Massage kiné à domicile : Pourquoi je ne masse (presque) pas mes patient-es

Infographie sur le massage par les kinésithérapeutes

Aujourd’hui, j’ai décidé d’aborder un sujet délicat : la réalisation de massage lors des séances de kinésithérapie, plus particulièrement lorsqu’un-e kinésithérapeute à domicile intervient.

De temps en temps, certain-es patient-es sont demandeurs ou demandeuses d’une prise en charge centrée sur des massages avant même que nous nous soyons rencontrés pour réaliser un bilan et définir des objectifs de rééducation. D’autres fois, certaines personnes demandent au cours des séances si des massages ne seraient pas nécessaires.

👉 Je vais revenir sur ces différentes situations et expliquer pourquoi le massage ne fait pas partie des techniques que je privilégie lors de mes prises en charge en kinésithérapie.

Sommaire :

Les bénéfices et les effets secondaires du massage kiné

Être massé procure souvent un bien-être immédiat, c’est évident. Il ne s’agit pas de le nier. Mais il y a bien d’autres choses qui procurent un bien-être similaire : manger une pâtisserie, recevoir une lettre ou un SMS affectueux, recevoir des compliments sincères, être caressé par quelqu’un à qui on tient, etc.

La question qui se pose est la suivante : est-ce que le rôle principal des kinésithérapeutes, financés par l’assurance maladie et les complémentaires santé, est d’améliorer le bien-être immédiat des gens ? Si oui, pourquoi les kinésithérapeutes devraient se servir du massage plutôt que d’autres méthodes pour améliorer le bien-être ?

Ma position est la suivante. Les kinésithérapeutes de santé, tout comme tout professionnel-le de santé, ont pour mission d’améliorer la santé des personnes. Le bien-être fait partie des déterminants de la santé, parmi d’autres.

On sait qu’un des autres déterminants majeurs d’une bonne santé est le sentiment d’autonomie. Les gens ont besoin de se sentir autonomes, responsables d’eux-même et de leur bonheur, pour se sentir bien sur le long terme.

Le massage pratiqué par les professionnel-les de santé :

  • améliore à court terme le bien-être ;
  • diminue le sentiment d’autonomie, et donc potentiellement le bien-être à long terme, dans la mesure où il nécessite la présence du professionnel. Il peut créer une dépendance. Les personnes massées peuvent avoir l’impression qu’elles ont besoin du massage pour aller bien, alors que ce dernier n’améliore objectivement pas leur douleur sur le moyen ou long terme.

👉 Voilà pourquoi il est selon moi contre-productif de pratiquer le massage pour améliorer le bien-être à long terme. En tout cas, dans le cas d’une délivrance du massage par un-e professionnel-le de santé dont la prise en charge est payée à 60 % par la collectivité.

De plus, lorsque l’on passe du temps à masser quelqu’un, c’est du temps qu’on ne passe pas à autre chose. Lorsqu’une personne est massée, elle est totalement passive. Elle ne bouge pas ou peu. C’est moins le cas avec d’autres outils passifs mais qui ne nécessitent pas l’immobilisation (TENS ou CBD, par exemple) ni une tierce personne.

Or, la sédentarité, le maintien d’une même position et le manque d’activité physique augmente le risque de développer de nombreuses pathologies chroniques. En pratiquant le massage, on encourage peu les patient-es à être actif.

Il s’agit de mon point de vue, argumenté. Je suis consciente que certaines personnes peuvent ne pas être d’accord avec cet argumentaire, ou avec les conclusions auxquelles il me fait aboutir. Des personnes qui ont une attente trop forte envers la pratique du massage par leur kiné trouveront sans doute plus de satisfaction à travailler avec un-e autre praticien-ne.

On sait en effet qu’il est important de partir des attentes des patient-es pour maximiser les chances de guérison. S’il y a un trop grand décalage entre les attentes d’une personne et ce que peut lui proposer le professionnel qu’elle consulte, mieux vaut s’abstenir de s’engager dans des séances.

