Entorse cheville : marcher ou pas ?

entorse cheville marcher ou pas ? Comment la marche est autorisée ?

Vous venez d’avoir une entorse à la cheville, et vous vous posez des questions sur est-ce que vous avez le droit de marcher ou pas ? Quels risques vous prenez avec ou sans béquilles, avec ou sans attelles ? Quand est-ce que vous remarcherez normalement ?

Kiné, je vais répondre à toutes les questions de mes patient(e)s au sujet de la marche après qu’on se soit tordu, foulé la cheville.

Que votre entorse soit de stade 1, 2 ou 3 (légère, modérée ou sévère). Qu’elle touche le ligament internet ou externe. D’ailleurs, souvent, on ne sait justement pas quel ligament est touché, et quelle est la gravité de notre entorse. Pas de panique, je vais vous donner les grands principes.

Pour répondre à ces questions, je me base sur :

  • mon expérience pro de kiné ;
  • mes recherches approfondies dans les études publiées sur la récupération d’une entorse de cheville. Dans les revues médicales publiées partout dans le monde. Toutes les sources sur lesquelles je m’appuie sont en fin d’article.

Les kinésithérapeutes et médecin que vous verrez sur le terrain sauront bien sûr personnaliser leur approche !

♻️ Dernière mise à jour : janvier 2023.
👩‍⚖️ Déclaration de liens d’intérêts financiers : pas de liens affiliés. Ma déclaration de liens d’intérêt complète est en mentions légales.

Sommaire

Sommaire

Le contenu de cet article résumé au format vidéo

Comment savoir si on peut marcher ou non selon le type d’entorse ?

Déjà, sachez que l’immense majorité des personnes peuvent sans risque marcher avec une entorse de cheville. Il faudra adapter le type de marche, la durée, la fréquence par rapport au douleur et à l’instabilité, et on verra comment. Mais on peut marcher (c’est même plutôt recommandé pour la récupération !).

Donc, vous faites partie des exceptions si la marche est interdite pour vous. Mais cela ne va pas dire que vous allez forcément moins bien récupérer !

Quand la marche est « interdite » ?

La marche est peut-être interdite ou non recommandée pour vous si :

  • vous avez une entorse de stade ou grade 3 (entorse sévère). Avec un arrachement osseux en plus des ruptures des ligaments, vu à la radio. L’équipe qui vous suit à opté pour une immobilisation avec un plâtre ou une botte de marche. Ou une simple attelle, mais sans vous autoriser l’appui. Notez que certaines personnes ont le droit de marcher même en cas d’arrachement osseux ;
  • vous avez une fracture ne permettant pas la mise en charge sur cette jambe, à la cheville ou à une autre partie du membre inférieur. Du même côté que celui de l’entorse.

Normalement, le médecin que vous avez eu (en cabinet, aux urgences, peu importe) vous aura verbalement et par écrit notifié que la marche n’est pas recommandée pour vous. Voilà ce qu’il a pu dire ou écrire qui veut dire que la marche n’est pas possible :

  • « sans appui » pendant 2 semaines / 1 mois / 2 mois ;
  • pas d’appui autorisé ;
  • appui contact uniquement (cela veut dire que vous aurez le droit de poser le pied part terre, mais en mettant quasiment aucun poids dessus).
entorse de cheville latérale avec gonflement et hématome
Le gonflement et l’hématome ne sont pas une contre-indication à la marche !

Et la marche à cloche-pied, sur une jambe ?

Bien sûr, la marche n’est JAMAIS interdite à cloche-pied (sur l’autre pied + les béquilles) pour personne. Même s’il y a écrit « sans appui » sur vos papiers de sortie : vous avez toujours la possibilité de vous déplacer en marchant, en prenant appui sur l’autre jambe et des béquilles ou un déambulateur.

Sauf bien sûr si vous avez d’autres fractures ou problèmes qui vous empêchent de prendre appui dessus. Mais dans ce cas, ce ne sera pas à cause de l’entorse !

Les personnes qui ont posé le diagnostic d’entorse ne vous ont rien dit sur l’autorisation ou non de la marche ? Et ils n’ont rien écrit nulle part à ce sujet ? Dans ce cas, vous pouvez considérer que la marche est autorisée pour vous. En adaptant bien sûr le dosage, la façon de marcher. En fonction des douleurs, et de l’instabilité de votre cheville.

Est-ce que je risque d’avoir mal ou d’aggraver l’entorse en marchant ?

Bien sûr, le risque 0 n’existe pas. Et oui, ça peut arriver de se retordre à nouveau la cheville en marchant lors de la phase de récupération. Mais cela pourra toujours arriver, même si vous attendez 3 mois avant de remarcher. Et surtout, vous prenez aussi des risques en ne marchant pas ! Perte musculaire, mauvaise circulation sanguine, mauvais transit, déconditionnement physique général… J’en passe et des meilleurs.

