Fracture du col du fémur et rééducation

Comment se passe la rééducation d’une fracture du col du fémur, notamment chez la personne âgée ?

18 % des femmes et 6 % des hommes auront une fracture de la hanche au cours de leur vie ; en d’autres termes : beaucoup de monde, surtout chez les personnes âgées.

La fracture du fémur survient le plus fréquemment à la suite d’une chute. Souvent, une opération est nécessaire. Dans l’immense majorité des cas, une rééducation s’impose pour ré-arriver à réaliser les gestes du quotidien. Des séances de kinésithérapie sont prescrites.

Voilà les grandes lignes de la prise en charge d’une fracture du fémur chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Je réponds à toutes les questions les plus fréquent-es des patient-es et de leur entourage sur la base de :

  • 👩🏽‍⚕️ mon expérience de kiné depuis 2009 ;
  • 📚 des recherches approfondies dans la littérature scientifique internationale.

Encore des questions ? Une expérience à relater ? Laissez-les en commentaire, j’y répondrai avec plaisir 🙂.

Sommaire

  1. Quels sont les différents types de fractures du col du fémur et de la hanche ?
  2. Combien de temps dure l’opération du col du fémur et comment elle se passe ?
  3. Comment cela se passe en cas de col du fémur cassé inopérable ?
  4. Quelle est la durée de l’hospitalisation pour une fracture du fémur ?
  5. Quelle rééducation après une fracture du col du fémur ?
    1. Quel est le temps de convalescence et de consolidation ?
    2. Peut on marcher avec une fracture du col du fémur ?
    3. En quoi consiste la rééducation d’une fracture de hanche ?
  6. Quelle est l’espérance de vie après une fracture du col du fémur ?

Quels sont les différents types de fractures du col du fémur et de la hanche ?

Le fémur est l’os de la hanche qui se fracture le plus souvent, particulièrement au niveau de son extrémité supérieure (dite proximale), et plus précisément de son col : d’où l’expression fracture du col du fémur, ou fracture du col fémoral. Mais il y a d’autres localisations possibles en cas de fracture de hanche. En voici une liste, et ci-dessous un schéma explicatif des différents emplacements de fracture de la hanche au niveau de l’extrémité superieure du fémur :

  • fracture du col fémoral, ou fracture du col du fémur, ou encore fractures cervicales. Ce sont celles dont on parlera ici ;
  • fracture du trochanter (fracture pertrochantérienne ou sous trochanterienne du femur) ;
  • fracture acetabulaire ou fracture du cotyle (le cotyle est l’ancien nom de l’acétabulum) ;
  • fissure du labrum antero superieur hanche ;
  • félure du col du fémur, fracture du col du fémur engrenée, fissure du labrum antero superieur hanche, sont des variantes de fractures de la hanche.
Schéma du col du fémur et de l'extrémité proximale du fémur, et des différents lieux de fracture du fémur
La rééducation après une fracture du fémur est assez similaire quelque soit la localisation de la fracture (au niveau du col du fémur, du trochanter ou de l’acétabulum). Schéma représentant l’extrémité proximale du fémur dont le col du fémur

La prise en charge sera assez similaire, quelque soit le type de fracture :

  • une hospitalisation de quelques jours dans un service d’orthopédie et traumatologie ;
  • une opération chirurgicale ou un traitement orthopédique (c’est-à-dire via une immobilisation partielle ou une mise en décharge partielle ou totale de la jambe un certain temps) ;
  • un séjour en soin de suite et de réadaptation ou un retour à domicile, dans tous les cas avec au moins quelques séances de rééducation via des séances de kinésithérapie à l’hôpital, puis à domicile, en cabinet ou en centre.

Combien de temps dure l’opération du col du fémur et comment elle se passe ?

La durée de l’opération chirurgicale pour une fracture de l’extrémité proximale du fémur dépend de plusieurs paramètres :

  • l’âge, les capacités fonctionnelles et les antécédents de la personne opérée, notamment la présence de troubles cognitifs ;
  • le degré de sévérité de la fracture et son emplacement sur le fémur ;
  • les préférences et habitudes des chirurgien.nes.