  • Le massage soulage sur le moment et un petit peu après
  • Il peut rendre les patient-es dépendant-es de ce soin pour se sentir bien, alors qu’il n’améliore pas leurs douleurs sur le long terme
  • Il n’incite pas les personnes à être plus actives. Or, la sédentarité est un des facteurs provoquant ou aggravant les douleurs.

Les études cliniques sur l’efficacité du massage par les kinés

Jusqu’à présent, je me suis peu appuyée sur la littérature scientifique pour développer mon argumentaire sur l’intérêt du massage en kinésithérapie. Il existe plusieurs centaines d’études visant à évaluer l’efficacité du massage sur la douleur et sur d’autres paramètres de santé.

Passons-les rapidement en revue. Pour cela, j’ai recherché toutes les publications qui avaient « massage » dans leur titre, et qui réalisaient une synthèse des études évaluant l’efficacité du massage. J’ai utilisé pour cela la plus grosse base de donnée d’études médicales, la Medline.

Comme il y avait trop d’études (plus de 300) pour que j’ai le temps de les passer toutes en revue, j’ai choisi de me focaliser sur 2 problèmes de santé pour lesquels on me sollicite le plus souvent pour du massage :

Efficacité du massage sur le mal de dos

La collaboration Cochrane est une institution internationale qui rédige des synthèses de la littérature scientifique. Ces synthèses sont de très bonne qualité. C’est ce qui se fait de mieux dans le domaine : des équipes de recherche de plusieurs personnes travaillant plusieurs années pour chaque synthèse produite.

Bonne nouvelle : il existe justement une synthèse produite par la Cochrane sur l’efficacité du massage dans le cas des douleurs du dos chronique. Voici la conclusion de la synthèse :

Nous avons très peu confiance que le massage soit un traitement efficace pour la lombalgie. Le massage améliore l’issue de la douleur des lombalgies aiguës, subaiguës et chroniques uniquement dans le suivi à court terme. L’amélioration fonctionnelle était observée chez les participants souffrant de lombalgies subaiguës et chroniques lorsque comparés avec un contrôle inactif, mais seulement pour le suivi à court terme. Il n’y avait que des effets indésirables mineurs avec le massage.

Collaboration Cochrane, 2015

Qu’entend-on par court terme ? Dans cette revue, il s’agit des effets qui ont lieu durant les séances de massage et jusqu’à 6 mois maximum après l’arrêt des séances. Mais le plus souvent il s’agit de l’effet sur quelques jours ou semaines.

Cette synthèse nous apprend que le massage :

  • diminue les douleurs des gens qui ont mal au dos à court terme, mais les douleurs ré-augmentent après plusieurs jours ou semaines sans séances ;
  • n’améliore aucun autre paramètre chez les gens qui ont mal au dos à moyen ou long terme. Ils ne sont pas plus actifs ou ne marchent pas plus grâce au massage ;
  • ne procure jamais d’événements indésirables graves. Le principal événement indésirable qu’il procure est une majoration des douleurs. Cela survient chez 1,5 à 25% des patients.

Le massage est aussi peu approprié en cas de lumbago (lombalgie aiguë), où il n’améliore même pas à court terme les capacités fonctionnelles.

  • Le massage soulage les douleurs du dos durant quelques semaines
  • Parfois, il augmente ces douleurs (chez 1,5 à 25% des gens)
  • Il ne permet pas aux gens de mieux marcher ou d’être plus actifs à moyen ou long terme

Efficacité du massage et drainage lymphatique manuel sur les douleurs et œdèmes des jambes

Les jambes et les pieds sont la deuxième zone du corps pour laquelle certaines personnes sont très demandeuses de massage. Elles ressentent en effet des douleurs, des engourdissements et souffrent d’œdème.

Un massage permettrait de soulager les douleurs ; un drainage lymphatique manuel de diminuer les œdèmes. Qu’en est-il ?