Selon mon expérience, le risque d’aggravation de l’entorse, de récidive, ne survient pas lors de cette phase où on hésite à marcher. Mais plutôt après, lorsqu’on reprend le sport ! 3 ans après un épisode d’entorse de cheville, 34 % des gens reportent au moins une nouvelle entorse. (Source : van Rijn 2008)

Comme vous avez probablement des douleurs, un œdème, une appréhension à cause de l’accident qui vous est arrivé, vous allez automatiquement être plus prudent. La botte de marche, l’attelle/orthèse, les béquilles que vous aurez sûrement vont aussi augmenter votre vigilance et votre attention à la marche.

En adaptant votre façon de marcher, tout va bien se passer !

Et l’idée n’est bien sûr pas de reprendre la marche pile comment avant tout droit sorti des urgences ou du cabinet médical ! Il faudra simplement reprendre la marche de manière progressive, en l’adaptant par rapport aux éventuelles douleurs.

En reprenant de manière adaptée et progressive la marche, le risque de récidive d’entorse ou d’augmentation des douleurs est minime.

Être immobilisé est plutôt moins bien que marcher

Comment évoluent des personnes avec une entorse du ligament latéral de la cheville :

  • avec 4 semaines d’immobilisation et une marche limitée :
  • par rapport à des personnes sans limite sur la marche et sans immobilisation ?

Les personnes sans immobilisation ont en général moins de douleurs, une meilleur souplesse et force de cheville et de meilleurs résultats aux tests qui évaluent leur capacités à faire des choses.

Et même en cas d’entorse grave de stade 3, certains recommandent de ne pas dépasser 10 jours d’immobilisation stricte.

Source : Matherne 2019

On ne vous a prescrit ni Aircast ni botte de marche (cf ci-dessous) ? C’est sans doute une bonne chose ! Si vous en a prescrit, vous pouvez discuter avec votre kiné de la pertinence ou non de la garder, et combien de temps, dans votre cas.

Attelle de type aircast
⭐⭐⭐⭐ 1250 avis
59,68
Botte de marche orthopédique
⭐⭐⭐⭐ 7 avis
113,69

Quand est-ce qu’il est vraiment interdit de poser le pied par terre ?

Comme je l’ai dit au début de cet article, c’est vraiment plutôt rare qu’on ait interdiction de poser le pied par terre après une entorse de cheville. Cela arrive si :

  • vous avez une entorse de stade 3, sévère de la cheville. Avec arrachement osseux, fracture associée. Et votre médecin a décidé de vous plâtrer ou de vous interdire l’appui, parce que la fracture est instable ou déplacée. Car l’appui est parfois autorisé même avec un arrachement osseux ;
  • vous avez un autre problème que l’entorse sur cette jambe. Par exemple, une fracture de la cheville, ou du plateau tibial, qui nécessite de ne pas appuyer dessus pour qu’elle consolide.

On ne passe pas à côté d’une interdiction de poser le pied au sol. Les médecins ou chirurgien qui ont fait le diagnostic vous l’ont forcément dit et indiqué quelque part dans votre courrier de sortie (ou votre compte-rendu d’opération si vous avez été opéré).

Vaut-il mieux marcher avec ou sans béquilles ?

Il vaut mieux marcher avec des béquilles, au moins les premiers jours. Pourquoi ?

  • Pour soulager, limiter les douleurs.
  • Pour reprendre confiance.
  • Pour tester progressivement la stabilité de sa cheville.
  • Pour marcher sans trop boiter.

Les béquilles vous permettront de soulager un peu l’appui sur la cheville dont les ligaments ont été étirés ou rompus. Vous trouverez la façon de marcher qui vous convient le mieux :

  • en alterné, comme avec des bâtons de randonnée ou de ski de fond ;
  • en 3 temps, en mettant les 2 béquilles autour du pied avec l’entorse.

Si c’est trop compliqué pour vous de marcher avec des béquilles, prenez un déambulateur.

Une seule ou 2 béquilles ?

Préférez marcher avec 2 béquilles plutôt qu’une seule. Une seule seule nous fait plus boiter, nous incite à nous pencher de son côté. Si vous en prenez quand même une seule, mettez là du côté opposé à la cheville foulée. Cela vous permettra de mieux prendre appui dessus.

Quand est-ce qu’on peut lâcher les béquilles ?

Le mot d’ordre est : progressivement ! Les béquilles sont surtout là pour éviter les douleurs : on dit qu’elles sont à visée « antalgique ». Vous allez sentir au fur et à mesure des jours que :

  • vous avez moins mal ;
  • vous êtes plus à l’aise, vous marchez plus vite ;
  • vous appuyez de moins en moins sur les béquilles.

