Quand et comment marcher après une fracture de cheville ?

Combien de temps pour marcher apres fracture de la malleole

Après une fracture de cheville, on est souvent un peu perdu : est-ce qu’on peut marcher ? Comment ? Au bout de combien de temps ?

Il est tout à fait normal que vous vous posiez ces questions. On trouve peu d’informations sur le sujet. Et les professionnels de santé qui vous ont pris en charge n’ont pas forcément pris/eu le temps pour tout bien vous expliquer.

Ou votre état de santé a changé depuis le diagnostic ou votre dernier rendez-vous médical. Ou encore, vous vous demandez s’il est possible de prendre un peu plus de risque que ce qu’on vous a dit. Ou si au contraire, vous devriez être encore plus prudent…

Kiné, je vais essayer de vous répondre de la manière la plus précise possible à ces questions :

♻️ Dernière mise à jour : janvier 2023.
👩‍⚖️ Déclaration de liens d’intérêts financiers : liens Amazon affiliés. Ma déclaration de liens d’intérêt complète est en mentions légales.

De quel type de fracture de cheville on parle dans cet article ?

Le terme « fracture de cheville » inclut un très grand nombre de fractures avec des noms différents. Ces noms varient selon :

  • la localisation de la fracture : sur quel os ? Cela peut être sur 1 (fracture uni-malléolaire), 2 (fracture bi-malléolaire) :
    • le tibia : fracture de la malléole interne/médiale ;
    • la fibula (qu’on appelle aussi péroné) : fracture de la malléole externe/latérale ;
    • on parle aussi de fracture tri-malléolaire quand les 2 malléoles sont cassées + une autre partie du tibia.
  • le type de fracture :
    • fracture déplacée ou non déplacée : selon s’il existe un plus ou moins grand écart les différents segments osseux ;
    • fracture stable ou instable : selon si les ligaments permettant à l’articulation d’être stable sont aussi touchés ;
    • fracture simple, complexe, comminutive : si l’os est cassé à plusieurs endroits ;
    • fracture fermée ou ouverte : dans ce dernier cas, l’os cassé déchire la peau et peut être plus ou moins apparent ;
  • les classifications qu’on utilise pour leur donner un nom.
photo d'une cheville cassée
Fracture uni-malléolaire de la malléole externe de cheville

Dans cet article, je parle de l’ensemble de ces fractures de cheville. Les indications délivrées sont donc valables de manière générale quelque soit le type de fracture que vous avez.

Comment savoir si l’on peut marcher et comment selon le type de fracture ?

Une fois qu’on est sûr que vous ayez une fracture (grâce à une radiographie de la cheville), une équipe médicale ou chirurgicale va définir le traitement le plus approprié pour vous, selon elle.

  • Traitement conservateur ou orthopédique : pas d’opération. Une immobilisation est parfois préconisée, avec un plâtre, une orthèse ou une botte de marche. Des séances de kinésithérapie peuvent aussi être prescrites.
  • Traitement chirurgical : une opération est réalisée, souvent en cas de fracture déplacée ou instable.

Que vous soyez traité de manière conservatrice ou chirurgicale, vous aurez normalement des indications claires sur l’appui et la marche qui est autorisée/conseillée dans votre cas.

Un de ces 4 types de marche et d’appui vous ont normalement été préconisé :

  • appui total : vous avez le droit d’appuyer autant que vous le voulez sur votre jambe fracturée. Vous devez doser en fonction de la douleur et de la gène, et reprendre petit à petit une marche et un appui normaux ;
  • appui partiel : vous avez le droit d’un peu appuyer en marchant et debout, mais pas trop. Dans ce cas, on vous a indiqué un pourcentage d’appui par rapport à votre poids. Par exemple, quelque chose comme « appui partiel à 40 % du poids du corps ». Vous devez en théorie respecter ce dosage, quelque soit votre ressenti. Et donc marcher avec des béquilles  ;
  • appui contact : vous avez le droit de poser votre pieds par terre, mais avec quasiment pas de poids dessus. Autour de 10 % de votre poids du corps. Vous pouvez marcher aussi en appui contact, donc en prenant appui également sur 2 béquilles pour décharger votre poids sur elles ;
  • appui non autorisé : vous ne devez vraiment mettre aucun poids sur votre cheville. Et ce généralement jusqu’à la radiographie de contrôle, 6 semaines après le diagnostic. Cependant, cela ne vous empêche pas de marcher ! Vous pouvez marcher avec des béquilles ou un déambulateur sans poser le pied par terre, à cloche pied. Si bien sûr vous n’avez pas d’autres problèmes de santé qui vous empêche de vous déplacer ainsi.