👉 Il n’existe pas d’études évaluant l’efficacité du massage sur les douleurs des jambes spécifiquement. Il est raisonnable de penser que l’effet du massage sur les membres inférieurs est le même que l’effet du massage sur le dos : les douleurs dans les jambes diminuent quelques temps, mais reviennent aussi intensément lorsque les séances sont arrêtées un certain temps. De plus, la marche et les activités de la vie quotidienne ne sont pas facilitées grâce au massage. Le risque de chute n’est pas non plus diminué.

Et concernant les œdèmes ? Aucune étude ne montre un effet du massage pour diminuer les œdèmes.

Le drainage lymphatique manuel (DLM) n’a même pas un intérêt thérapeutique avéré sur les œdèmes d’origine lymphatique, les lymphœdèmes, qui est pourtant sa principale indication. Le plus souvent, ils se forment après un traitement contre le cancer du sein. Ils ont un intérêt sur certains paramètres à court terme seulement s’ils sont :

  • délivrés durant au moins 30 minutes ;
  • associés au port d’une contention ;
  • pratiqués sur des personnes ayant des œdèmes légers à modérés, mais pas des œdèmes sévères ;
  • pratiqués régulièrement.

Dans l’immense majorité des cas, les personnes gênées par des douleurs chroniques des jambes n’ont pas de lymphœdème. Il n’y a donc aucune raison de penser que le massage ou le drainage lymphatique permettrait une diminution significative et durable dans le temps.

À noter que même chez les personnes souffrant de réels lymphœdèmes, il ne semble pas que leur qualité de vie soit améliorée grâce au DLM, même si ce dernier aide à diminuer l’œdème.

💡 Le Revitive Medic, bien que souvent acheté également dans le but de soulager l’œdème et les douleurs des jambes, est également peu efficace à moyen ou long terme. J’explique cependant dans cet article ce qu’il est possible de faire contre les douleurs et gonflements des jambes.

  • Le drainage lymphatique manuel n’est pas efficace pour diminuer un œdème même pour sa principale indication, les œdèmes d’origine lymphatique, après un cancer du sein
  • Le massage peut soulager très transitoirement les douleurs et les œdèmes des jambes, mais ne permet pas aux gens d’être plus actifs

Mon médecin m’a prescrit des séances de kinésithérapie pour du massage

Vous consultez le plus souvent votre kinésithérapeute après avoir obtenu une prescription pour des séances de kiné par des médecins ou chirurgiens. Souvent, ces derniers vont indiquer des techniques de kinésithérapie à pratiquer. Sachez cependant que depuis février 2000 (soit il y a plus de 21 ans au moment où j’écris ces lignes) les médecins n’ont réglementairement plus besoin d’indiquer les techniques qui peuvent être utilisés par les kinés.

En général, les médecins vont indiquer des techniques de kinésithérapie de manière systématique en fonction de votre pathologie. Cette prescription ne va pas être personnalisée et individualisée : toutes les personnes qui rencontrent ce même problème de santé vont avoir la même prescription. Les exemples réels d’ordonnance ci-dessous illustrent cette situation.

Lorsque vous consultez un-e kinésithérapeute, un bilan individualisé va être réalisé. L’objectif va être de définir des modalités de prise en charge personnalisées, en fonction de ce bilan, de vos attentes et des recommandations internationales en kinésithérapie.

Votre médecin n’a pas forcément le temps de se tenir au courant des évolutions des recommandations concernant les prises en charge en kinésithérapie. Il peut parfois indiquer « massage » sur la prescription de manière automatique, sans vraiment s’interroger sur l’intérêt de recourir au massage dans votre cas.