C’est qu’il sera le moment de les lâcher, progressivement ! D’abord à l’intérieur. Puis dehors, en faisant des marches de plus ou plus longues. D’abord sur terrain plat et stable, puis sur des terrains plus accidentés.

Il vaut mieux marcher avec des béquilles quelques jours ou quelques semaines. Pour éviter de boiter, soulager les douleurs, stabiliser un peu la cheville. Puis les abandonner progressivement quand on se sent aller mieux.

Vaut-il mieux marcher avec ou sans attelle de cheville ?

Déjà, l’attelle (aussi appelée orthèse, aircast) ou « l’immobilisation », la « contention » avec des straps ou du kinesiotaping n’est pas obligatoire ou indispensable. Surtout si vous avez une entorse de stade 1 ou 2. Si les professionnels de santé que vous avez vu ne vous en ont pas prescrit, c’est qu’ils n’ont pas jugé cela utile pour vous.

Il y a différentes écoles à ce sujet : certains vont plutôt avoir tendance à prescrire des contentions, d’autres très peu. Et vous, au milieu, vous devez faire avec ces différentes façons de voir les choses 🙂 !

Deux approches donc :

  • si on vous a prescrit de quoi vous « immobiliser », conservez à la marche cette attelle ou ce strapping ;
  • si on ne vous a rien prescrit, faites sans !

Que vous aillez ou non une attelle, quelque chose autour de la cheville, mes conseils précédents sur la marche avec ou sans béquille restent valables.

Si on vous a prescrit quelque chose pour mettre autour de la cheville, vous pouvez le garder quelques jours ou quelques semaines à la marche.

Qu’est-ce qu’on peut faire pour remarcher plus vite malgré l’entorse ?

Il n’y a pas d’astuce, de remède miracle pour griller les étapes.

Votre ligament lésé a besoin de temps pour cicatriser. Un temps incompressible. Ce temps est plus ou moins long selon les individus, quoi qu’ils fassent. Il est de 3 à 6 semaines. 6 semaines plutôt en cas d’arrachement osseux : l’os met plus longtemps à consolider que les tissus mous à cicatriser. Et les ligaments sont des tissus mous.

Le meilleur moyen de retrouver toutes vos capacités d’avant, y compris sportives, c’est de refaire les choses progressivement. Adapter en fonction des douleurs pendant et après l’activité. Ne pas vouloir trop rapidement introduire des exercices provoquant de l’instabilité dans la cheville (comme se mettre sur un pied sur une plateforme instable).

Il faut trouver le bon dosage en fonction des douleurs, de la sensation de stabilité pour reprendre :

  • d’abord la marche avec béquilles (avec ou sans attelle ou strapping) ;
  • puis la marche sans rien, tranquillement sur terrain plat ;
  • puis la marche sur terrain moins plat, moins lisse ;
  • puis la course à pied sur terrain plat ;
  • puis la course à pied sur terrain accidenté.

Le rôle des kinés est de vous accompagner tout au long de cette reprise progressive. Pour celles et ceux qui ont besoin d’un regard extérieur.

Faire de la cryothérapie, des ultrasons, des ondes de choc, de l’ostéopathie, etc. ne permettra pas d’accélérer ce temps de cicatrisation et de reprendre plus vite le sport. Ces moyens ont simplement une action « rassurante », éventuellement antalgique chez certaines personnes. Mais ils n’ont pas la propriété d’accélérer la guérison des tissus de manière significative chez les personnes qui les utilisent par rapport à celles qui ne les utilisent pas.

Il n’y a pas de remède miracle pour remarcher plus vite. Il faut respecter le temps de cicatrisation des tissus et reprendre les choses progressivement.

Quand est-ce qu’on peut remarcher normalement après une entorse de cheville ?

La reprise de la marche « comme avant » va dépendre de pas mal de paramètres :

  • la « gravité » de votre entorse initiale ;
  • votre propre appréciation de la « prise de risque » ;
  • vos symptômes : douleurs, gène à la marche, sensation d’instabilité ;
  • vos antécédents : avez-vous déjà eu des entorses ?
  • Votre âge, votre indice de masse corporelle (IMC) ;
  • Vos objectifs : une compétition bientôt ?
  • Vos éventuels autres problèmes de santé.

Vous vous doutez bien que vu tous ces paramètres, tout le monde ne va pas reprendre pile au même moment.

Gardez en tête aussi que le risque de nouvelle entorse est multiplié par 2 pendant au moins un an après votre première blessure (Palmer 2016).

Ce que je constate chez mes patient(e)s ?

  1. La plupart reprennent la marche avec béquilles le jour même, au moins à l’intérieur.
  2. La marche en extérieur avec béquilles est reprise dans les jours qui suivent.
  3. Au bout de quelques jours ou maximum 2/3 semaines (pour les entorses stades 1 ou 2), les béquilles sont abandonnées. Plutôt au bout de 3 à 6 semaines pour les entorses de stade 3.

Dans les études publiées sur le sujet, certaines personnes s’estiment complètement guéries en 2 semaines… D’autres en 36 mois ! Nous sommes toutes et tous différents, y compris pour récupérer d’une entorse.

Source : van Rijn 2008.

On remarche « normalement » après une entorse au bout de quelques semaines. Quelques mois en cas d’entorse grave.

Comment bien remarcher après une entorse ?

Si vous reprenez les choses de manière progressive, en adaptant :

  • la vitesse de votre marche ;
  • la durée de vos sessions de marche ;
  • leur fréquence.

Si vous respectez les douleurs (en conservant les béquilles par exemple un peu plus longtemps), les choses vont naturellement rentrer dans l’ordre.

Vous pouvez ralentir votre vitesse de marche pour essayer de marcher sans boiter. En réduisant la longueur de vos pas, en relâchant vos épaules. Cela va revenir naturellement au fil des jours.

Vos kinés et autres professionnels de santé ou du sport sont là aussi pour vous apporter des conseils plus personnalisés si vous en ressentez le besoin.

***

Voilà ce que je voulais vous dire au sujet de la reprise de la marche après une entorse de cheville ! Conclusion : il est fort probable que vous puissiez tout de suite remarcher, les béquilles seront là pour soulager l’appui et les douleurs, quelques jours ou semaines. Si vous avez encore des questions, un retour d’expérience à faire : rendez-vous en commentaire !

📬 Cet article vous a plu ? Vous pouvez vous abonner pour être informé des nouveaux articles :

Ces articles pourraient également vous intéresser :

  1. Durée du gonflement après entorse de cheville
  2. Temps de guérison d’une entorse de cheville
  3. Entorse de cheville & douleur qui persiste

📚 SOURCES

Récupération : Sharma GK, Dhillon MS, Dhatt SS. The influence of foot and ankle injury patterns and treatment delays on outcomes in a tertiary hospital; a one-year prospective observation. Foot (Edinb). 2016 Mar;26:48-52. doi: 10.1016/j.foot.2015.12.001. Epub 2015 Dec 13. PMID: 26895255.

Gribble PA, Kleis RE, Simon JE, Vela LI, Thomas AC. Differences in health-related quality of life among patients after ankle injury. Front Sports Act Living. 2022 Aug 3;4:909921. doi: 10.3389/fspor.2022.909921. PMID: 35992155; PMCID: PMC9382240.

Choi WS, Cho JH, Lee DH, Chung JY, Lim SM, Park YU. Prognostic factors of acute ankle sprain: Need for ultrasonography to predict prognosis. J Orthop Sci. 2020 Mar;25(2):303-309. doi: 10.1016/j.jos.2019.04.012. Epub 2019 Jun 7. PMID: 31151752.

Sport : Steinberg N, Adams R, Ayalon M, Dotan N, Bretter S, Waddington G. Recent Ankle Injury, Sport Participation Level, and Tests of Proprioception. J Sport Rehabil. 2019 Nov 1;28(8):824-830. doi: 10.1123/jsr.2018-0164. PMID: 30300059.

Séquelles, épidémiologie. Palmer-Green DS, Batt ME, Scammell BE. Simple advice for a simple ankle sprain? The not so benign ankle injury. Osteoarthritis Cartilage. 2016 Jun;24(6):947-8. doi: 10.1016/j.joca.2015.12.019. Epub 2016 Jan 8. PMID: 26778532.

Mieux vaut reprendre rapidement la marche sans trop d’immobilisation en cas d’entorse de grade 1 ou 2 : Matherne T, Cooke J, McMorris M, Gross M. Delayed conservative treatment of an acute lateral ankle sprain in a non-athlete female following walking boot immobilisation. BMJ Case Rep. 2019 Jul 27;12(7):e229625. doi: 10.1136/bcr-2019-229625. PMID: 31352385; PMCID: PMC6663269.

Guérison : van Rijn RM, van Os AG, Bernsen RM, Luijsterburg PA, Koes BW, Bierma-Zeinstra SM. What is the clinical course of acute ankle sprains? A systematic literature review. Am J Med. 2008 Apr;121(4):324-331.e6. doi: 10.1016/j.amjmed.2007.11.018. PMID: 18374692.

photo de nelly darbois, kinésithérapeute et rédactrice web santé
Rédigé par Nelly Darbois

J’aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale.

J’habite en Savoie 🌞❄️ où je travaille comme kiné et communicante pour des revues scientifiques et des sites web.
Tous mes articles.

Publié par Nelly Darbois

J'aime écrire des articles qui répondent aux questions des internautes en me basant sur mon expérience et des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale. J'habite en Savoie 🌄❄️ où je travaille comme kiné et créatrice de contenu pour des revues scientifiques et des sites web.

Laisser un commentaire