En fonction de ces paramètres, différents types de matériaux peuvent être posés dans l’articulation : prothèse totale de hanche (arthroplastie), ostéosynthèse du fémur par vissage ou plaque, tige fémorale avec ou sans ciment, enclouage centro-medullaire (clou gamma), etc.

📚 Voir : prothèse de hanche mouvements interdits / clou gamma rééducation

La durée de l’opération chirurgicale sera d’au minimum 1 heure et peut aller jusqu’à 3 heures environ, parfois plus en cas de fracture complexe. Elle dure en moyenne autour d’1 heure 30.

L’opération pour une fracture de fémur est réalisée sous anesthésie locale (rachianesthésie) ou générale. Elle a lieu souvent le jour même de la chute ou le lendemain. Elle est réalisée dans un bloc opératoire. Les chirurgien.nes utilisent du matériel spécifique et des biomatériaux qui sont insérés dans le fémur pour que la zone fracturée soit consolidée. Au réveil, des antalgiques sont administrés le plus souvent par perfusion pour limiter au maximum les douleurs post-opératoires.

Après un passage en salle de réveil, les personnes opérées remontent dans leur chambre en service de traumatologie où elles restent plusieurs jours.

On vous prescrit généralement (sauf contre-indication) des bas de contention pour limiter le risque de phlébite :

Chaussettes de contention mixte
44,95
  • Chaussettes de contention pour faire diminuer oedème de cheville
Bas de contention mixte
33,90
  • Bas de contention pour faire diminuer un oedème de cheville

Comment cela se passe en cas de col du fémur cassé inopérable ?

Le plus souvent, les fractures du fémur sont opérées. Parfois, ce n’est pas le cas. On parle alors de traitement conservateur, ou de traitement orthopédique (s’il y a une immobilisation partielle du membre inférieur à l’aide d’une attelle). La fracture de hanche est alors non opérée.

Il n’y a pas de critères clairs et unanimes qui permettent de déterminer si une fracture est opérable ou non. Cela dépend de la localisation de la fracture mais aussi de l’autonomie de la personne âgée ou de la facilité d’accès à du matériel de chirurgie moderne. Il sera plus facile de ne pas opérer quelqu’un qui ne marchait déjà plus avant la fracture, ou dont l’espérance de vie est très faible à cause d’autres pathologies, ou qui risque de mal supporter l’anesthésie associée à l’opération.

En général, il est tout de même préférable d’opérer une fracture de hanche car :

  • la durée de séjour à l’hôpital est moins longue ;
  • la rééducation dans les suites est plus simple et rapide ;
  • la récupération des capacités fonctionnelles est meilleure ;
  • il y a moins de risque de déformation du membre inférieur dans les suites.

(Handoll 2008)

Lorsque la décision est prise de ne pas opérer une fracture du fémur, les soins suivants sont administrés :

  • un traitement antalgique par médicaments per-os (à avaler) ou en perfusion ;
  • une immobilisation éventuelle partielle du membre inférieur à l’aide d’une attelle et la consigne d’appuyer le moins possible sur le membre inférieur durant 3 à 6 semaines, parfois plus longtemps ;
  • un séjour de plusieurs jours ou semaines à l’hôpital ;
  • de la rééducation, en soin de soin ou réadaptation ou à domicile.

Quelle est la durée de l’hospitalisation pour une fracture du fémur ?

Les durées d’hospitalisation varient selon l’âge de la personne, le déroulé de l’intervention, les capacités de récupération de la personne, son lieu de vie et son entourage.

La durée d’hospitalisation pour une fracture du fémur peut ainsi être :

  • d’environ 5 jours pour une personne relativement jeune, bien portante, qui vit en couple ou avec ses enfants, qui n’a pas de troubles cognitifs, qui a eu une opération avec des suites simples (sans complications), qui habite une maison de plein pied ou un appartement facile d’accès ;
  • d’environ 10 jours pour une personne qui vit seule, ou qui avait déjà quelques difficultés chez elle, ou dont le logement est moins accessible, ou qui attend une place en soin de suite et réadaptation, ou encore qui a eu quelques complications comme une hémorragie ayant nécessité une transfusion ;
  • de plusieurs semaines pour une personne avec des troubles cognitifs, ou dont la perte d’autonomie est beaucoup trop importante, et qui n’a pas de place en soin de suite et réadaptation.

Dans les études menées sur le sujet, les durées d’hospitalisation moyenne indiquées sont plus longues. Il est possible que ce soit justement les personnes moins nombreuses mais qui restent extrêmement longtemps à l’hôpital qui influencent ces moyennes :

  • Durée d’hospitalisation pour fracture du fémur de 23 jours en moyenne au Royaume-Uni
  • Durée d’hospitalisation pour fracture du fémur de 15 jours en moyenne en Italie
  • Durée d’hospitalisation pour fracture du fémur de 6 jours et demi en moyenne aux Etats-Unis

(Verone et Maggi, 2018)

En France, en 1987, la durée d’hospitalisation moyenne pour une fracture du fémur en Picardie était de 21,6 jours (Baudoin 1993). En France en 2009, elle était en moyenne de 12,7 jours (Oberlin et Mouquet, 2011).

Quelle rééducation après une fracture du col du fémur ?

Que la fracture de hanche soit opérée ou non, la rééducation est quasi-systématique en France. Voici en quoi elle consiste et les réponses aux questions que les gens se posent souvent sur la rééducation après une fracture du fémur chez les personnes âgées de plus de 65 ans.

Quel est le temps de convalescence et de consolidation pour une fracture du fémur ?

Nous avons vu que la durée moyenne d’hospitalisation en France pour une fracture du fémur était actuellement d’une dizaine de jours. A cela s’ajoutent souvent le temps d’un séjour en soin de suite et réadaptation, aussi appelé centre de rééducation ou encore maison de convalescence. Le séjour après une fracture du fémur est généralement de plusieurs semaines dans ces lieux : entre 4 semaines et 10 semaines le plus souvent.

Une fois sorti, la convalescence continue encore plusieurs semaines. Après une fracture du fémur, une personne met en général au grand minimum 2 à 3 mois pour retrouver à peu près son niveau d’autonomie antérieure.

Si la kinésithérapie a lieu au domicile, le temps de convalescence est de la même durée. Compter plusieurs semaines et plus souvent 3 mois pour récupérer une distance et une vitesse de marche comme avant la chute, dans le meilleur des cas.

Le temps de consolidation de l’os du fémur est d’environ 6 semaines si tout va bien. C’est pour cela qu’une radio de contrôle est réalisée en général 6-8 semaines après l’opération de la hanche, afin de s’assurer que le matériel est bien en place et qu’un cal osseux, signe d’une bonne consolidation, s’est bien mis en place.

Il faut parfois attendre plusieurs mois avant une consolidation complète. Mais les capacités fonctionnelles pour se déplacer ou même pratiquer certaines activités physiques un peu plus intensives peuvent être réalisées avant une consolidation complète.

Une synthèse d’études s’intéresse au temps mis pour retrouver son autonomie après une fracture du fémur. (Dyer et al. 2016)

Peut on marcher avec une fracture du col du fémur ?

Ce sont les chirurgien.nes qui examinent les radios après une fracture du fémur et qui déterminent si oui ou non la personne peut appuyer sur son membre inférieur fracturé, ou si elle doit éviter de poser son pied au sol durant plusieurs semaines (au moins 6 semaines, parfois 2 ou 3 mois).

Dans tous les cas, la marche est possible avec une fracture du fémur, et elle est même recommandée. Si l’appui n’est pas possible, la marche doit se faire sans l’appui avec l’aide de 2 cannes béquille ou d’un déambulateur. Si cela est trop difficile pour des raisons d’équilibre ou de force, alors il est recommandé de simplement se mettre debout plusieurs fois par jour pour conserver l’habitude d’être debout et entretenir sa force.

En cas de prothèse de hanche ou de clou gamma, l’appui est possible la plupart du temps. A cause de la douleur, il est souvent nécessaire tout de même d’utiliser une aide technique à la marche, au moins les premières semaines : cannes béquilles, cadre de marche ou déambulateur. Dès que les douleurs diminuent, la marche est possible sans aide.

En quoi consiste la rééducation ?

En cas d’opération avec une fracture du fémur, la reprise de la marche et de la mobilité de la hanche doit se faire au plus tôt après l’intervention. Les kinésithérapeutes réalisent un bilan dans les jours qui suivent l’opération ou la chute, afin de personnaliser et adapter la rééducation. Elle consiste le plus souvent en :

  • une surveillance de la diminution des douleurs liées à l’opération ou à la fracture et des conseils pour limiter leur majoration et favoriser leur diminution ;
  • une récupération des amplitudes articulaires fonctionnelles de la hanche en flexion, abduction extension, rotation. Cela ne nécessite pas forcément de la mobilisation manuelle mais peut très bien être fait par des exercices actifs y compris debout, qui ont l’avantage de solliciter également la force musculaire et l’autonomisation du patient ;
  • en cas d’opération pour prothèse de hanche, l’apprentissage des mouvements à éviter pour prévenir la luxation de la prothèse de hanche ;
  • une récupération de la force musculaire des muscles du membre inférieur ;
  • un entretien du système cardio-vasculaire pour prévenir les complications post-opératoires et favoriser la reprise au plus vite des activités du quotidien ;
  • le ré-apprentissage éventuel des transferts, de la marche, de la montée et descente des escaliers et des autres activités du quotidien, malgré la gène liée à la fracture ;
  • le sevrage progressif des aides techniques à la marche ;
  • la mise en place de choses pour prévenir une nouvelle chute ou limiter ses conséquences néfastes (adaptation de l’environnement, choix des aides de marche, apprentissage du relevé du sol, etc.), la prise en charge d’un éventuel syndrome post-chute.

Certaines études sont menées pour voir ses certaines techniques et principes de rééducation sont plus efficaces que d’autres : renforcement musculaire avec électrostimulation du quadriceps, marche sur tapis roulant, utilisant d’électrothérapie pour soulager la douleur, kinésithérapie à domicile, rééducation à domicile longue de plus d’un an, rééducation débutée plus de 2 mois après la fracture, téléconsultations.

A l’heure actuelle, il est difficile de dire s’il est plus pertinent ou non d’utiliser telle ou telle technique de rééducation, ou s’il est mieux de débuter la rééducation dès l’hôpital ou après la sortie. En revanche, il y a un consensus pour dire que la rééducation est importante et nécessaire après une fracture du fémur.

(Handoll et al. 2011)

La prise en charge rééducative à domicile est aussi en lien avec une qualité de vie plus importante des personnes âgées de plus de 65 ans et une meilleure santé. (Peeters et al. 2016)

Quelle est l’espérance de vie après une fracture du col du fémur ?

L’espérance de vie après une fracture du col du fémur est de plusieurs années quel que soit l’âge.

Chez les hommes qui ont entre 51 et 60 ans au moment de la fracture, l’espérance de vie est diminuée en moyenne de 7 ans et demi par rapport à des personnes qui n’ont pas eu de fracture du fémur. Chez les moins de 50 ans, homme ou femme, l’espérance de vie n’est diminuée que de respectivement 4 ans et 6 ans par rapport aux personnes du même âge n’ayant pas eu de fracture.

Chez les hommes et les femmes qui ont plus de 80 ans au moment de la fracture, l’espérance de vie est diminuée de 3 ans en moyenne, par rapport aux hommes et femmes du même âge n’ayant pas eu de fracture du fémur.

Chez celles et ceux qui ont entre 71 et 80 ans au moment de la fracture, les années de vie perdues par rapport aux gens du même âge sans fracture du fémur sont d’environ 5 ans.

(Vestergaard 2009)

Espérance de vie après une fracture du fémur : tableau en fonction de l'âge et du sexe
Tableau qui montre les années de vie perdues des personnes ayant eu une fracture du fémur par rapport aux personnes du même âge n’en ayant pas eu. L’impact relatif est moins fort chez les femmes que chez les hommes, et chez les personnes jeunes plutôt que âgées. Source : Vestergaard 2009

Vous souhaitez être tenu au courant quand je publie de nouveaux articles ? Remplissez le formulaire ci-dessous :

FAQ

Quel est le temps de consolidation d’une fracture du col du fémur ?

6 semaines le plus souvent, rarement moins, parfois plus. Une radio de contrôle est réalisée en général 6 semaines après la fracture pour connaître l’avancée de la consolidation.

Peut-on marcher avec une fracture du col du fémur ?

Oui le plus souvent. Souvent avec des béquilles ou un déambulateur pour soulager l’appui, au moins quelques semaines.

Quelle est l’espérance de vie après une fracture du col du fémur ?

Les personnes qui ont une fracture du col du fémur ont une espérance de vie moindre que celles et ceux qui n’en ont pas eu (sans que l’on puisse dire que cela soit dû à la fracture ou à d’autres facteurs de confusion). Par exemple, l’espérance de vie est diminuée d’environ 5 ans si elle survient entre les 71 et 80 ans d’une personne.

Comment soigne-t-on une fracture du col du fémur ?

Cela dépend de la fracture, de l’état général de la personne, des habitudes des équipes médicales. Une opération est parfois nécessaire. Sinon, on soulage simplement l’appui quelques temps sur la jambe fracturée.

Quelles sont les conséquences d’une fracture du col du fémur ?

Certaines personnes ne gardent aucune séquelle d’une fracture du col du fémur. Chez d’autres, la marche ou la pratique de certaines activités physiques peut être un peu plus difficile qu’avant.

Quel temps de rééducation après un fémur cassé ?

Quelques semaines à quelques mois.

Voir aussi :

📘 Sources 📘

Ces articles ont été trouvés et sélectionnés à partir des mots clés suivants rentrés dans le moteur de recherche de la Medline : hip fracture and (rehabilitation or exercise or physiotherapy or physical therapy), dernière mise à jour : février 2020. Une requête avec le simple mot clé « hip fracture [ti] » a été réalisée pour les données plus générales sur la fracture de hanche (épidémiologie, types de fracture, opération chirurgicale, espérance de vie).

Handoll  HHG, Sherrington  C, Mak  JCS. Interventions for improving mobility after hip fracture surgery in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 3. Art. No.: CD001704. DOI: 10.1002/14651858.CD001704.pub4.

Dyer SM, Crotty M, Fairhall N, et al. A critical review of the long-term disability outcomes following hip fracture. BMC Geriatr. 2016;16(1):158. Published 2016 Sep 2. doi:10.1186/s12877-016-0332-0

Verone et Maggi. Epidemiology and social costs of hip fracture. Injury. 2018 Volume 49, Issue 8, Pages 1458–1460

Baudoin, C., Fardellone, P., Potard, V. et al. Fractures of the proximal femur in Picardy, France, in 1987. Osteoporosis Int 3, 43–49 (1993).

Oberlin et Mouquet. Les modalités de prise en charge des fractures du col du fémur en France de 1998 à 2009. Etudes et résultats N°774, 2011.

Handoll HH, Parker MJ. Conservative versus operative treatment for hip fractures in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2008;(3):CD000337.

Quality of life after hip fracture in the elderly: A systematic literature review. Peeters, Charles M.M. et al. Injury, Volume 47, Issue 7, 1369 – 1382

Vestergaard, P., Rejnmark, L., & Mosekilde, L. (2009). Loss of life years after a hip fracture. Acta orthopaedica, 80(5), 525–530. https://doi.org/10.3109/17453670903316835

Publié par Nelly Darbois

Kinésithérapeute à domicile à Saint-Alban Leysse et ses environs (Savoie), rédactrice scientifique, journaliste santé.

%d blogueurs aiment cette page :