Voilà ce que j’explique à mes patient-es qui sont surpris que je ne suive parfois pas le package écrit par le médecin sur l’ordonnance, et notamment l’indication de massage :

  1. certaines des techniques indiquées sur l’ordonnance n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité alors qu’elles ont été testé sur un grand nombre de personnes ;
  2. passer du temps à délivrer telle technique dont on n’est pas sûr de l’efficacité sera au détriment de consacrer du temps à faire des choses que l’on sait utiles et efficaces ;
  3. les équipes médicales et chirurgicales n’ont pas forcément le temps de se tenir au courant des nouvelles publications et recommandations dans le domaine de la kinésithérapie.
  • Les médecins ne sont pas forcément au courant de l’évolution des études et recommandations internationales en kinésithérapie.
  • Ils et elles peuvent prescrire du massage de manière systématique même si l’on sait aujourd’hui que cela n’a aucun ou peu d’effet positif.

Peu importe les études, le massage kiné ça marche sur moi

Avant toute prise en charge en kinésithérapie, je discute bien sûr des attentes des mes patients et patientes. Cela en leur posant des questions du type :

  • qu’est-ce que je peux faire pour vous ?
  • En quoi puis-je vous être utile ?
  • Comment puis-je vous aider ?
  • Qu’est-ce que vous n’arrivez pas à faire aujourd’hui et que vous aimeriez pouvoir refaire ?

En posant ces questions, je m’attends plutôt à ce que les personnes me répondent des choses comme :

  • j’aimerais reconduire rapidement ;
  • j’aimerais avoir moins mal au dos le matin au réveil ;
  • j’aimerais ne plus avoir peur de tomber ;
  • j’aimerais arriver à descendre mes escaliers pour aller au restaurant ;
  • j’aimerais reprendre la randonnée.

Parfois, les personnes ne vont pas penser spontanément à des objectifs à atteindre. Elles vont plutôt me répondre :

  • j’aimerais un bon massage ;
  • je pense que des massages me feraient du bien ;
  • mon ancien kiné me massait les jambes, cela me faisait beaucoup de bien ;
  • ma mère a besoin de 2 séances de massage par semaine.

Je comprends tout à fait le souhait de ces personnes. Et elles ont bien raison de me l’énoncer : en connaissant bien nos attentes respectives, on a plus de chances de mieux collaborer. Ces souhaits sont compréhensibles et même légitimes : nous nous appelons encore en France « masseur-kinésithérapeute ».

Les professionnels de santé restent cependant des individus à part entière. Moralement, tout comme selon notre code déontologique, nous avons à tout moment le droit d’interrompre ou de ne pas débuter une prise en charge, sans avoir à nous justifier. Nous devons simplement renvoyer vers un autre kiné qui pourra potentiellement prendre en charge cette personne.

Pour toutes les raisons énoncées dans cet article, je ne souhaite le plus souvent pas réaliser de massage. Même pour des gens chez qui c’est la seule attente et la seule chose qui pourrait les soulager selon eux. Cela reste en définitive un choix personnel, professionnel, même s’il repose sur des éléments factuels.

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

📘 Sources scientifiques 📘

Efficacité du massage sur les douleurs de dos chronique. Furlan AD, Giraldo M, Baskwill A, Irvin E, Imamura M. Massage for low-back pain. Cochrane Database Syst Rev. 2015 Sep 1;(9):CD001929.

Oedème et drainage lymphatique manuel. Thompson B, Gaitatzis K, Janse de Jonge X, Blackwell R, Koelmeyer LA. Manual lymphatic drainage treatment for lymphedema: a systematic review of the literature. J Cancer Surviv. 2021 Apr;15(2):244-258. doi: 10.1007/s11764-020-00928-1. Epub 2020 Aug 15. PMID: 32803533.

Drainage lymphatique manuel et qualité de vie. Müller M, Klingberg K, Wertli MM, Carreira H. Manual lymphatic drainage and quality of life in patients with lymphoedema and mixed oedema: a systematic review of randomised controlled trials. Qual Life Res. 2018 Jun;27(6):1403-1414. doi: 10.1007/s11136-018-1796-5. Epub 2018 Feb 5. PMID: 29404923; PMCID: PMC5951867.

