fait mal ?

Pour mettre en place la prothèse de genou, le chirurgien a réalisé une ouverture au niveau de la peau, mais aussi des différentes couches et types de tissus sous la peau (fascias, tissu osseux, etc.).

Ces tissus ont besoin de cicatriser pour redevenir opérationnels.

Votre organisme, votre système immunitaire (système de défense) réagit donc en conséquence, de manière automatique. Des réactions inflammatoires se mettent en place au niveau du genou. Cette inflammation provoque :

  • une accumulation de liquides dans les différentes couches de tissus. C’est pour cela que votre genou gonfle après une prothèse, qu’un œdème apparaît ;
  • des douleurs ;
  • des rougeurs, de la chaleur au niveau du genou ;
  • un ou plusieurs hématomes et ecchymoses.

Cette inflammation est un passage obligé, elle est à moyen et long terme bénéfique ! C’est elle qui permet de réparer les tissus abîmés. Elle amène dans la zone abîmée, via des liquides, toutes les substances nécessaires pour aider les structures abîmées à guérir naturellement au plus vite.

cicatrice, oedème, douleur, rougeur et chaleur après une prothèse totale de genou. réaction tout à fait normal de l'organisme
Cicatrice une semaine après la pose d’une prothèse de genou. Le genou est enflé et rouge à cause de l’inflammation, habituelle.

L’inflammation qui déclenche l’œdème, c’est quelque chose de très sain, et même de thérapeutique ! C’est une réaction automatique de notre système immunitaire, dont on a hérité de nos ancêtres. Cette inflammation permet de réparer les tissus abîmés.

Aussi, nous ne somme pas tous et toutes égaux face à la douleur. Certaines personnes vont « par nature » avoir tendance à être plus inquiètes vis-a-vis de leur santé, et à ressentir plus de douleurs après une opération que d’autres (Birch 2019).

Sachez aussi que les chirurgie orthopédiques du genou sont réputées pour faire partie des opérations chirurgicales les plus douloureuses (Schindler 2022).

La douleur après une prothèse de genou est donc principalement due à l’inflammation. Et cette inflammation est normale, et même bénéfique pour la cicatrisation des tissus.

Quelles sont les douleurs typiques après prothèse de genou ?

Les douleurs sont quasiment systématiques après une prothèse de genou. Elle apparaissent parfois quelques heures après l’opération. Souvent, elles sont maximales lorsque les personnes rentrent chez elles : les médicaments anesthésiques ne font plus effet, il y a le « stress » de rentrer chez soi sans présence (para)médicale (même si c’est aussi un soulagement) !

À l’hôpital, vous avez peut-être eu des antalgiques en perfusion, en injection sous-cutanée, ou un bloc fémoral. Ce sont très des traitements puissants et efficaces contre la douleur (Cochrane 2014a). Mais il ne font plus effet quand vous rentrez chez vous.

Les douleurs peuvent être localisées :

  • derrière le genou ;
  • devant le genou, au niveau de la cicatrice ;
  • un peu partout dans le genou ;
  • irradier dans la cuisse ou la jambe.

Elles surviennent aussi à différents moments (ou sont parfois continues). Elles peuvent être légères comme très intenses. Nous ne sommes pas tous et toutes égaux face à la douleur, et notre organisme ne réagit pas de la même façon. Le fait d’avoir des douleurs très importantes ne veut pas forcément dire qu’on va mettre plus longtemps à récupérer ou qu’on va moins bien récupérer.

Un de mes patients actuels n’a pris que 3 comprimés de médicaments (et simplement du paracétamol) depuis son opération d’une prothèse totale du genou (PTG) il y a 3 semaines. Il a quelques douleurs mais largement supportables. Il marche 300 mètres tous les jours dans son quartier, monte et descend ses escaliers. À l’inverse, un autre de mes patients actuel aussi opéré d’une PTG il y a 3 semaines est obligé de prendre de la morphine à cause des douleurs, particulièrement la nuit.

Les douleurs nocturnes

Les douleurs les plus fréquentes surviennent la nuit. C’est typique des douleurs inflammatoires.

Elles peuvent vous réveiller, plutôt en dernière partie de nuit. Elles sont souvent source d’angoisse, même si elles sont, comme nous l’avons vu, une manifestation « normale » de votre organisme.

Nous verrons plus loin dans l’article qu’il est possible de mettre en place certaines choses pour les soulager.

Les douleurs en bougeant

Les personnes opérées du genou ont souvent mal le matin au réveil. L’explication logique est la suivante : le genou est resté une bonne partie de la nuit dans la même position. Du fait de l’inflammation, il est moins souple qu’en temps normal.

D’où les douleurs lorsqu’on le remet en action. Lorsqu’on le déplie ou plie plus, lorsqu’on contracte les muscles qui l’entourent.

Même chose dans la journée lorsqu’on change de position, ou lorsqu’on met le poids du corps dessus, par exemple en marchant.

Ces douleurs sont certes embêtantes. Mais comme pour les douleurs nocturnes, elles ne sont pas le signal d’un problème. En tout cas pas tant qu’elles ne sont pas accompagnées d’autres symptômes, comme de la fièvre ou une cicatrice avec des écoulements jaûnatres importants.

Les douleurs au repos la journée

Chez certaines personnes, les douleurs surviennent aussi la journée, au repos, sans rien faire de particulier. Elles peuvent « lancer », pulser : c’est encore une fois quelque chose typique des douleurs inflammatoires.

Nous allons voir combien de temps durent en général ces douleurs, et comment faire pour les soulager.

Les douleurs peuvent survenir la nuit, ou la journée lors des changements de position, ou même sans rien faire de particulier.

Combien de temps durent les douleurs après prothèse de genou ?

Voici l’évolution typique de la douleur après la pose d’une prothèse de genou :

  • la douleur est maximale le premier jour après l’opération (5,8/10 au jour 1) et diminue de manière constante la première semaine (jusqu’à 4,6 en moyenne au jour 8). ;
  • le 9ème jour, la douleur augmente de nouveau ;
  • puis nouvelle diminution constante de la douleur. 30 jours après l’opération, elle est en moyenne de 3/10. (Schindler 2022)
Courbes qui montrent combien de temps dure la douleur après une prothèse de genou, comment elle évolue
Ces courbes montrent comment les douleurs évoluent en moyenne chez les gens qui ont été opérés d’une prothèse du genou. On voit qu’elles ré-augmentent autour du 9ème jour. En violet, ce sont les douleurs de la nuit. On voit qu’elles sont pendant longtemps celles qui sont le plus importantes. Les autres douleurs fluctuent plus selon les jours. Source : Schindler 2022

ℹ️ Cela ne veut pas dire que pour vous, les choses seront exactement identiques. Ce sont les données moyennes prises sur un grand nombre de patients (mais un tout petit nombre à l’échelle du nombre de personnes opérées chaque année d’une PTG !). Il y a de très grandes variabilité possibles bien sûr. Ces chiffres sont une tendance de ce à quoi on peut s’attendre. Mais il y aura des personnes aux 2 extrêmes qui vivront des choses très différentes (pas du tout de douleur, ou douleur faible et qui augmente, ou douleur qui fluctue tous les jours…).

Quelles généralités peut-on en déduire ? Que la douleur peut fluctuer (diminuer puis ré-augmenter). Qu’elle va tout de même vers l’amélioration au fil des semaines.

Sachez qu’un an après l’opération, 1 personne sur 5 a encore des douleurs au genou. C’est embêtant, mais ce n’est pas un signe de quelque chose de grave, d’un problème de prothèse. (Larsen 2021) Les douleurs sont cependant faibles : côtées en moyenne à 1,2/10. (Wang 2022)

Aussi, 10 à 20 % des gens sont insatisfaits de l’opération, même si elle a réglé le problème initiale lié à l’arthrose. En grande partie à cause de ces douleurs qui sont parfois dures à gérer. (Schindler 2022)

Comment soulager les douleurs d’une opération du genou ?

Voici quelques solutions simples que vous pouvez essayer pour soulager les douleurs. Certaines de ces solutions ont été testées dans des études cliniques et peu d’effets secondaires ont été signalés. Certaines personnes sont partiellement soulagées par ces traitements, d’autres ne le sont pas :

  • appliquer du froid sur le genou. Vous pouvez acheter des packs de froid à placer au congélateur. Ou simplement utiliser un sac de petits pois surgelés, qui épousera bien la forme de votre genou. Veillez à mettre toujours quelque chose entre l’élément glacé et votre peau, pour ne pas vous brûler. Vous pouvez mettre du froid aussi souvent que vous voulez, y compris la nuit ;
  • changer régulièrement de position ;
  • être actif autant que possible. L’activité physique libère des hormones (telles que les endorphines) qui ont une action bénéfique sur la douleur ;
  • trouver une position confortable pour votre genou en vous calant avec des coussins. Certaines personnes sont soulagées si elles mettent des coussins sous le genou pour qu’il ne soit pas totalement tendu. Cela peut être fait à quelques moments de la journée mais il faut éviter le temps passé avec le genou plié de cette façon, car, si vous restez trop longtemps ainsi, votre genou peut s’enraidir. Et ne plus arriver à se tendre totalement ensuite ;
  • vous masser la cuisse ou les parties de la jambe endolorie. Le massage a une action à très court terme, uniquement sur le moment. Et certaines personnes n’y sont d’ailleurs pas réceptives du tout. Il n’y a pas de « bonne » technique de massage, ce qui compte, c’est d’arriver à vous soulager un peu par le touché. Comme pour le froid, l’effet s’estompe vite après

Votre chirurgien vous aura aussi prescrit probablement des médicaments contre la douleur. Plusieurs. En systématique (à prendre avant même que la douleur apparaisse) ou à la demande (si vous avez mal). Vous en prendrez parfois aussi la nuit. Ça peut être simplement du paracétamol, ou des médicaments plus forts, allant jusqu’à la morphine, des opioïdes (même si on n’est pas certain que ces derniers soient plus efficaces sur la douleur après une PTG, surtout au regard des risques (Shah 2020).

Il est très difficile de recommander une prise en charge médicamenteuse plutôt qu’une autre. Les habitudes de prescription des professionnels sont très différentes. Par exemple, dans un seul hôpital des Pays-Bas, une équipe de recherche a constaté que pour 301 personnes opérées d’une artrhoplastie du genou, 35 combinaisaons différentes de médicaments avaient été utilisées ! (Thijssen 2022)

liste de médicaments contre la douleur après une prothèse totale ou unicompartimentale de genou
Un extrait des difféntes combinaisons de médicaments donnés après une prothèse de genou ! NSAID = anti-inflammatoire non stéroïdiens ; LIA =infiltration locale d’analgésiques. Source : Thijssen 2022

Selon mon expérience, certaines personnes n’en prennent quasiment pas. D’autres en prennent quelques jours, puis diminuent très vite. D’autres en auront besoin plus longtemps, car leur inflammation dure plus longtemps.

Il est possible de refaire le point avec votre médecin traitant quelques semaines après l’opération pour voir s’il n’y a pas un traitement médicamenteux plus adapté pour vous, si les douleurs persistent.

Les choses testées qui n’ont pas d’impact significatif sur la douleur, en moyenne, chez les personnes qui l’utilisent. Cela veut dire que les douleurs étaient à peu près identiques chez les patients qui avaient ou n’avaient pas ces traitements :

  • mobiliser le genou à l’hôpital ou chez un kiné avec un arthromoteur (qu’on appelle souvent Kinétec, du nom de la marque qui le commercialise). C’est un appareil électrique qui plie et tend le genou. On le régle avec une manette. (Cochrane b 2014) ;
  • faire beaucoup de séances de kinésithérapie (Orndhal 2021) ;
  • faire de la pressothérapie. Il s’agit de mettre la jambe dans une sorte de botte qui comprime et relâche. Les chirurgiens prescrivent parfois cela à la location, ou les cabinets de kiné en sont équipés. Mais cela n’a pas d’impact significatif surles douleurs ni l’œdème (Christensen 2021).

L’imagerie motrice, le drainage lymphatique, le kinesio-taping sont des traitements qui ont été testés dans des études de trop mauvaise qualité pour qu’on puisse en tirer quoi que ce soit.

Certaines équipes recommandent aussi aux patients de conserver une attelle semi-rigide avec le genou en extension les 8 premiers jours qui suivent l’opération. Selon les résultats d’une étude menée sur 72 patients, la douleur est moins importante, et la flexion à moyen et long terme est meilleure, chez les personnes qui ont eu cette attelle par rapport à celles qui ne l’ont pas eu. C’est une pratique que je n’ai cependant jamais vue pratiquer en France, où on encourage plutôt la mobilisation précoce en flexion du genou. (Kaseb 2022)

La glace, une position confortable, les changements réguliers de position, rester actif, l’automassage, la prise de médicaments à visée antalgique sont les principaux moyens simples à mettre en place contre la douleur après une prothèse de genou.

Quand s’inquiéter à cause de ses douleurs au genou ?

Vous avez peut-être cherché des informations sur des forums, sur internet, sur les taux de réussite des prothèses de genou. Par peur que peut-être, vos douleurs soient le signe d’un problème, d’un échec de l’opération.

Ou vous vous demandez à partir de quel moment il faut s’inquiéter de ces douleurs, à partir de combien de temps ce n’est plus normal d’avoir mal ? 1 mois ? 3 mois ? 4 mois ? 6 mois ?

Il n’y a pas de « date butoir ». Comme vous l’avez vu dans les parties précédentes, certaines personnes conservent des douleurs plusieurs mois après l’opération, même si la prothèse est bien en place et qu’il n’y a pas de complication, de défaillance de la prothèse.

Cela ne veut pas dire bien sûr qu’il faut se résigner à avoir mal toute sa vie !

Quelque soit le moment où la douleur apparaît, discutez-en avec les professionnels de santé qui vous suivent à ce moment-là : généralement, au moins kiné et infimier(e). Prenez leur avis professionnel. Ils sont habitués à prendre en charge des gens dans votre cas, et savent repérer des signes d’inquiétude, qui ne sont généralement pas la douleur seule (mais plutôt des signes d’infection ou de phlébite).

Vous ferez dans tout le cas le point avec votre chirurgien(ne) environ 1 mois et demi à 2 mois après l’opération. Certain(e)s chirurgien(nes) vous auront aussi dit de ne pas hésiter d’appeler leur secrétariat en cas d’inquiétude ; d’autres vous recommanderont plutôt de passer par le médecin traitant.

***

J’ai fait le tour des questions les plus fréquentes de mes patient(e)s sur la douleur après une pose de prothèse totale ou unicompartimentale de genou. Vous avez encore des questions, un retour d’expérience à partager ? L’espace commentaire est là pour ça !

📬 Cet article vous a plu ? Vous pouvez vous abonner pour être informé des nouveaux articles :

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  1. combien de temps dure le gonflement après une prothèse du genou ?
  2. quels sont les mouvements interdits après une prothèse du genou ?
  3. la rééducation d’une prothèse du genou.

📚 SOURCES

La douleur après une prothèse de genou est quelque chose de bien connu. Quelques dizaines d’études se focalisent justement sur ce sujet. Voici la base de donnée que j’utilise pour rechercher des publications scientifiques en santé :

les études sur la douleur après prothèse de genou
Les études qui portent spécifiquement sur les douleurs après prothèse de genou

Causes

Buus AAØ, Udsen FW, Laugesen B, El-Galaly A, Laursen M, Hejlesen OK. Patient-Reported Outcomes for Function and Pain in Total Knee Arthroplasty Patients. Nurs Res. 2022 Sep-Oct 01;71(5):E39-E47. doi: 10.1097/NNR.0000000000000602. Epub 2022 May 12. PMID: 35552336.

Durée

Larsen DB, Laursen M, Edwards RR, Simonsen O, Arendt-Nielsen L, Petersen KK. The Combination of Preoperative Pain, Conditioned Pain Modulation, and Pain Catastrophizing Predicts Postoperative Pain 12 Months After Total Knee Arthroplasty. Pain Med. 2021 Jul 25;22(7):1583-1590. doi: 10.1093/pm/pnaa402. PMID: 33411890.

Schindler M, Schmitz S, Reinhard J, Jansen P, Grifka J, Benditz A. Pain Course after Total Knee Arthroplasty within a Standardized Pain Management Concept: A Prospective Observational Study. J Clin Med. 2022 Dec 4;11(23):7204. doi: 10.3390/jcm11237204. PMID: 36498779; PMCID: PMC9741301.

Wang X, Ida M, Uyama K, Naito Y, Kawaguchi M. Persistent postoperative pain at 1 year after orthopedic surgery and its association with functional disability. J Anesth. 2022 Dec 24. doi: 10.1007/s00540-022-03156-2. Epub ahead of print. PMID: 36565365.

Traitements

Chan EY, Fransen M, Parker DA, Assam PN, Chua N. Femoral nerve blocks for acute postoperative pain after knee replacement surgery. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 5. Art. No.: CD009941. DOI: 10.1002/14651858.CD009941.pub2. Accessed 28 December 2022. Cochrane a

Harvey LA, Brosseau L, Herbert RD. Continuous passive motion following total knee arthroplasty in people with arthritis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 2. Art. No.: CD004260. DOI: 10.1002/14651858.CD004260.pub3. Accessed 28 December 2022. Cochrane b

Adie S, Kwan A, Naylor JM, Harris IA, Mittal R. Cryotherapy following total knee replacement. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 9. Art. No.: CD007911. DOI: 10.1002/14651858.CD007911.pub2

Christensen LMR, Arnesen CE, Möller S, Hyldig N. The effect of compression therapy on post-surgical swelling and pain after total knee arthroplasty. Int J Orthop Trauma Nurs. 2021 Apr;41:100815. doi: 10.1016/j.ijotn.2020.100815. Epub 2020 Aug 28. PMID: 33339752.

Orndahl CM, Perera RA, Riddle DL. Associations Between Physical Therapy Visits and Pain and Physical Function After Knee Arthroplasty: A Cross-Lagged Panel Analysis of People Who Catastrophize About Pain Prior to Surgery. Phys Ther. 2021 Jan 4;101(1):pzaa182. doi: 10.1093/ptj/pzaa182. PMID: 32990311; PMCID: PMC8325107.

Kaseb MH, Moharrami A, Mirghaderi SP, Fallah E, Razzaghof M, Moazen Jamshidi MM, Poopak A, Mortazavi SMJ. Effect of joint immobilization using extension splint immediately after total knee arthroplasty on post-operative knee function and pain: a randomized clinical trial. Int Orthop. 2022 Aug;46(8):1749-1759. doi: 10.1007/s00264-022-05428-8. Epub 2022 May 19. PMID: 35587284.

Lavand’homme PM, Kehlet H, Rawal N, Joshi GP; PROSPECT Working Group of the European Society of Regional Anaesthesia and Pain Therapy (ESRA). Pain management after total knee arthroplasty: PROcedure SPEcific Postoperative Pain ManagemenT recommendations. Eur J Anaesthesiol. 2022 Sep 1;39(9):743-757. doi: 10.1097/EJA.0000000000001691. Epub 2022 Jul 20. PMID: 35852550.

Thijssen M, Timmerman L, Koning NJ, Rinia M, van Dijk JFM, Cheuk-Alam J, Olthof K, Rekker S, Steegers MAH, van Boekel RLM. Multimodal analgesia practices for knee and hip arthroplasties in the Netherlands. A prospective observational study from the PAIN OUT registry. PLoS One. 2022 Dec 22;17(12):e0279606. doi: 10.1371/journal.pone.0279606. PMID: 36548295; PMCID: PMC9778981.

photo de nelly darbois, kinésithérapeute et rédactrice web santé
Rédigé par Nelly Darbois

J’aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale.

J’habite en Savoie 🌞❄️ où je travaille comme kiné et communicante pour des revues scientifiques et des sites web.
Tous mes articles.

Publié par Nelly Darbois

J'aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale. J'habite en Savoie 🌄❄️ où je travaille comme kiné et créatrice de contenu pour des revues scientifiques et des sites web.

Laisser un commentaire