Le type d’appui autorisé dans votre cas vous a normalement été communiqué :

  • à l’oral, par le médecin ou chirurgien qui supervise la prise en charge ;
  • à l’écrit, sur votre compte-rendu de consultation, d’hospitalisation ou d’opération. Et sur les courriers à destination de votre kiné ou médecin traitant.

Dans certains cas, vous pouvez vous questionner : est-ce que vraiment je ne dois pas du tout appuyer pendant si longtemps ? Ou au contraire, vous avez peur d’appuyer alors qu’on vous a dit que vous pouvez ?

Dans ce cas, je vous conseille :

  • d’en reparler avec les professionnels de santé (kinés, médecins) qui vous suivent et qui connaissent l’ensemble de votre dossier médical ;
  • de vous documenter par vous-même et de réfléchir à comment vous évaluez le ratio bénéfice-risque dans votre cas.

Je vais justement dans la suite de l’article vous donner des informations sur ce que l’on dit dans les publications scientifiques internationales actuelles au sujet de la remise en charge (c’est à dire, la reprise de l’appui et de la marche) après qu’on se soit cassé la cheville.

L’équipe médicale ou chirurgicale qui a fait le diagnostic et indiqué le traitement à suivre vous a normalement dit oralement et/ou par écrit si vous aviez le droit à l’appui ou non, et donc à la marche en posant le pied par terre ou non.

Est-ce que je risque d’avoir mal ou d’aggraver la fracture en marchant ?

Vous avez raison de vous poser cette question.

Lorsqu’on interdit ou ne recommande pas l’appui, on le fait justement parce qu’on pense que :

  • cela limite les douleurs ;
  • cela augmente les chances de consolidation rapide et optimale, et donc de guérison.

Mais ne pas marcher peut aussi causer d’autres problèmes :

  • risque de phlébite ;
  • perte des capacités musculaires ou fonctionnelles ;
  • arrêt de travail non souhaité avec conséquences économiques ;
  • etc.

Tout cela tient la route.

Comment savoir ce qu’il est bon de faire ? Des équipes de recherche ont justement essayé d’avoir des informations plus précises. Elles ont :

  • sélectionné des gens qui ont eu une fracture de cheville (souvent traitée chirurgicalement) ;
  • autorisé la marche en appui total (selon douleur) tout de suite à certains. Elles ont dit à d’autres d’attendre 2, 3 ou 4 semaines. Et encore à d’autres d’attendre la radio de contrôle, 1 mois et demi plus tard. À ces derniers, elles ont donc dit de marcher sans appui, ou en appui contact ;
  • regardé comment vont toutes ces personnes dans les semaines et les mois qui suivent la fracture de cheville :
    • qui a plus vite consolidé ?
    • Qui a eu moins mal ?
    • Qui a eu plus de complications (infection, retard de consolidation, etc.) ?
    • Qui a repris plus vite le travail ou le sport ?

Alors, que concluent ces études ? Et bien, selon les études, les résultats sont discordants. Certaines concluent que les complications sont plus fréquentes pour les gens avec appui. D’autres que les complications sont aussi fréquentes pour les uns que pour les autres, mais que ceux qui ont eu l’appui tout de suite ont mieux récupéré fonctionnellement, et plus vite.

Dans tous les cas, plus on s’éloigne de la date de la fracture, plus les résultats entre les différents groupes sont similaires. Concernant les complications ou les capacités fonctionnelles. (Sources : Khojaly 2021 & 2022)

Globalement, les choses vont tout de même plutôt dans le sens d’autoriser de plus en plus l’appui en fonction des douleurs, plutôt que de l’interdire. Alors que la tendance était à l’inverse dans les décennies passées.

Voici par exemple ce que conclut une équipe de chirurgien(ne)s orthopédistes du Royaume-Uni (ma traduction) :

La mise en charge précoce des patients souffrant de fractures de la cheville, qu’elle soit gérée de manière conservatrice ou chirurgicale, entraîne des taux très faibles de perte de réduction et devrait être considérée comme une prise en charge de routine pour la majorité des patients.

Bugler 2018

Si c’est cette option que vous avez envie d’adopter, je vous recommande d’en discuter avec les kinés, médecins ou chirurgiens qui vous suivent. Cela vous permettra d’avoir un avis extérieur pour évaluer de manière encore plus fine la balance bénéfice/risque dans votre cas. Et d’autant plus si vous êtes plâtré, ce qui complique l’appui !

Plus le temps passe, et plus on réalise que l’appui sur une cheville fracturée ne pose probablement pas plus de problèmes à moyen et long terme.

Faut-il avoir un fauteuil roulant si on a une fracture de cheville ?

Un fauteuil roulant n’est pas prescrit de manière systématique après une fracture uni, bi ou tri-malléolaire. Cela va dépendre de nombreux paramètres :

  • votre état de santé avant ce traumatisme ;
  • votre mode de vie ;
  • vos appréhensions ;
  • le type de logement dans lequel vous vivez ;
  • vos obligations familiales ou professionnelles.

Les kinésithérapeutes peuvent prescrire un fauteuil roulant en location, 1 mois. Cela sera pris en charge par l’assurance maladie et les mutuelles. Idem pour les médecins et chirurgien(ne)s. La location peut être renouvelée.

Je suis kiné uniquement à domicile, donc je vois probablement les personnes qui sont les plus limitées fonctionnellement à cause de leur fracture de cheville. Environ 90 % de mes patient(e)s ont utilisé ponctuellement ou régulièrement un fauteuil roulant manuel dans les semaines (parfois mois) qui ont suivi la fracture. Parfois chez eux, parfois uniquement en extérieur.

Un fauteuil roulant est parfois nécessaire, surtout pour les longs déplacements en extérieur.

Vaut-il mieux marcher avec ou sans béquilles ?

Quelque soit l’appui que vous décidé d’avoir (partiel, total, contact…) vous aurez très probablement besoin de cannes béquilles (ou de déambulateur) au moins quelques semaines après votre fracture.

Les béquilles vont vous permettre de mettre un peu moins de poids sur la cheville fracturée. Vous allez pouvoir faire « à votre dose ».

Elles pourront aussi vous permettre de marcher plus vite, ou plus. Par exemple,

  • pour vaquer à vos occupations,
  • ou pour vous entretenir physiquement.
Paire de béquilles
⭐⭐⭐⭐⭐ 4,3/5 – 322 avis
21,96

Vous sentirez quand vous pourrez progressivement vous en passer totalement.

Pour certaines personnes, cela arrive au bout de 3/4 semaines, plus souvent 6/8 semaines. Pour d’autres, cela prend plusieurs mois.

Dans tous les cas, l’idée est de faire ça de manière progressive. En transition, vous pouvez utiliser par exemple des bâtons de randonnée/marche nordique.

Les béquilles sont souvent indispensables, au moins quelques semaines.

Vaut-il mieux marcher avec ou sans botte de marche ?

Si vous êtes plâtré, la question ne se pose pas !

Par contre, si vous n’êtes pas plâtré, que vous ayez ou non été opéré, on vous a peut-être prescrit une attelle, une orthèse ou une botte de marche.

Voici à quoi ressemble une botte de marche (aussi appelée botte de décharge ou botte orthopédique). Elle peut être pneumatique ou non.

Botte de marche basse
⭐⭐⭐⭐⭐ 4,4/5 – 365 avis
66,42
  • botte de marche attelle pour fracture de cheville
Botte de marche pneumatique Aircast
⭐⭐⭐⭐⭐ 4,3/5 – 1046 avis
181,44

Et en situation :

botte de marche orthopédique et pneumatique chez une personne avec la cheville cassée

Nous n’avons pas d’études de bonne qualité qui permettent de dire s’il vaut mieux porter ou non une botte de marche, ou toute autre attelle.

Voilà selon moi les situations où cela peut être pertinent :

Par exemple, si vous avez :

  • des enfants en bas âge (ou un animal domestique) qui risquent de vous cogner la cheville quand vous marchez ;
  • besoin de rapidement reprendre des déplacements en extérieur, dans la foule ;
  • des difficultés à poser le pied par terre et à marcher simplement avec des béquilles, alors que vous devez/souhaitez reprendre la marche avec appui rapidement.

Selon mon expérience, certain(e)s chirurgien(ne)s orthopédistes prescrivent systématiquement des bottes de marche. D’autres jamais.

Les bottes de marche peuvent être pertinentes dans certaines situations, mais elles ne sont pas forcément indispensables.

Combien de temps pour remarcher normalement après une fracture de cheville ?

C’est tout à fait normal que vous ayez envie de savoir dans combien de temps vous allez enfin pouvoir marcher à nouveau comme avant votre fracture. Sans douleur, sans gêne, sans instabilité, sans appréhension.

Il est cependant impossible de vous donner un délais précis. Cela va dépendre de très nombreux paramètres, comme :

  • votre forme physique avant et depuis l’opération ;
  • le type de fracture et de traitement que vous avez eu ;
  • ce que vous ferez pendant la période de repos et de rééducation ;
  • vos propres critères de « marche normale comme avant ».

Voici une courbe qui montre comment les gens qui ont eu une fracture de cheville (opérée ou non) évoluent en moyenne :

Cette courbe montre que les gens qui ont eu la cheville cassée et qui ont été opérés ou non récupèrent bien les 3 premiers mois suivants la fracture.

Qu’en conclure ?

  • Vous allez probablement très bien récupérer les 3 premiers mois ;
  • 6 mois après la facture, vous devrez avoir retrouvé environ 80 % de vos capacités d’avant. C’est une donnée moyenne. Certaines personnes déclarent par exemple avoir retrouvé en 3 mois 90 % de leurs capacités d’avant.

Mes patients plâtrés ou opérés d’une cheville cassée mettent en moyenne 2 à 4 mois pour remarcher comme avant sans béquille. Pour ceux qui n’ont pas été plâtré ou opéré, c’est un peu plus rapide.

Vous pourrez probablement marcher à nouveau « comme avant » quelques mois après la fracture.

📬 Cet article vous a plu ? Vous pouvez vous abonner pour être informé des nouveaux articles :

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  1. Temps de guérison d’une fracture de malléole
  2. La rééducation après une fracture de cheville

📚 SOURCES

Remise en charge après fracture de cheville opérée. Khojaly R, Rowan FE, Hassan M, Hanna S, Mac Niocail R. Weight-bearing Allowed Following Internal Fixation of Ankle Fractures, a Systematic Literature Review and Meta-Analysis. Foot Ankle Int. 2022 Sep;43(9):1143-1156. doi: 10.1177/10711007221102142. Epub 2022 Jul 21. PMID: 35861219.

Khojaly, R., Mac Niocaill, R., Shahab, M. et al. Is postoperative non-weight-bearing necessary? INWN Study protocol for a pragmatic randomised multicentre trial of operatively treated ankle fracture. Trials 22, 369 (2021). https://doi.org/10.1186/s13063-021-05319-0

EARLY ROUTINE WEIGHT BEARING IS SAFE IN PATIENTS WITH ANKLE FRACTURES. Bugler K.E. and White T.O. Orthopaedic Proceedings 2015 97-B:SUPP_4, 14-14

Mateen et al. Early Weight-Bearing Following Ankle Fracture ORIF: Pertinent Pearls And Pitfalls. Podiatry Today. 2021

Les différents types de bottes de marche et d’orthèse en cas de fracture du pied. Choo YJ, Chang MC. Commonly Used Types and Recent Development of Ankle-Foot Orthosis: A Narrative Review. Healthcare (Basel). 2021 Aug 13;9(8):1046. doi: 10.3390/healthcare9081046. PMID: 34442183; PMCID: PMC8392067.

photo de nelly darbois, kinésithérapeute et rédactrice web santé
Rédigé par Nelly Darbois

J’aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale.

J’habite en Savoie 🌞❄️ où je travaille comme kiné et communicante pour des revues scientifiques et des sites web.
Tous mes articles.

Publié par Nelly Darbois

J'aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale. J'habite en Savoie 🌄❄️ où je travaille comme kiné et créatrice de contenu pour des revues scientifiques et des sites web.

Laisser un commentaire