Les attentes des patient-es influencent la réussite ou l’échec de la prise en charge. Schenk LA, Krimmel SR, Colloca L. Observe to get pain relief: current evidence and potential mechanisms of socially learned pain modulation. Pain. 2017;158(11):2077-2081

📕 Source institutionnelle : Code de déontologie des kinésithérapeutes sur le site du CNOMK

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

4 commentaires sur « Massage kiné à domicile : Pourquoi je ne masse (presque) pas mes patient-es »

  1. Dans ce cas demandez à retirer cette partie du titre de votre fonction : masseurs kinés. Il est vrai qu’il est fatigant de masser. C’est surtout ça. Qd j’étais ado, toute séance de kinésie pour le dos se terminait par un massage, après 1h d’exercices. Mtn j’ai 57 ans, bcp plus de soucis au dos et très peu de massages. On repart avec ses douleurs et même des points qu’on avait pas en arrivant. Vous ne voulez plus masser car c’est fatigant pour vous. Dites le carrément. Après 30 mn d’exercices physiques, un massage adoucit les douleurs. Autrement pourquoi votre formation s’appellerait masseur kinésithérapie ? Pourquoi on vous formerait pour cela si ce n’est pas utile ? Vous n’aimez pas cette partie de votre travail pcq cela vous épuise. Dites la vérité.

    1. Bonjour Martine,

      Il y a effectivement une partie de la profession qui souhaite que nous soyons nommés simplement « kinésithérapeute » ou « physiothérapeute », sans masseur devant. Cela nous permettrait de nous aligner sur les pratiques et les dénominations de nos confrères et consoeurs de la plupart des pays du monde.
      Concernant la fatigue à procurer des massages, tout dépend de ce par quoi on le remplace. Sécuriser et aider par exemple une personne qui fait le double de mon poids à descendre ou monter les escaliers est pour ma part beaucoup plus fatiguant.
      Malheureusement nous sommes parfois formés à bien d’autres techniques inutiles ou pas suffisament éprouvées.

      Par contre, je comprends tout à fait que du point de vue du patient, vous puissiez préférer trouver des kinésithérapeutes proposant des massages. Il en existe encore. À défault, il faut se tourner vers des praticien-nes du bien-être, non remboursés, et qui pratiquent à des tarifs bien plus élevés.

      Bien à vous,

    2. bonjour idem que Martine j’ai testé il y a 3 ans séance avec massage et exercices à faire au quotidien chez soi contre cette année que des exercices avec le kiné à faire chez soi aussi, jamais de massage des douleurs de courbatures après chaque séance étalées sur plusieurs mois j’arrive à la fin de mes séances, pas de résultats pas de soulagement pas de confort rien voire plus de douleurs, j’aurais préféré au moins 1 massage toutes les 3 séances… pourtant mes séances d’il y a 3 ans le fait qu’on n’est plus de douleur ça nous rend plus actif, là du coup je suis un peu crispée, à la base mon problème c’est que j’ai des douleurs articulaires musculaires sans rien qui ne ressort sur des examens, je ne suis pas contre le fait de ne pas masser mais quand après plusieurs séances ça ne s’arrange pas c’est de faire au moins un massage, et de loin je préfère un massage d’un professionnel de santé que d’une personne lamba qui propose des massages, un kiné masseur a fait beaucoup de formations appréciables quand elle sent des contractures elle nous explique nous donne des conseils d’où ça pourrait venir, elle a une manière de masser d’appuyer de par exemple repousser le colon, avoir des massages d’une personne non reconnue ça ne m’intéresse pas du tout, je préfère largement payé le double pour un kiné

      1. Bonjour Sarah,
        Je comprends que vous puissiez désirer un massage dans ces conditions. Je comprends tout autant qu’un kiné puisse ne pas souhaiter en délivrer.
        Je pense qu’il ne faut pas hésiter à en discuter avec les kinés dans ce cas, et changer de kiné si vous n’arrivez pas à trouver un terrain d’entente. C’est sûrement préférable pour les deux parties, sans pour autant que l’une ou l’autre des parties s’en offusque !
        Bien à vous,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :